LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Décès de l’abbé Rodrigue Sanon : Le Premier ministre Christophe Dabiré exprime sa compassion

Publié le vendredi 22 janvier 2021 à 08h30min

PARTAGER :                          
Décès de l’abbé Rodrigue Sanon : Le Premier ministre Christophe Dabiré exprime sa compassion

Dans ce communiqué, le Premier ministre exprime sa compassion à la famille biologique et religieuse de l’abbé Rodrigue Sanon, dont le corps sans vie a été retrouvé ce jeudi 21 janvier 2021.

Message de compassion de son Excellence Monsieur le Premier ministre, suite à la mort tragique de l’abbé Rodrigue Sanou, curé de la paroisse Notre-Dame de la Paix de Soubakaniédougou.

"C’est avec une profonde indignation que j’ai appris la mort tragique de l’abbé Rodrigue Sanou, curé de la paroisse Notre-Dame de la Paix de Soubakaniédougou. Je condamne fermement cet acte barbare indigne de notre époque. J’invite les populations à la vigilance et à la collaboration avec les forces de défense et de sécurité. Aux familles biologique et religieuse du défunt, je témoigne ma compassion et présente mes sincères condoléances. Puisse l’âme de l’abbé Rodrigue Sanou reposer en paix" !

DCRP/Primature

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 22 janvier 2021 à 15:59, par Ramataz En réponse à : Décès de l’abbé Rodrigue Sanon : Le Premier ministre Christophe Dabiré exprime sa compassion

    Merci au 1er Ministre pour cette compassion mais il faut agir et réagir pour éradiquer ce terrorisme qui ronge notre société. Qu’a fait l’abbé Rodrigue Sanon pour mériter ce sort à part le fait qu’il est chrétien et abbé ? Voilà où nous en sommes au 21ème siècle à savoir dans un obscurantisme et une cruauté gratuite au nom d’idéologies de combat pour "Dieu ou Allah". Que ce soit le terrorisme ou le grand banditisme, l’un alimente l’autre et vice versa. Tous ces criminels vivent au milieu de nous, dans notre entourage, dans nos familles, dans notre société. Ils ne viennent de nulle part, du reste très souvent, ils sont incrustés parmi nous. On laisse faire par peur ou par adhésion pour ensuite sortir au grand jour professer "nous, c’est la paix. On aime tellement la paix, la réconciliation, le vivre ensemble, on aime tout le monde", bla bla bla. On vous connaît maintenant avec ces discours rodés du politiquement correct.
    Mon frère, qu’as-tu fait pour mériter ça ? Que le Seigneur t’accueille auprès de lui et console ta famille biologique et religieuse. Vraiment, les mots me manquent.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique