Actualités :: Issa Tiendrébéogo et les autres : Douche écossaise à l’arrosoir (...)

L’opposition burkinabé se cherche. A un an des élections municipales et présidentielle, elle avait pourtant voulu se donner un second souffle. Un énième regroupement a été tenté sous la dénomination R14. Un nouveau nom qui couve de vielles pratiques. La mayonnaise pouvait-elle prendre ?

Elle n’a pas pris et l’opposition se retrouve encore une fois laminée par ses propres contradictions et divisions internes. Faits plus graves pour elle, les critiques à peine voilées qui émanent aujourd’hui de milieux qu’elle ne peut soupçonner de manquer de bonne foi à son égard.

Il y a eu d’abord les avis très constructifs de juristes constitutionnalistes émérites sur l’interprétation de l’article 37 de la constitution qui ont irrémédiablement érodé la théorie que défendait l’opposition sur la question. Elle n’eut pas le temps de s’expliquer cette "défaite" que la loi du 27 avril consacrant l’adoption du nouveau code électoral était votée. Le meeting de protestation qu’elle voulait géant à la Maison du peuple le 15 mai dernier, contre toute attente, a mis à nu les bisbilles de leadership au sein du R14.

Quoi de plus normal que tirant leçons de ses sempiternelles vicissitudes, l’archevêque de Ouagadougou ne se désole explicitement dans la presse sur l’incapacité des leaders de l’opposition à représenter une alternative crédible pour l’alternance. Un véritable coup de massue pour le R 14 et affiliés que les propos sans ambiguïté du prélat publiés par le quotidien "Sidwaya" !

Pour se consoler des déclarations de l’honorable homme d’Eglise, nos opposants crûrent bon de prendre langue avec l’ambassadeur américain. Mal leur en prit car dans une circonlocution dont seuls les diplomates ont le secret, le représentant du gouvernement américain a implicitement mis en doute la représentativité des partis membres du R 14.

En effet, dans des propos qu’il aurait tenus en prélude à une audience avec certains des responsables de l’opposition, l’ambassadeur américain, M. Anthony Holmes s’est particulièrement adressé à M. Issa Tiendrébéogo coordonnateur du R 14 pour s’informer sur l’implantation et la représentativité de son parti, le GDP, sur l’échiquier national.

Au delà de M. Issa Tiendrébéogo, il n’est pas exagéré de dire que c’est à chaque parti de l’opposition que le diplomate américain aurait pu poser les mêmes questions. "Vous êtes implantés dans combien de régions ? Avez-vous des élus ?" M. Holmes aurait pu ajouter "en quoi êtes-vous différents du CDP" sous-entendu "avez-vous un programme politique digne du nom ?" Bonnes questions dont les réponses de la majeure partie des formations politiques de l’opposition auraient laissé le diplomate américain tout aussi pantois que les réponses à lui données par Issa Tiendrébéogo.

Tout compte fait, le silence qui a suivi l’entretien prélude à l’audience n’est-il pas une illustration parfaite de la gêne qu’éprouvent les observateurs avertis face aux incohérences de l’opposition burkinabè. Les partis qui la composent aujourd’hui, crient et gesticulent de manière inversement proportionnelle à leur représentativité. Quand on s’attend à les voir parcourir les provinces pour mieux s’implanter et s’organiser pour donner plus d’audience à leurs idéaux, ils préfèrent les pamphlets diffusés à longueur de journaux et les lustres des salons feutrés des chancelleries.

Voici les Burkinabè rassurés, l’alternance viendra des chancelleries occidentales et non pas de leurs choix motivés à eux. Et s’ils veulent comprendre les points de vue de nos chers opposants, qu’ils lisent la presse.

C’est ce qui s’appelle animer la vie politique pour bon nombre de partis. Leurs instances et d’autres structures fédératives sont bonnes pour meubler les textes fondamentaux du parti et honni soit qui mal y pense. En attendant, le R 14 alias G-14, alias CFD qui a voulu prêcher à Anthony Holmes la bonne nouvelle selon sainte opposition a pris, à travers Issa Tiendrébéogo, une douche écossaise à l’arrosoir américain.

Djibril Touré
L’Hebdo

Burkina : « Comment des acteurs politiques qui ont fait (...)
Burkina : Les acteurs politiques resserrent les rangs (...)
Burkina : Zéphirin Diabré reçoit une délégation de la (...)
Burkina/Sécurité : « Ce projet de loi est une manière (...)
Burkina Faso : La réconciliation pour remédier à l’échec (...)
Gouvernance nationale : « La classe politique burkinabè (...)
« Chaque Burkinabè doit voir l’autre comme un Burkinabè, (...)
Politique au Burkina : l’Union pour le progrès et le (...)
Transition au Burkina : « Quand on fait un coup d’Etat, (...)
Transition au Burkina : « Rien de solide ne peut se (...)
Burkina : « Oui, j’ai rencontré Blaise Compaoré à Abidjan. (...)
Transition au Burkina : « Il faut redonner à l’armée (...)
Politique/Burkina : « Tôt ou tard, le soleil du MPP va se (...)
Burkina Faso : « La prise en otage de Roch Kaboré est le (...)
Situation nationale : Yeli Monique Kam invite les (...)
Résidence surveillée de Roch Kaboré : « Nous qualifions la (...)
Burkina : « Nous n’allons pas surfer sur la détresse des (...)
Burkina : « Depuis le 24 janvier 2022, nous avons reculé (...)
100 jours du président Damiba : « La transition n’aura (...)
Roch Kaboré en résidence surveillée : « Le MPP s’élève (...)
Succès Masra, leader politique tchadien : « Plus jamais, (...)

Pages : 0 | ... | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | 189 | 210 | ... | 11781

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés