Actualités :: Arrestation de Norbert Tiendrébéogo : "La couleuvre est difficile à (...)

Dans cette présente déclaration, la Coordination régionale des Hauts-Bassins du Front des forces sociales (FFS) s’insurge contre la détention de son président Norbert Tiendrébéogo, arrêté dans le cadre de la tentative de putsch présumée.

"La couleuvre est difficile à avaler...", relève cette coordination qui estime que cette affaire n’est qu’une machination pour écarter de la course à la "présidentielle" un homme capable de faire ombrage à Blaise Compaoré.

Peuple du Burkina Faso, depuis le 20 octobre 2003, vous savez tous qu’un patriote révolutionnaire convaincu et profondément sankariste, en la personne de Norbert Tiendrébéogo, président légalement réinstallé lors du Congrès FFS des 14 et 15 août dernier, est détenu à la gendarmerie.

Cette interpellation du président du Front des forces sociales, effectuée à la suite du "pseudoputsch manqué", relève purement d’une manœuvre politicienne, machiavélique et anti progressiste. Il est connu de tous que le pouvoir de la IVe République n’a reculé, ne recule et ne reculera devant rien pour asseoir et affermir Blaise Compaoré dans son fauteuil à vie.

Jusqu’à preuve du contraire, la Constitution du Burkina Faso n’interdit à aucun civil, aucun homme politique d’entretenir des relations amicales avec "un homme de tenue", c’est-à-dire un militaire. Les relations entre le président du Front des forces sociales et le capitaine Bayoulou étaient des relations ouvertes, au grand jour, et sans ambages. Cela ne fait pas de lui un putschiste, si tant est que putsch il y a eu, chose en laquelle nous ne croyons point, à l’instar de beaucoup de Burkinabè et de la communauté internationale.
Notre analyse est que tout cela participe de la machination, du machiavélisme, pour écarter de la course à la "présidentielle", l’un des seuls hommes à mesure de faire ombrage à Blaise Compaoré.

Cela, parce que l’homme est resté intègre, constant et égal à lui-même et franc dans ses convictions.
Peuple du Burkina Faso, militants sankaristes, camarades du FFS, comment peut-on être complice d’une tentative de déstabilisation dont les premières arrestations commencent le 1er octobre, et rester sans inquiétude, pour aller se "livrer" soi-même le 20 octobre à la gendarmerie, à la suite d’une convocation ?! C’est le cas du président Norbert Tiendrébéogo.

Si le ridicule pouvait tuer !!!
La coordination régionale des Hauts-Bassins réaffirme son soutien indéfectible au président Norbert Tiendrébéogo, et lance le signal d’alarme à tous les militants, à tous les démocrates, pour qu’ils restent vigilants et prêts pour parer à toute éventualité.

Le Burkina Faso est un pays qui n’appartient à personne et personne ne peut et ne doit y imposer ses propres règles de jeu aux autres. Nous restons convaincus de l’innocence de notre président et espérons que le droit sera dit en toute légalité, pour blanchir à jamais cet homme de conviction de toute infamie.
Nous sommes, et avec la majorité des Burkinabè, sankaristes, et le resterons à tout jamais. Aucune tentative de museler le FFS ne pourra nous départir de nos convictions.

Le peuple burkinabè mérite mieux que des gens qui veulent juste redorer leur blason à l’extérieur par des simulacres de putsch où des pays étrangers seraient impliqués.
En voulant faire ressembler les autres aux déstabilisateurs qu’ils sont, ils en profitent du même coup pour éliminer leurs obstacles les plus gênants à l’intérieur.
La couleuvre est difficile à avaler et elle ne passera point. S’il y a bien un président de parti qui ne peut pas faire de putsch au Burkina, c’est bien celui-là, car il ne sort jamais de son pays.

Militants et militantes du FFS, camarades progressistes, aujourd’hui, c’est Norbert Tiendrébéogo qui est visé, demain qui sera-ce ? Nous invitons donc les camarades dans les cellules de secteurs, les départements et les villes à rester mobilisés pour faire obstacle à cette manigance à laquelle seuls les inhibés mentaux et les simples d’esprit croient.
Vive le président Norbert Tiendrébéogo, vive le FFS, vive le sankarisme !!

Courage ! Car tous les "grands hommes" sont passés par là.

La patrie ou la mort, nous vaincrons !

La Coordination régionale des Hauts-Bassins
Le Secrétaire,Nestor Batio Bassière

Quota genre aux élections : La Majorité présidentielle (...)
Démission du MPC de la Majorité : « Claude Ouédraogo (...)
Elections de 2020 au Burkina : Le CGD pose la réflexion (...)
Litige au CDP : Le juge interdit à Mahamadi Kouanda (...)
Présidentielle de 2020 : Des jeunes collectent des fonds (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina Faso : Le fichier (...)
Loumbila : « Nous avons pris des mesures pour freiner la (...)
Assemblée nationale : Le Renouveau démocratique tient ses (...)
Commune de Ouagadougou : Amadou Sana élu deuxième adjoint (...)
Élections couplées de 2020 au Burkina : Le calendrier (...)
Réduction des inégalités : Un consortium d’OSC plaide (...)
Procès Mahamadi Kouanda contre la direction politique du (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Le MPC quitte la (...)
Élections 2020 au Burkina : La cellule de veille (...)
Vie des partis politiques : Le FAC teste sa popularité à (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Yeli Monique Kam, (...)
Elections 2020 au Burkina : Saran Sérémé « aperçue et (...)
Politique : Lizèta KAMBOU/BONKOUNGOU, la fille du PDG (...)
Elections du 22 novembre 2020 : Les partis et (...)
Election présidentielle de 2020 au Burkina : Kadré Désiré (...)
Présidentielle de 2020 au Burkina : Quand le système de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10668

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés