Actualités :: Burkina/vie politique : L’ancien leader estudiantin, David Moyenga, et ses (...)

Convaincus que le Burkina a besoin d’une "véritable rupture", David Moyenga et ses camarades ont, ce samedi 31 juillet 2021 à Ouagadougou, lancé un nouveau parti politique dénommé "Fasosidrouwo". C’est un parti qui prône la "rupture".

"Fasosidrouwo" est un combiné des trois principales langues, à savoir le bamana, le mooré et le fulfuldé (Faso, patrie, en bamana ; sid (contraction de sida), vérité, en mooré et drouwo, lutte, en fulfuldé).

"Fasosidrouwo" se comprend donc en français comme "la lutte du peuple pour la vérité ou la véritable lutte du peuple", expliquent les géniteurs du parti.
"Le Burkina Faso a besoin d’une rupture pour une nouvelle citoyenneté politique", déclarent les responsables du parti.

L’organe de direction de "Fasosidrouwo" est composé de douze personnes. Parmi elles, l’écrivain Adama Amadé Siguiré (auteur de Les grandes analyses politiques de l’écrivain professionnel : peut-on espérer une gouvernance vertueuse sous le pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré ?).

Le parti, qui s’inscrit dans une opposition non institutionnelle, est présidé par David Moyenga, universitaire, ancien député du Conseil national de la transition (CNT) et jusque-là, troisième vice-président chargé des relations avec les autres partis politiques de l’Alternative patriotique panafricaine/Burkindi, (l’APP/Burkindi, créé en juin 2018).

Selon les porteurs de "Fasosidrouwo", il y a, au Burkina, une aspiration à la libération assez claire et visible. "Au Burkina, c’est comme s’il y a une politique de destruction des acquis de l’insurrection. Les gens aspiraient à la bonne gouvernance. Aujourd’hui, la situation est chaotique", affirme M. Moyenga, convaincu que seule une rupture réelle peut faire l’affaire du peuple.

Le modèle de gouvernance actuelle a totalement échoué sur tous les plans, insiste-t-il, précisant qu’il faut une rupture, un changement de paradigme. "S’il y a une rupture politique, il faut qu’il y ait une relève politique pour ne pas que les systèmes en vigueur reviennent autrement pour prendre en otage le peuple", avisent les dirigeants du parti.

Après le lancement de "Fasosidrouwo", l’organe de direction (un échantillon des membres-fondateurs du parti, selon les informations) compte entreprendre des actions et déployer les stratégies d’installation à travers le territoire national. Dans cette démarche, il est annoncé la rentrée politique du parti dans le mois de septembre 2021 ; occasion, disent ses responsables, pour expliquer davantage, la vision et la ligne du parti.

O.L
Lefaso.net

L’Opposition et son chef de file
Chef de file de l’opposition : déclaration de la (...)
Union internationale des magistrats : Pour une avancée (...)
Laurent Bado : un intellectuel égaré en politique
Politique nationale : Hermann Yaméogo et les écrits (...)
L’Avocat a trouvé son Maître
Politique nationale : La mue de Roch Marc Christian (...)
Forces armées nationales : L’instruction civique entre (...)
AJCBC : « Blaise est ce qu’il y a de meilleur pour (...)
Burkina -Tchad : ouverture prochaine d’une ambassade à (...)
Gilbert Ouédraogo : « Je ferai de larges concertations (...)
Laurent Bado : "Le système éducatif burkinabè est (...)
Compte rendu du Conseil des ministres du 9/06/2004
Monique Ilboudo, ministre de la Promotion des droits (...)
Eglise burkinabè : La petite phrase de trop ?
Roch Marc Christian Kaboré : "Il n’y a aucun problème (...)
IIIè législature, deux ans après : Radioscopie d’étape du (...)
Groupe parlementaire "Justice et démocratie" : Le ver (...)
Assemblée nationale : Le "discours provocateur" de (...)
MPS/Parti fédéral : Des amazones en selle
Groupe Justice et démocratie : Non à "la diatribe et à la (...)

Pages : 0 | ... | 11487 | 11508 | 11529 | 11550 | 11571 | 11592 | 11613 | 11634 | 11655 | ... | 12054



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés