Actualités :: Burkina : Zilma Bacyé démissionne de la NAFA pour « graves dysfonctionnements (...)

Zilma François Bacyé , l’ex-député de la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA) a remis sa démission au Pr Mamoudou Dicko ( Secrétaire Exécutif National de la NAFA ), le 26 janvier 2021.

Dans la correspondance dont Lefaso.net a obtenu copie, sa démission, selon ses propos, est "due aux graves dysfonctionnements dans la conduite des affaires du parti depuis le dernier Congrès". Voici in extenso le contenu de la correspondance.

" Je voudrais par la présente, rendre ma démission de la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA) et par conséquent du Conseil national du parti où j’étais membre, pour compter de la date de signature de la lettre de démission à vous adressée. Ma démission est due aux graves dysfonctionnements dans la conduite des affaires du parti depuis le dernier Congrès. Cette manière actuelle de gérer le parti est contraire à mes principes de travail et à ma vision de faire autrement la politique contenue dans les statuts et règlement intérieur de la NAFA.

Avec cette décision prise dans la douleur, je voudrais demander pardon à toute et tout militant (e) que j’ai dû consciemment ou inconsciemment offusquer.Tout en souhaitant des meilleures perspectives pour le parti, je souhaite à toutes et tous une bonne et heureuse année 2021" a écrit Zilma François Bacyé.

Membre fondateur de la NAFA, Zilma François Bacyé était député de la NAFA de 2015 à 2020 (7e législature). Il a été aussi membre du Conseil national de la NAFA et Ex- Secrétaire Général National de la NAFA.

Lefaso.net


La lettre de démission de Zilma Bacyé

Monsieur le Secrétaire Exécutif,

Je voudrais par la présente, rendre ma démission de la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA) et par conséquent du Conseil national du parti où j’étais membre, pour compter de la date de signature de la lettre de démission à vous adressée.

Ma démission est due aux graves dysfonctionnements dans la conduite des affaires du parti depuis le dernier Congrès.

Cette manière actuelle de gérer le parti est contraire à mes principes de travail et à ma vision de faire autrement la politique contenue dans les statuts et règlement intérieur de la NAFA.

Avec cette décision prise dans la douleur, je voudrais demander pardon à toute et tout militant (e) que j’ai dû consciemment ou inconsciemment offusquer.
Tout en souhaitant des meilleures perspectives pour le parti, je souhaite à toutes et tous une bonne et heureuse année 2021.

Révision du code électorale : "C’est un assassinat de la (...)
"La Justice sociale, une lutte permanente"
Tolé Sagnon, SG de la CGT-B : "Le syndicat ne peut pas (...)
Modification du Code électoral : Le CDP jusqu’au (...)
Révision du code électoral : les citoyens infantilisés
Jean-Paul Grollemund, consul du Burkina Faso à Lyon et (...)
Modification du Code electoral : Le CDP passe en force (...)
Tournée du ministre Salif Diallo :Agriculture, sport, (...)
Procès : Il n’y a pas que les condamnés qui ont (...)
Partis extra-parlementaires :La Coordination est mal (...)
Affaire UNIR/MS : les sankaristes s’offrent en spectacle (...)
Coordination des partis politiques extraparlementaires (...)
Candidature de Blaise Compaoré en 2005 : "La physique (...)
Blaise Compaoré : "Ce qui terrorise l’Afrique, c’est la (...)
Partis politiques extra-parlementaires : Cafouillage (...)
Barreau burkinabè : La Cour d’appel refuse de suspendre (...)
Politique : L’UNIR/MS et le MATD à la barre ce (...)
Sud-Ouest et Cascades : L’ADF/RDA auprès de ses (...)
Compte-rendu du Conseil des Ministres du mercredi 21 (...)
Blaise Compaoré à Cotonou et à Paris
PROCES : "Une sirène d’alarme"

Pages : 0 | ... | 11151 | 11172 | 11193 | 11214 | 11235 | 11256 | 11277 | 11298 | 11319 | ... | 11613



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés