Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures .Je ne suis pas d’accord .Les blessures demeurent intactes .Mais avec le temps , notre esprit ,afin de mieux se protéger ,recouvre ses blessures de bandages et la douleur diminue , mais elle ne disparait jamais.» Rose Kennedy

Employabilité des jeunes diplômés : La Société Générale Burkina Faso noue un partenariat avec trois écoles supérieures de formation

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • vendredi 5 juillet 2019 à 19h01min
Employabilité des jeunes diplômés : La Société Générale  Burkina Faso noue un partenariat avec trois écoles supérieures de formation

La Société Générale Burkina Faso (SGBF) veut donner la chance aux étudiants burkinabè de se frotter au métier de la finance. C’est ainsi qu’elle a conclu, le mardi 2 juillet 2019, un accord de collaboration, sanctionné par la signature d’une convention avec trois écoles supérieurs de renommée située dans la commune de Ouagadougou. Il s’agit en l’occurrence de l’Institut Africain de Management (IAM), l’université Aube Nouvelle (U-AUBEN) et de l’Institut burkinabè des arts et métiers (IBAM).

« Ce partenariat est la preuve de notre engagement et l’engagement du groupe Société Générale ici au Burkina Faso. La Société Générale Burkina Faso est une banque reconnue au niveau du système bancaire burkinabè, et il était important pour nous qu’au-delà du financement des économies que nous puissions apporter une participation concrète à l’éducation des jeunes burkinabè », a déclaré le Directeur Général (DG) de Société Générale Burkina Faso (SGBF) à l’issue du parachèvement du procès-verbal qui s’est déroulée dans une ambiance conviviale et chaleureuse. La signature de cette convention de partenariat ambitionne offrir « une immersion complète des jeunes diplômés au sein de l’institution bancaire afin de leur donner l’expérience qui leur sera bénéfique à l’avenir dans leur vie professionnelle », précise Harold Coffi.

Elle couvre une période de six mois renouvelable. Elle va permettre l’accueil d’étudiants en stage de fin de cycle ou de mi-parcours issus de l’Institut Africain de Management (IAM), l’Université Aube Nouvelle (U-AUBEN) et l’Institut Burkinabè des Arts et Métiers (IBAM). Le dynamisme du partenariat se traduira également par l’ouverture du programme d’excellence « SGBF jeunes talents » aux jeunes diplômés d’écoles ou d’universités de renommée, doté d’un fort potentiel. Harold Coffi, réitère la disponibilité de son institution à accueillir les étudiants pour leurs stages.

Le processus de sélection

Présent à la cérémonie, le Directeur des Ressources Humaines et Formation de l’institution bancaire, Pascal Ouédraogo a expliqué le processus de sélection des « futurs stagiaires » aux premiers responsables des universités et instituts supérieurs. « Nous allons sur une base de cinq étudiants par filière. Nous allons recevoir les meilleurs CV sur la base des notes de fin d’année que nous allons soumettre à des tests qui vont balayer les différents types de recrutement que ce soit individuel, collectif ou autre. Enfin, les chefs des 12 départements vont chacun, en fonction du potentiel que va dégager les étudiants que nous allons recevoir en entretien, sponsoriser un étudiant en le prenant dans son département sur une période de six (06) mois renouvelable une fois », a-t-il dit. A la fin du stage, une attestation leur sera délivrée par le Directeur Général.

Des premiers responsables satisfaits

Le Directeur Général de l’IAM, Alioune Benga s’est réjoui de cette collaboration fructueuse qui, selon lui, témoigne de l’engagement de la banque à vouloir accompagner les écoles supérieures de formations à avoir des ressources humaines de qualité, « gage de tout développement dans un pays ». Mais ce n’est pas tout. C’est aussi dans le souci permanent et constant de veiller à l’adéquation formation/emploi.

M. Alioune a dit à ce sujet que les étudiants qu’ils forment sont destinés à l’entreprise. Toutefois, a-t-il relevé, « si ses produits ne répondent pas à l’attente de l’entreprise, cela veut dire que nous avons échoué notre mission de formation ». Il termine ses propos en rassurant de faire de son mieux pour être à la hauteur des attentes de la banque.

« C’est pour moi un privilège parce qu’on a énormément d’établissements au Burkina Faso. Si nous sommes là ce matin, c’est parce que nous représentons quelque chose et nous en sommes vraiment satisfaits », s’est réjoui Blaise Koné, Directeur Général de l’IBAM. Pour lui, à travers ce partenariat, Société Générale Burkina Faso résout un problème majeur des universités burkinabè : Comment adapter les formations aux besoins de l’emploi pour que l’Etat ne finance pas des choses qui aboutissent aux chômages à grande échelle ?

En rappel, en termes de performance, Société Générale, depuis 150 ans, emploie plus de 145 000 collaborateurs, présents dans 66 pays, et accompagne au quotidien 31 millions de clients dans le monde entier en offrant une large palette de conseils et solutions financières sur mesure aux particuliers, entreprises et investisseurs institutionnels.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rappels de droits : La direction générale des impôts annonce des remises sur les pénalités notifiées
Maison de l’entreprise du Burkina Faso : 19 nouveaux consultants prêts à accompagner les entreprises
Session 2019 du Forum politique de haut niveau (FPHN) sur le développement durable 2019, du Conseil Economique et Social des Nations Unies(ECOSOC)
20ème conférence des agents comptables : Pour une meilleure mobilisation des ressources financières de l’Etat
Exploitation minière artisanale : 600 millions de F CFA de la France pour promouvoir les bonnes pratiques
3e édition du forum national de l’économie informelle : Rendez-vous du 18 au 20 juillet à Ouagadougou
20ème conférence des agents comptables : Le nouveau code des impôts en question
« Eco » : Alassane Ouattara ne veut pas de rupture brutale avec le trésor français
Monnaie unique de la CEDEAO, zone de libre échange en Afrique : Le satisfecit de l’Alliance Arc-en- ciel de la majorité présidentielle
Commerce au Burkina : Les acteurs dénoncent une concurrence déloyale
Zone de libre échange continentale africaine : Une concrétisation d’une vision des pères fondateurs de l’UA selon le président du Faso
Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés