LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest : 11,5 milliards de FCFA pour soutenir le secteur fruits et légumes au Burkina

Publié le mercredi 11 janvier 2012 à 00h41min

PARTAGER :                          

Le ministre délégué en charge de l’Agriculture, Abdoulaye Combary, a présidé, le mardi 10 janvier 2012, à Ouagadougou, l’atelier de lancement technique du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO). Durant 48 heures, la rencontre sera aussi l’occasion d’informer les participants, des objectifs du programme.

Informer et sensibiliser les acteurs impliqués dans la mise en œuvre du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO). Tel est l’objectif de cet atelier de lancement technique qui se tient, les 10 et 11 janvier 2012 à Ouagadougou. Pour le chef du projet PPAAO à la Banque mondiale, Abdoulaye Touré, une cérémonie similaire sera organisée dans neuf autres pays, marquant ainsi leur adhésion au programme, avant sa phase opérationnelle. Car de son avis, une telle rencontre s’avère importante dans la mesure où elle permet aux différents acteurs de s’imprégner du contenu du programme, sa stratégie d’intervention et de ses modalités d’exécution.

Le PPAAO, a poursuivi M. Traoré, vise à créer un espace de technologies et un pôle de compétences dans la sous-région. Et concernant le Burkina Faso où le financement est estimé à plus de 11 milliards de FCFA, il va contribuer à l’augmentation de la productivité agricole dans les filières majeures, avec un accent particulier sur les fruits et légumes (mangues et oignons). Le ministre délégué à l’Agriculture, Abdoulaye Combary, a indiqué que le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest est la concrétisation de la volonté du gouvernement d’appuyer les acteurs des filières agrosylvopastorales pour un accès aux technologies développées par la recherche. Selon lui, l’Etat burkinabè s’est déjà investi, en vue de relever les contraintes qui annihilent les efforts des producteurs, à travers des actions multiformes.

Il y a la mise en œuvre d’un nouveau Système de vulgarisation et d’appuis-conseils agricoles (SNVACA), la mise à la disposition des producteurs des semences améliorées, le développement de la liaison production-marché, à travers la création de la direction de l’économie rurale. . Ainsi, à l’entendre, son département est conforté par l’objectif poursuivi par le PPAAO, à savoir générer et diffuser des technologies améliorées pour l’intensification durable des productions agricoles, mais aussi, par l’intégration et l’harmonisation des politiques agricoles nationales. « Ce faisant, le PPAAO contribuera, à n’en pas douter, à réduire le fossé qui existe souvent entre les résultats combien édifiants de la recherche et les résultats obtenus sur le terrain », a-t-il relevé.

Tout en traduisant sa gratitude à la Banque mondiale pour son soutien au programme, Abdoulaye Combary s’est dit certain que le PPAAO permettra de booster la productivité agricole, notamment la recherche/développement. Le PPAAO est mis en œuvre depuis 2008 de façon graduelle, dans les pays membres de la CEDEAO. Les premiers pays à y adhérer sont le Ghana, le Mali et le Sénégal.

Nombamba Didier OUEDRAOGO

Sidwaya

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique