LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Burkina/Missions d’investigations sur saisine et d’appui : Les irrégularités se chiffrent à 433 109 535 francs CFA, selon l’Inspection générale des finances

Publié le lundi 3 juin 2024 à 22h04min

PARTAGER :                          
Burkina/Missions d’investigations sur saisine et d’appui : Les irrégularités se chiffrent à 433 109 535 francs CFA, selon l’Inspection générale des finances

Le document bilan de l’Inspection générale des finances (IGF) note qu’au cours de l’année 2023, quinze (15) missions d’investigations sur saisine et d’appui ont été réalisées. Ces missions d’investigations et d’appui visaient trois objectifs spécifiques : s’assurer de l’utilisation efficace des ressources débloquées pour la prise en charge des dépenses de personnel de santé ; procéder à des investigations aux fins de confirmer ou d’infirmer des soupçons de dissipations de fonds et s’assurer de la bonne gestion financière et comptable des structures.

Les investigations menées par l’Inspection générale des finances (IGF) ont permis de déceler des irrégularités financières. Ces irrégularités se chiffrent à 433 109 535 francs CFA. Elles sont relatives aux ressources collectées non reversées (26 975 830 FCFA) ; aux pénalités de retard (1 872 412 FCFA) ; aux surfacturations (9 399 400 FCFA) ; aux retenues non opérées (7 071 927 FCFA) ; aux pièces justificatives de dépenses (333 193 036 FCFA).

Elles portent également sur les frais de mission (5 071 237 FCFA) ; les dotations en carburant (1 220 000 FCFA) ; les rétributions (10 137 000 FCFA) et les indemnités sur salaire (38 168 693 FCFA).

Outre les irrégularités financières, des faiblesses ont été également identifiées par l’IGF. Entre autres faiblesses, on peut citer l’absence des pièces justificatives des dépenses, l’insuffisance dans l’archivage des pièces justificatives ; l’absence de projets de dépenses dans les dossiers de déblocage de fonds ; le financements d’activités hors PTBA ; l’inobservation des règles de gestion en matière de paiement des dépenses publiques.

Mais pas que. La mauvaise liquidation des indemnités de mission à l’intérieur et à l’extérieur du Burkina Faso est aussi une des faiblesses évoquées par l’IGF. En réponses à ces insuffisances, les recommandations suivantes ont été formulées : renforcer les capacités des OSC sélectionnées pour une meilleure justification des fonds reçus ; prendre en compte dans les critères de sélection des OSC, leurs capacités à justifier les fonds reçus ; renforcer la supervision des OSC bénéficiaires de financements, mettre en place un dispositif d’archivage des pièces justificatives de dépenses, joindre un projet de dépense à tout dossier de déblocage de fonds.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net
Source : Rapport 2023 de l’IGF

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le gouvernement veut maîtriser le taux d’inflation