LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Séminaire gouvernemental : Réguler les budgets ministériels pour satisfaire les besoins des populations

Publié le jeudi 23 mai 2024 à 20h02min

PARTAGER :                          
Séminaire gouvernemental : Réguler les budgets ministériels pour satisfaire les besoins des populations

(Ouagadougou, 23 mai 2024). Le Président de la Transition, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a procédé, ce jeudi matin, à l’ouverture d’un séminaire gouvernemental axé sur la satisfaction des besoins des populations et sur la gestion efficiente des ressources publiques.

Voulu par le Chef de l’Etat, ce séminaire gouvernemental est articulé autour de trois principaux points. Il s’agit de la régulation budgétaire de l’année en cours, de la préparation du budget de l’année 2025 et de la maîtrise des effectifs des agents de la Fonction publique.

Pour le Président de la Transition, il est nécessaire de réguler le budget en cours d’exécution pour mieux prendre en compte les besoins des masses populaires. A cet effet, le Chef de l’Etat a invité les membres du gouvernement à orienter les ressources financières vers des actions concrètes à fort impact sur les conditions de vie des populations.

« Il y a une initiative qui sera lancée dans les jours à venir dans les domaines de l’éducation et de la santé. Elle doit nous permettre de construire des écoles modernes et aussi des amphithéâtres dans plusieurs centres universitaires du Burkina Faso ; la nécessité de réguler les budgets se fait donc sentir », a expliqué le Capitaine Ibrahim TRAORE.

Dans cette perspective, le Président de la Transition a donné des instructions visant à réadapter la notion de budget programme dans l’élaboration du budget de l’année 2025 pour une simplification et une efficience dans son exécution.

La maîtrise des effectifs des agents de la Fonction publique est un défi que le gouvernement doit relever pour une meilleure gestion des dépenses liées aux salaires. Pour ce faire, le Président de la Transition a instruit les ministres à faire le point de la présence de leur personnel toutes les deux semaines. Cela permettra d’avoir une photographie réelle de leurs effectifs. « Ce qui nous permettra de confronter les chiffres avec ceux de la Fonction publique et du ministère de l’Economie, des Finances et de la Prospective pour voir qui est payé pour quel travail », a soutenu le Président de la Transition.

Direction de la communication de la Présidence du Faso

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 24 mai à 06:32, par HUG En réponse à : Séminaire gouvernemental : Réguler les budgets ministériels pour satisfaire les besoins des populations

    Mon cher, les fonctionnaires n ont rien à avoir dzns ça.Il suffisait de supprimer les fonds speciaux de la presidence qui a éte augmenté de 70%.il s agit aussi de supprimer tous les caisses noires, supprimer les institutions unitiles et budgetivores .Les.fonctionnaires travaillent pour qui ?hum rires.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai à 08:47, par Ouiya En réponse à : Séminaire gouvernemental : Réguler les budgets ministériels pour satisfaire les besoins des populations

    Faire le point des effectifs de la Fonction publique toutes les 02 semaines afin d’avoir une maitrise desdits effectifs ? Je trouve l’exercice fastidieux et inutile. L’Administration enverra systématiquement les mêmes listes parce que, quoi qu’on dise, les agents publics sentent comme un acharnement sur eux non seulement de la part des Wayiyans dont l’écrasante majorité est constituée de gens sans culture, mais surtout de la part du chef de l’Etat et cela fera naitre un élan de solidarité.
    Pour avoir l’effectif réel des agents publics, revenons au bon vieux temps où les salaires n’étaient pas payés par virement bancaire mais par billetage.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai à 12:09, par Opérateur économique En réponse à : Séminaire gouvernemental : Réguler les budgets ministériels pour satisfaire les besoins des populations

    "Réguler les budgets" des ministères signifie diminuer les montants des crédits alloués aux ministères. C’est sûr que le montants qui seront biffés seraient ceux destinés aux acquisitions et aux activités de fonctionnement, donc ceux destinés à payer les prestataires de services dont je suis. Monsieur le président, sous prétexte de lutter contre le terrorisme, votre gouvernement est en train de tuer l’économie et donc, en train de créer de nouveaux terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 07:33, par kwiliga En réponse à : Séminaire gouvernemental : Réguler les budgets ministériels pour satisfaire les besoins des populations

    Bonjour les Modérateurs,
    Alors donc, on ne peut plus dire que les séminaires et autres formations, réunions Décentralisés, sont terriblement budgétivores...?
    Eventuellement, lorsque je critique trop vivement, trop ouvertement, que j’évoque la dictature, la tyrannie,... je peux comprendre votre censure... Mais là ? J’ai franchement l’impression de subir une censure gratuite.
    Toujours pas envie de mettre à disposition des internautes un petit guide éthique, qui nous éviterai de voir nos messages supprimés ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai à 11:49, par Kadjou En réponse à : Séminaire gouvernemental : Réguler les budgets ministériels pour satisfaire les besoins des populations

    En lisant les critiques ci-dessus on comprend que beaucoup écrivent pour juste exprimer leur aigreur. En quoi par exemple régulier le budget signifie-il nécessairement diminuer le montant des crédits alloués ?
    La régulation ou la révision budgétaire permet d’analyser plus finement en mi-année les crédits alloués aux différents secteurs et lignes de dépenses, réajuster et affiner les prévisions de dépenses, annuler certaines dépenses jugées inopportunes et affecter les montants aux lignes de dépenses prioritaires. Cela va nécessairement amener à faire des choix rigoureux ; je pense par exemple à tous ces séminaires bidons dans les régions et les missions budgétivores inutile à l’extérieur et affecter les ressources à des secteurs dits prioritaires, comme l’éducation et la santé. Par exemple, je connais dans certaines ambassades du Burkina où des postes inutiles taillés pour juste rapprocher les épouses/époux d’ancien(ne)s dignitaires qui travaillent dans des institutions internationales dans de nombreux capitales et qui coûtent très chers au budget de l’Etat. Tout ces genres de postes sont à supprimer.
    On voit aussi dans ce pays comment chaque année, vers la fin de l’année des études bidons sont commanditées, des séminaires inutiles sont organisés pour juste dépenser l’argent prévu (perdiem, pauses café, déjeuner, location de salles etc) juste pour se sucrer. Il y a quelques années un ami me racontait avoir été contacté pour une étude qui avait même déjà été faite par le PNGT. Quand il a attiré leur attention (parce qu’il faisait partie de l’équipe qui a réalisé l’étude pour le PNGT), on a apporté quelques modifications cosmétiques au TDR et on lui a fait pondre un document vite validé. Mais les commanditaires ont fait pression pour prendre la grosse part du gâteau. C’est ce genre d’inutilités que ce type d’exercice permet de stopper.
    Il faut radicalement revoir la gestion et la gouvernance de ce pauvre pays où tout est urgent et qui ne doit plus s’autoriser certaines dépenses s’il veut se libérer de l’asservissement et de l’endettement qui hypothèque l’avenir.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le gouvernement veut maîtriser le taux d’inflation