LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina/Cadre sectoriel "gouvernance économique" : Le taux de mobilisation des ressources au profit du budget de l’État se chiffre à 99,23%

Publié le mardi 27 février 2024 à 21h15min

PARTAGER :                          
Burkina/Cadre sectoriel

Le Cadre sectoriel « gouvernance économique » tient ce 27 février, sa première revue au titre de l’année 2024. La rencontre a pour objectif d’examiner et d’adopter le rapport de mise en œuvre des actions de l’année 2023 ainsi que le Plan d’action pour la stabilisation et le développement du secteur « Gouvernance économique » pour la période 2024-2026. Elle sera aussi l’occasion de formuler des recommandations, pour une amélioration des performances pour l’année 2024.

Le cadre sectoriel de dialogue constitue un cadre d’échanges privilégié pour les acteurs du domaine de l’économie, car il leur permet d’apprécier les actions menées au cours de l’année antérieure et les résultats engrangés, de relever les difficultés rencontrées et d’envisager des perspectives. Pour ce qui concerne l’année 2023, le ministre de l’économie, des finances et de la prospective, Aboubakar Nacanabo, a laissé entendre que d’importantes réalisations ont été faites.

En effet, dans le cadre de la mobilisation des ressources budgétaires, ce sont 2 552,86 milliards de francs CFA qui ont été mobilisés sur une prévision de 2 572,79 milliards FCFA, soit un taux d’exécution de 99,23%. Ce niveau de mobilisation est en hausse de 152,32 milliards FCFA par rapport à la même période en 2022, soit un taux de progression de 6,35%.

Aussi, pour ce qui est de l’informatisation du cadastre foncier national, 848 903 références cadastrales ont été numérisées, 277 875 propriétaires de parcelles ont été identifiés et saisis dans e-cadastre et 17 327 parcelles ont été évaluées. Les résultats obtenus grâce aux actions menées en 2023, ravissent le chef du département de l’économie et des finances, Aboubakar Nacanabo. "Les résultats sont satisfaisants au regard du contexte, mais il y a aussi une forte demande sociale qui doit être comblée. L’État va continuer à fournir les efforts nécessaires pour faire en sorte que cette demande sociale soit comblée", a-t-il affirmé.

Aboubakar Nacanabo, ministre de l’économie, des finances et de la prospective, fait noter que 2 552,86 milliards de francs CFA ont été mobilisés en 2023 sur une prévision de 2 572,79 milliards FCFA, soit un taux d’exécution de 99,23%

Il faut noter que malgré des défis liés à la situation sécuritaire, aux tensions géopolitiques internationales, ainsi que le resserrement des conditions sur le marché régional qui a engendré des problèmes de liquidité, l’économie burkinabè a su faire preuve de résilience. Une résilience qui a permis de faire passer le taux de croissance à 3.6 en 2023, alors qu’il était de 1.8 en 2022.

Le représentant résident de la Banque mondiale au Burkina Faso, également représentant des partenaires techniques et financiers, Hamoud Abdel Wedoud Kamil, a aussi exprimé sa satisfaction face aux acquis engrangés. Il s’est particulièrement réjoui des progrès significatifs enregistrés, notamment la réduction de l’inflation alimentaire qui est passée de 14,07% en 2022, à 0,74% en 2023, grâce aux décrets pris par le gouvernement pour la réduction des prix des denrées alimentaires. Il note également le maintien des allocations faites aux collectivités territoriales et qui s’élève à 34,59 milliards de FCFA.

Hamoud Abdel Wedoud Kamil, représentant des partenaires techniques et financiers, a réaffirmé l’engagement de ceux-ci à accompagner le Burkina Faso dans la mise en œuvre du plan d’action 2024-2026

Les PTF s’engagent donc au vu de ce qui précède, à continuer à accompagner le Burkina Faso pour le renforcement de son économie. « Nous avons au nom des PTF réaffirmé notre volonté de continuer à appuyer le gouvernement dans ses efforts qu’il déploie malgré la crise, notamment pour la mise en œuvre du plan d’action 2024-2026 », a confié Hamoud Abdel Wedoud Kamil.

Pour l’année 2024, le cadre sectoriel « gouvernance économique » entend poursuivre les actions en vue d’enregistrer de meilleures performances et de mobiliser environ 3 000 milliards de FCFA au profit du budget de l’État. Et pour ce faire, la digitalisation des procédures de recouvrement et de gestion des finances publiques va se poursuivre. De façon spécifique, il s’agira de certifier et de rendre opérationnelle la facture normalisée électronique, d’opérationnaliser la Banque des dépôts du trésor et la Caisse de dépôts et d’investissement, d’achever la numérisation et l’évaluation des parcelles sur e-cadastre. De plus, les actions de soutien au retour volontaire des PDI se poursuivront également, ainsi que celles en faveur de la promotion de l’employabilité des jeunes et des femmes et la mise en place du guichet spécial de financement des PME/PMI.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Une économie en hausse en février 2024 (Rapport)