LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina : La nouvelle directrice générale des impôts, Eliane Djiguemdé /Ouédraogo, officiellement installée dans ses fonctions

Publié le jeudi 15 février 2024 à 18h44min

PARTAGER :                          
Burkina : La nouvelle directrice générale des impôts, Eliane Djiguemdé /Ouédraogo, officiellement installée dans ses fonctions

L’inspectrice des impôts depuis 1997, Eliane Djiguemdé/Ouédraogo, a reçu les pleins pouvoirs pour diriger la Direction générale des impôts, ce jeudi 15 février 2024. Deuxième femme à occuper ce poste de responsabilité après Marie Thérèse Drabo/Keïta (1987 à 1993), Mme Djiguemdé succède à Daouda Kirakoya. La cérémonie d’installation a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’Economie, Abdoul Rachid Soulama.

En vertu du principe de la continuité de l’administration, des femmes et des hommes se succèdent au niveau des institutions pour assurer la continuité des services. Cette règle a été respectée ce jeudi 15 février 2024, à la Direction générale des impôts. En effet, après 21 mois (28 avril 2022-15 février 2024) passés à la tête de cette direction, première régie des recettes au Burkina Faso, Daouda Kirakoya a passé le flambeau à Eliane Djiguemdé/Ouédraogo, nommée en conseil des ministres en sa séance du 7 février 2024. Avant sa nomination, elle occupait le poste de directrice générale adjointe des impôts. Elle totalise plus de 26 années de service. C’est donc avec une riche et solide expérience qu’elle présidera aux destinées de « la maison commune ».

La nouvelle DGI, Eliane Djiguemdé/Ouédraogo, s’engage à servir avec intégrité et dévouement

Le transfert des compétences a été matérialisé par la signature d’un procès-verbal. Selon le secrétaire général du ministère de l’Economie, Abdoul Rachid Soulama, la nomination de Mme Djiguemdé participe de la volonté des autorités d’insuffler une dynamique nouvelle dans l’administration fiscale. Honorée, Mme Djiguemdé, a sacrifié à son devoir de reconnaissance et d’action de grâce à Dieu pour cette opportunité et adressé sa reconnaissance aux autorités du ministère de l’Economie et de la transition pour lui avoir renouvelé leur confiance en l’appelant à cette haute fonction à ces moments critiques de notre histoire. « Le contexte est assez difficile. L’environnement aussi n’est pas favorable », a-t-elle rappelé.

Qui parle de nouvelle fonction, parle de défis à relever. La nouvelle DGI se dit consciente de la tâche à laquelle elle est confrontée. « Nous avons, avec mon prédécesseur, ouvert beaucoup de chantiers. Il y a le chantier de la digitalisation des procédures pour rester en conformité avec l’engagement du président de la transition d’accroître la transparence dans l’administration fiscale et de réduire au maximum, le délai de traitement des dossiers. Un bout de chemin a été fait. Nous devrons maintenant mettre l’accent sur la digitalisation intégrale des procédures foncières et cadastrales qui est restée pendant longtemps en marge des processus de modernisation », a-t-elle fait remarquer.

Vue des participants

S’y ajoute la mobilisation de recettes. Pour l’année 2024, la DGI ambitionne de mobiliser environ 1 700 milliards de francs CFA, afin de garantir la poursuite des projets de développement du gouvernement et des collectivités territoriales et accompagner efficacement les efforts déployés par les autorités de la transition pour un retour rapide de la paix dans notre pays.

Au-delà de la mobilisation des recettes, la stabilisation du climat social occupe une place de choix, en ce sens qu’elle constitue une condition ultime pour garantir l’atteinte des objectifs ambitieux assignés à la DGI entrante. « C’est un challenge parce que les moments sont assez difficiles. Mais il nous faut rester ensemble. Je lance un vibrant appel à l’ensemble des collaborateurs pour que nous restions unis pour poursuivre le chemin qui a déjà été tracé », a-t-elle plaidé.

Le DGI sortant a reçu des présents

D’ores et déjà, il convient de souligner que la DGI dispose d’un outil de pilotage entre ses mains : le plan stratégique 2023-2027 qui donne les grandes lignes pour les cinq prochaines années. L’occasion s’y prêtant, la nouvelle DGI a rendu un grand hommage à son prédécesseur pour le travail acharné, son dévouement sans faille et son leadership exemplaire qui, selon elle, ont fortement contribué à façonner l’administration fiscale. À l’équipe du Conseil de direction et à l’ensemble des collaborateurs de la DGI, elle a rassuré de son entière disponibilité et de son ouverture à accueillir toutes les initiatives ou contributions visant l’édification de « la maison commune ».

M. Kirakoya, quant à lui, a félicité son successeur pour sa nomination, avant de souligner le travail qu’il a abattu en synergie avec ses collaborateurs durant les 21 mois et demi. Au nombre des acquis, on peut noter la mobilisation de près de 2 450 milliards de FCFA de recettes au profit des différents budgets, contre 1 860 549 968 725 FCFA au titre de la période précédente, soit un accroissement de 31,64%. Également, des réformes ont été suscitées, entreprises. Certaines ont été actées dans le plan de carrière, l’organigramme, le plan stratégique, le code général des impôts et autres textes. Toujours au titre des acquis, des offensives ont été menées pour rehausser l’aura de la DGI.

Ils étaient présents, parents, amis et collègues

Des sillons ont été tracés et des lignes ont bougé, ajoute M. Kirakoya. Non sans indiquer qu’ils ont ajouté de la terre à la terre et ce fût une expérience riche, passionnante et exaltante. Pour lui, le plus gros chantier reste le statut de la DGI. « Je suis convaincu et je reste persuadé que la mobilisation efficiente des ressources souveraines ne peut s’accommoder de lourdeurs administratives du carcan organisationnel classique, sources de blocage, d’inefficacité, de mesquinerie et de compétition. La DGI a besoin de déployer toutes ses ailes de la manière la plus optimum possible pour être au rendez-vous des résultats », a-t-il conclu. Une remise de présents a clos la présente solennité.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Portfolio

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Une économie en hausse en février 2024 (Rapport)