LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/Assemblée générale des sociétés d’État : La palme d’or attribuée à la SONABHY, selon Serge Poda

Publié le jeudi 22 juin 2023 à 22h38min

PARTAGER :                          
Burkina/Assemblée générale des sociétés d’État : La palme d’or attribuée à la SONABHY, selon Serge Poda

La 31e session de l’Assemblée générale des sociétés d’État a débuté ce jeudi 22 juin 2023 à Ouagadougou, et ce pour deux jours. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Premier ministre Me Apollinaire Kyelèm de Tambela.

Cette Assemblée générale s’est donné pour objectif d’examiner de façon profonde les états financiers des sociétés d’État et les rapports de gestion mais aussi analyser les difficultés qui entourent leurs activités journalières afin d’y apporter les solutions idoines.

L’assemblée générale des sociétés d’État est une sorte de conseil de ministres élargie au sein de laquelle participent les conseils d’administration des sociétés d’État, les directeurs généraux, les directeurs en charge des finances et de la comptabilité, des commissaires aux comptes et les structures techniques des différents départements ministériels qui y participent pour analyser les états financiers, a rappelé le ministre en charge du commerce Serge Poda.

Selon le ministre Poda, les chiffres d’affaires des sociétés d’État évoluent positivement dans l’ensemble. « Comme on l’avait indiqué, un chiffre d’affaires en évolution de plus de 20% qui s’établit à plus de 1600 milliards de francs CFA. Des bénéfices nets cumulés qui ressortent à plus de 70 milliards de francs CFA. Et une contribution au budget national à plus de 500 milliards de francs CFA dans un contexte national et international pas du tout facile en 2022. On peut apprécier positivement ces résultats. Avec le contexte difficile, on ne peut que souhaiter que 2023 soit encore meilleure pour ces sociétés d’Etat », a fait savoir le patron du ministère du Commerce.

Le ministre en charge du Commerce, Serge Poda

« Sur les 19 sociétés d’État, 15 sociétés ont des résultats bénéficiaires positifs et 4 sociétés connaissent des déficits en termes de résultats nets. Le résultat de ces quatre sociétés peut s’expliquer. Mais l’un dans l’autre, 15 sociétés d’État ayant un résultat net positif sur un total de 19, il y a lieu de s’en réjouir. La palme d’or est attribuée à la SONABHY et cela s’explique aussi », a indiqué Serge Poda.

La hausse du chiffre d’affaires de la SONABHY est consécutive à la forte demande de consommation de gasoil et du super. En ce qui concerne la SONABEL, son chiffre d’affaires a connu une hausse du fait de l’augmentation du nombre d’abonnés grâce aux différentes extensions et au renforcement de son réseau, a notifié le secrétaire général du ministère en charge du commerce, Fidel Ilboudo.

« La Valeur ajoutée (VA) globale qui mesure la contribution des sociétés d’Etat à la formation du Produit intérieur brut (PIB) est quant à elle passée de 238,761 milliards en 2021 à 238,516 milliards de FCFA en 2022, soit une légère baisse de 245 millions de FCFA en valeur absolue. Cette décroissance de la valeur ajoutée globale des 19 sociétés d’Etat traduit la dégradation de leur apport à la formation du PIB. Elle se justifie essentiellement par la détérioration de la valeur ajoutée de la SONABHY, de la SONAGESS et de la SONABEL qui ont diminué respectivement de 2,145 milliards, de 1,249 milliard et de 790 millions de FCFA » a souligné monsieur Ilboudo. Il sied, poursuit-il, de relever que la baisse de la valeur ajoutée de la SONABHY qui représente 28,66% de la valeur ajoutée des 19 sociétés d’Etat en 2022 s’explique par l’accroissement du coût d’achat des produits pétroliers.

Le secrétaire général du ministère du Commerce, Fidel Ilboudo

En ce qui concerne la SONAGESS, la baisse de la valeur s’explique par la diminution de son volume d’activités et l’augmentation des charges d’exploitation. Rappelons au passage que la valeur ajoutée de la SONAGESS est négative en 2022. Celle de la SONABEL se justifie également par l’augmentation des charges d’exploitation.

Le premier ministre Me Apollinaire Kyelèm de Tambela a invité les sociétés à plus d’engagement et d’efficacité dans l’exercice de leur tâche. « Les Burkinabè attendent beaucoup de vous. On doit veiller à ce que les services que rendent les sociétés d’Etat s’améliorent. Que le citoyen ne passe pas une demie journée ou toute une journée entière rien que pour payer sa facture. Ce qui fait un temps de production en moins », a-t-il dit aux responsables de ces sociétés. Pour plus d’efficacité et de rapidité Me Kyelèm a exhorté les sociétés d’Etat à intégrer le digital à tous les niveaux de services.

Le Premier ministre Me Apollinaire Kyélèm de Tambela

Le Premier ministre a demandé aux sociétés d’Etat de recourir au service de l’Etat pour les audits et les conseils au lieu de faire appel aux cabinets privés.

Rama Diallo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 23 juin 2023 à 00:18, par Valere En réponse à : Burkina/Assemblée générale des sociétés d’État : La palme d’or attribuée à la SONABHY, selon Serge Poda

    ça c’est le drapeau de quel pays qui trone dans la salle (Guinée, Mali..) ?? Ce n’est pas celui du BF en tout cas

  • Le 23 juin 2023 à 12:18, par Ka En réponse à : Burkina/Assemblée générale des sociétés d’État : La palme d’or attribuée à la SONABHY, selon Serge Poda

    ’’’’’’’’’’’’Le Premier ministre a demandé aux sociétés d’Etat de recourir au service de l’Etat pour les audits et les conseils au lieu de faire appel aux cabinets privés.’’’’’’’’’’’’’

    Pour une foi je confirme : Car, l’Inspection Générale de l’Etat ou Autorité Supérieur de Contrôle d’Etat et la lutte contre la corruption ( ASCELC) a toujours d’après ma connaissance réaliser ses missions de comparaisons internationales relative à l’audit et à l’évaluation dans les administrations des pays ayant de bonnes pratiques reconnues au plan international. D’ailleurs après 2014, l’état Burkinabé essayait de développer l’audit dans le secteur public, et c’est dans ce cadre que l’IGE, dans le prolongement, pourra formuler des recommandations pour structurer la politique de contrôle et d’audit internes et externes au sein du Faso : Surtout mettre en place à long terme un dispositif cohérent au sein de l’administration. Pour conduire sa mission, l’inspection doit mener des investigations dans l’ensemble des ministères et sur un échantillon d’établissements publics qui deviendra general comme demande le premier ministre. Notre surprise est que le régime Traoré a continué ce qui avait été entrepris, a ne citer que l’arrestation des maires et le ministre Dabilgou, mais pas de militaires corrompus.

    Pour conduire sa mission, l’inspection doit mener des investigations dans l’ensemble des ministères et sur un échantillon d’établissements publics. Si je dis tous les ministères c’est comment comprendre que certains DIRECTEURS, certains MINISTERES puissent faire obstruction a une mission d’inspection sans aucune sanction ? Depuis des années, la chambre des comptes produit des rapports suivis de recommandations a l’exécutif qui sont restés sans suite et jetés aux oubliettes. Je reste convaincu que d’autres rapports subiront les mêmes sorts.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le gouvernement veut maîtriser le taux d’inflation