LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Africallia 2023 : « Ce doit être un nouveau départ pour faire des affaires au profit de l’Afrique et des Africains », Apollinaire Kyelem aux entrepreneurs

Publié le jeudi 25 mai 2023 à 22h30min

PARTAGER :                          
Africallia 2023 : « Ce doit être un nouveau départ pour faire des affaires au profit de l’Afrique et des Africains », Apollinaire Kyelem aux entrepreneurs

Le contexte sous-régional et international difficile marqué par des crises sécuritaires, politiques et sanitaires, a retardé l’organisation du forum ouest africain de développement des entreprises (Africallia) 2023. Après la dernière édition en Côte d’Ivoire en 2019, le Burkina Faso tient du 24 au 26 mai 2023 ce cadre de rencontres et d’échanges des hommes et femmes d’affaires venus de partout à travers le monde. La cérémonie d’ouverture a eu lieu dans la matinée du jeudi 25 mai 2023 à Ouagadougou, en présence du Premier ministre burkinabè, Me Apollinaire Kyelem de Tambela.

Africallia 2023 se tient dans un contexte où le Burkina Faso est en proie à l’hydre terroriste et dans lequel certaines voix déconseillent d’y mettre les pieds. Dès l’entame de son discours, le Premier ministre s’est employé à saluer avec déférence les entrepreneurs qui, malgré les préjugés, ont bien voulu marquer leur présence à cet événement. « Bien avant Africallia, de grandes rencontres internationales se sont tenues à Ouagadougou en toute sécurité. Je veux parler du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) et du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). Récemment, s’est aussi tenue à Bobo Dioulasso, la Semaine nationale de la culture et tout cela dans une parfaite sécurité et tranquillité. La confiance que vous nous portez est un démenti porté aux prophètes de l’apocalypse, qui se plaisent à peindre le Burkina Faso en rouge et qui déconseillent la destination Burkina Faso. Merci encore pour votre confiance » a-t-il dit aux entrepreneurs.

Une vue des hommes et femmes d’affaires présents à cette cérémonie d’ouverture

Le thème de la conférence de cette présente édition est : « Les projets structurants dans l’UMOA et les outils de financement international des projets du secteur privé ». Selon Mahamadi Savadogo, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso, ce thème rappelle la nécessité pour les entreprises de coopérer pour une économie sous-régionale plus forte. « Nous parviendrons ainsi à renforcer notre résilience face aux chocs économiques extérieurs qui deviennent de plus en plus récurrents et réduire de manière significative le niveau de pauvreté dans nos espaces », a-t-il souligné.

Cette édition a été l’occasion pour la Chambre de commerce du Burkina de signer des accords de partenariat avec les Chambres de commerce du Cameroun, de la Guinée et de la Guinée Bissau

Pour la concrétisation de ce projet, le Premier ministre n’a pas manqué d’interpeller les entrepreneurs sur la loyauté dont ils doivent faire montre vis-à-vis de leur continent qui, malheureusement, est toujours à la traîne. Ainsi, à travers une série de questions, il les a invités à une profonde introspection pour une meilleure orientation de leurs centres d’intérêts. « Vous êtes, pour l’essentiel, des hommes d’affaires africains, ce qui veut dire que vous êtes des Africains. Mais vous comportez-vous en Africains dans vos affaires ou bien vous comportez-vous en affairistes ? En simples appendices du capitalisme international ? En simples représentants de bureaux d’affaires occidentaux ? Où en des hommes d’affaires patriotes, conscients et soucieux de l’avenir de leur continent ? A chacun de répondre pour lui-même », a-t-il lâché avant de poursuivre en ces termes : « L’Afrique est notre terre. Si nous ne la bâtissons pas, qui la bâtira ? Je demande trop aux hommes mais pas assez aux nègres, fait dire Aimé Césaire au roi Christophe. Et à moi de dire : je demande trop aux hommes d’affaires, mais pas assez aux hommes d’affaires africains. Nous devons être conscients de l’état de notre continent. Quand on est Africain, qu’on quitte notre continent et qu’on revient plus tard en Afrique, surtout en Afrique noire, on a honte de notre continent. L’Afrique et surtout l’Afrique noire est de loin le continent le moins développé économiquement... Est-ce à dire que l’Afrique doit rester sous développée et être toujours l’objet de raillerie de la part des autres ? Est-ce à dire qu’il n’y a pas d’issue pour l’Afrique ? Le secteur privé est le moteur de l’économie. Je reste convaincu que vous pouvez contribuer à trouver des solutions pour l’Afrique et pour les Africains. Ce qu’il faut, c’est peut-être de l’engagement, du patriotisme et du leadership ».

« Je salue la réalisation de la grande raffinerie de Lagos par Aliko Dangoté, qui sera un facteur important pour un nouveau départ du Nigeria et vous invite à être des Dangoté, chacun dans son domaine, au bénéfice de notre pauvre Afrique »

Pour finir, il a souhaité que cet événement ne soit pas une rencontre de plus, mais plutôt un nouveau départ. « Un nouveau départ pour faire des affaires autrement, un nouveau départ pour donner un sens noble aux affaires, pour ne pas faire des affaires de manière insouciante, pour faire des affaires nobles au profit de l’Afrique et des Africains », a-t-il conclu.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Portfolio

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 25 mai 2023 à 17:12, par caca En réponse à : Africallia 2023 : « Ce doit être un nouveau départ pour faire des affaires au profit de l’Afrique et des Africains », Apollinaire Kyelem aux entrepreneurs

    Africallia est une initiative française à l’endroit du Burkina à l’époque où un certain Gaspard Ouedrago quittait ses fonctions de Banque Internationale du Burkina inspiré du modèle du forum d’emploi des Hautes Vienne en France quand Jean-Pierre était président de région.
    J’adore le narcissisme burkinabé actuel d’indexé les occidentaux à toute occasion.
    Si vous un problème avec les autorités française ça ne regarde que vous, mais laissez d’autres burkinabé d’apprécier cette coopération.

    A force de crier sur le toit, on devient paranoïa et dont besoin de se faire soigner.

  • Le 26 mai 2023 à 10:21, par Tengbiiga En réponse à : Africallia 2023 : « Ce doit être un nouveau départ pour faire des affaires au profit de l’Afrique et des Africains », Apollinaire Kyelem aux entrepreneurs

    Depuis qu’Africalia existe, citez moi une réalisation concrète ou un projet réel, créé par ces rencontres : une réalisation, une seule, ou un projet national u regional, même s’il n’est pas structurant.

    • Le 26 mai 2023 à 13:22, par Koutou salif En réponse à : Africallia 2023 : « Ce doit être un nouveau départ pour faire des affaires au profit de l’Afrique et des Africains », Apollinaire Kyelem aux entrepreneurs

      J’ignore quelles sont vos intentions. Mais sachez que de 300 entreprises de 20 pays en 2010, Africallia est aujourd’hui à plus de 567 entreprises de 26 pays d’Afrique et du reste du monde malgré le contexte actuel de notre pays. Si le forum n’avait aucun intérêt, aucun chef d’entreprise n’aurait accepté payer son billet d’avion, ses frais d’hôtel et les frais d’inscription pour venir à Ouagadougou.
      Soyons donc fier de notre pays et soutenons ceux qui œuvrent pour que le BURKINA FASO reste débout.

      • Le 27 mai 2023 à 13:52, par Kouda En réponse à : Africallia 2023 : « Ce doit être un nouveau départ pour faire des affaires au profit de l’Afrique et des Africains », Apollinaire Kyelem aux entrepreneurs

        Koutou salif, vous n’avez pas répondu à la question de Tenginbiiga. Nous n’avez rien cité qui ait été créé grâce à Africallia. L’augmentation du nombre d’entreprises participantes ne constitue en rien une réponse à sa critique.
        Dite nous, Koutou salif, concrètement, une réalisation concrète issue de ce forum Africallia. Une seule réalisation suffit.

        • Le 29 mai 2023 à 08:59, par Koutou Salif En réponse à : Africallia 2023 : « Ce doit être un nouveau départ pour faire des affaires au profit de l’Afrique et des Africains », Apollinaire Kyelem aux entrepreneurs

          Bonjour !
          AFRICALLIA est un Forum de mise en relations d’affaires. Sa mission, c’est de permettre aux entreprises de se rencontrer et d’établir des alliances commerciales, technologiques ou stratégiques. Les résultats que vous souhaitez avoir sont à rechercher auprès des entreprises qui, pour la plupart, ont des projets en joint-venture avec des entreprises de la sous région et du reste du monde. Aussi, est- il important de mentionner que plusieurs entreprises sont désormais installées au Burkina Faso grâce à AFRICALLIA ; tout comme nos entreprises qui s’exportent de plus en plus grâce aux partenariats noués. Sur le plan économique, je vous renvoie aux recettes réalisées par les différents secteurs d’activités à l’occasion de l’accueil d’importantes délégations dans notre pays lors des grands événements (hôtellerie, restauration, biens de consommations divers, etc.).
          En somme, AFRICALLIA crée un cadre favorable aux affaires entre entreprises burkinabè et celle de la sous région et du reste du monde. Merci pour l’intérêt !

          • Le 31 mai 2023 à 21:28, par Kouda En réponse à : Africallia 2023 : « Ce doit être un nouveau départ pour faire des affaires au profit de l’Afrique et des Africains », Apollinaire Kyelem aux entrepreneurs

            Koutou Salif
            C’est ça notre véritable problème au Burkina Faso. Quand on nous demande un bilan par exemple, nous sommes bien souvent incapables de fournir un bilan chiffré et assez précis.
            Balisons le terrain. Je ne suis pas contre Africallia en soi. Son existence ne me dérange nullement.
            Vous avez bien fait de rappeler les missions d’Africallia. Par contre, pour la suite de votre message vous n’y êtes pas du tout. Par exemple, quand vous dites "il important de mentionner que plusieurs entreprises sont désormais installées au Burkina Faso grâce à AFRICALLIA"
            Combien d’entreprises environ se sont installées au Burkina Faso grâce à Africallia ? Grâce à l’avant dernière édition d’Africallia pour faire simple ? C’est si difficile que ça à donner ?
            J’ai demandé "environ" c’est à dire pas forcément un nombre exact.
            Citez nous une entreprise qui s’est installée au Burkina Faso grâce à Africallia.
            Vous dites aussi "tout comme nos entreprises qui s’exportent de plus en plus grâce aux partenariats noués". Je ne doute pas de cela. Combien de nos entreprises (environ) s’exportent
            plus grâce à cela ?
            C’est très simple : vous ne pouvez pas nous donner des affirmations trop vagues et vouloir qu’on vous croît juste parce que vous les avez dites.
            Même si des entreprises s’exportent plus grâce à Africallia, économiquement, ce que vous affirmez est-il important ?
            Vos chiffres nous permettrons de le juger.
            Si vous voulez convaincre les gens, il faudrait être assez précis.
            Les effets indirects d’Africallia tels que les recettes réalisées par les différents secteurs d’activités à l’occasion de l’accueil d’importantes délégations dans notre pays ne sont pas dans les principales missions ou les principaux
            objectifs d’Africallia. Ces effets existent bel et bien mais ce n’est pas un des principaux objectifs du forum. A l’occasion du SIAO, du Fespaco, de la SNC et de bien d’autres manifestations ou événements au Burkina Faso des effets semblables
            sont observés également.
            Quand les gens critiquent l’organisation d’événements sportifs tels que la CAN ou la coupe du monde de football dans un pays à cause de son coût exorbitant, les organisateurs et dirigeants du pays hôte répondent que des infrastructures de transport, sportives, d’hébergément et autres sont créées, générant des emplois, des chiffres d’affaires pour les entreprises concernées, etc. Mais bien souvent, le bilan global après la tenue de l’événement sportif est négatif.
            Pour finir, vos propos me rappellent une communication de notre gouvernement affirmant que la fraude dans le domaine de l’or fait perdre au Burkina Faso plusieurs centaines de millions de FCFA. On paie grassement des experts pour nous produire une telle évaluation.
            Plusieurs centaines de millions FCFA, sont-ce 300 millions FCFA ? 800 millions FCFA ? Ou 900 millions FCFA ?
            Vous voyez que l’affirmation plusieurs centaines de millions FCFA est tellement vague que ça ne veut absolument rien dire. Cette affirmation révèle au contraire le manque de sérieux ou les limites de ceux qui ont produit ces chiffres.
            Bon vent à Africallia.

        • Le 29 mai 2023 à 22:34, par Jeunedame seret En réponse à : Africallia 2023 : « Ce doit être un nouveau départ pour faire des affaires au profit de l’Afrique et des Africains », Apollinaire Kyelem aux entrepreneurs

          Africalia finance des projets de culture en Afrique et ailleurs. Des artistes collaborent pour le métissage culturel et reçoivent des financement. Inscription : africalia@africalia.be . Africalia a donné récemment des bourses extraodinaires au Kenya. Avec Bayimba Foundation en Ouganda Africalia a développé les projets artistiques à l’échelle internationnal. Le DOKU ou Africalia productaions est une collection de documentaires qui. Aussi au Burkina Faso, il faut savoir que Africalia travaille avec 3 structures : le Cartel, la Plateforme Culturelle du Burkina Faso (PCBF), le Cinéma Numérique Ambulant -Afrique (CNA Afrique) et l’incubateur d’entreprises sociales et responsables, La Fabrique.

    • Le 29 mai 2023 à 23:01, par Jeunedame seret En réponse à : Africallia 2023 : « Ce doit être un nouveau départ pour faire des affaires au profit de l’Afrique et des Africains », Apollinaire Kyelem aux entrepreneurs

      Du jury 2022, 50 candidadts des pays Burkina Faso, Sénégal, République Démocratique du Congo, Rwanda, Kenya, Zimbabwe et Ouganda.. ont reçu bourse Creativity Is Life comme soutien urgent dans l’expérience créative.. Cette année sur une liste de 1 300 candidatures reçues, un jury composé de professionnels anglophones et francophones issus du secteur culturel a sélectionné 50 candidats des pays d’intervention d’Africalia (Burkina Faso, Kenya, Ouganda, République Démocratique du Congo, Rwanda, Sénégal et Zimbabwe) et issus de disciplines variées : de l’audiovisuel, à la musique, en passant par la danse, le théâtre, l’écriture ou encore, les arts visuels ont profité de cette bourse. Le forum ne peut pas ou ne doit pas tout dire ici. Mais demandez peut-être aux artistes burkinabè comme Bebgnande Paulin Zongo en Arts Plastiques.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Une économie en hausse en février 2024 (Rapport)
Burkina/Finance : L’ACEP fait des heureux gagnants