LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina Faso : Le gouvernement opte pour la règlementation des prix des médicaments de spécialités

Lefaso.net

Publié le jeudi 18 mai 2023 à 22h25min

PARTAGER :                          
Burkina Faso :  Le gouvernement opte pour la règlementation des prix des médicaments de spécialités

(Ouagadougou, 17 mai 2023). Le Président de la Transition, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE, a présidé ce mercredi le Conseil des ministres qui a examiné plusieurs dossiers soumis à son ordre du jour et pris des décisions importantes sur la vie de la nation, selon le ministre Porte-parole du gouvernement, Jean-Emmanuel OUEDRAOGO.

Au titre du ministère de la Justice et des Droits humains, chargé des relations avec les institutions, le Conseil a adopté un projet de décret relatif au casier judiciaire central. « Nous avons entrepris au niveau du ministère un processus pour digitaliser la délivrance du casier judiciaire. En clair, nous souhaitons qu’à terme, chaque Burkinabè puisse, au lieu où il se trouve, pouvoir demander un casier judiciaire en ligne et se faire délivrer le document en ligne », a indiqué le ministre en charge de la justice, Mme Bibata NEBIE/OUEDRAOGO.

Selon elle, l’avantage de ce processus est qu’il permet d’avoir un document fiable avec la centralisation des informations sur les personnes condamnées.
Pour le compte du ministère de l’Agriculture, des Ressources animales et halieutiques, le Conseil a adopté le Plan de réponse et de soutien aux populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition pour l’année 2023. « Le plan a pour objectif d’améliorer l’accès à l’eau potable, aux intrants agricoles et aux équipements de production, mais aussi d’améliorer l’alimentation pour le bétail », a soutenu le ministre en charge de l’agriculture, Dénis OUEDRAOGO.

Ce plan, d’un coût global de 215 milliards de FCFA dont 70% est déjà mobilisé à ce jour, a introduit des innovations par rapport à sa configuration initiale qui accordait une place importante à l’assistance. Pour le ministre Dénis OUEDRAOGO, le gouvernement a donné des orientations pour qu’une partie de ces ressources consacrées à l’assistance puisse être utilisée pour soutenir la production afin d’améliorer la résilience des personnes concernées et en vue de l’atteinte des objectifs de production de la campagne humide 2023.

Au titre du ministère du Développement industriel, du Commerce, de l’Artisanat et des Petites et Moyennes entreprises, le Conseil a approuvé la demande d’inscription des médicaments pharmaceutiques de spécialités sur la liste des biens et services soumis à la règlementation des prix.

Le ministre en charge du commerce, Serge PODA a indiqué qu’il y a deux types de médicaments en matière de produits de santé au Burkina Faso, à savoir les médicaments essentiels génériques et les médicaments de spécialités.

« Eu égard à l’actualité récente qui nous a permis de constater la flambée généralisée des prix des produits de spécialités dans les officines pharmaceutiques, ce rapport adopté nous permet de poursuivre la procédure en la matière pour fixer désormais des marges plafonds sur les prix des produits de spécialités », a indiqué le ministre Serge PODA.

Direction de la communication de la Présidence du Faso

Portfolio

PARTAGER :                              

Messages

  • Par rapport aux médicaments, certains pharmaciens, fils de petits paysans comme nous, avec des parents incalables de payer les frais de leurs études, ayant mangé sur le dos du contribuable burkinabe, ont vite fait "d’oublier leur hier" c’est-à-dire ont oublié leur passé récent. Ce n’est pas étonnant puisque la majorité de ceux qui sont aux postes de responsabilité dans la Santé et particulièrement dans le domaine de la Pharmacie, sont le produit du système Blaise Compaore. Quand je revois le contenu du torchon produit le responsable de l’Ordre des Pharmaciens, je suis révolté ! Avec cette décision du Gouvernement, on attend que ces Pharmaciens ferment leurs boutiques pour protester et on verra la suite ! Pauvres Burkinabe, ingrats.et malhonnêtes !

  • Oui, ils sont le produit de blaise compaoré et du mpp qui ont un dénominateur commun : l enrichissement personnel, des parents et autres.

  • Vu la pléthore de pharmacies , de cliniques et de cabinets de soins dans notre pays qui opère dans une totale anarchie, il importe de songer à la création par l’Etat d’une autorité de régulation du secteur de la santé , qui aura en charge les questions de plafonnement des prix pratiqués par ces structures de santé mercantiles. De même que les conditions d’exercice du personnel de santé de l’état dans ces entreprises. Ces structures devront même abonder notre caisse d’assurance maladie qui manque cruellement de ressources financières. L’Etat régule déjà le secteur de l’énergie et celui des télécoms. Allons pour la santé, secteur vital pour nos populations

  • Dans tous les cas, la situation securitaire grave et desastreuses ne fait que s’emplifier malgre des videos des Vecteurs Aeriens qu’on nous montre a la Television Nationale ; si effectivement des Terroristes et des Grands Bandits Mecreants sont tues l’on devrait etre securise dans les Villages et sur les axes Routiers. Malheureusement, les Realites Concretes des Terrains Indiquent que la Situation Securitaire ne s’ameliore nullement et des Populations Burkinabe Inoncentes sont tues hommes, femmes et des Enfants ; traduisant des defaillances dans le systeme de securisation et le President Ibrahim Traore et son MPSR 2, redoubler d’efforts considerable et adequats pour Inverser desastreux tendances gravisimes dans l’echec de cette Guerre INJUSTE. Car normalement apres huit mois de sa gouvernance, la Courbe de Indice de Securite devraient etre en baisse, mais c’est le contraire qui se constate et notre Peuple Burkinabe est loin d’etre Satisfait. Que Dieu Sublime nous trouve une Solution Pertinentes et Rationnelles Rapidement. Salut Inchallah

 LeFaso TV