LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Compte rendu du Conseil des Ministres du jeudi 16 mars 2023

Publié le jeudi 16 mars 2023 à 22h30min

PARTAGER :                          
Compte rendu du Conseil des Ministres du jeudi 16 mars 2023

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 16 mars 2023, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 12 H 40 mn, sous la présidence de Son Excellence le Capitaine Ibrahim TRAORE, Président de la Transition, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

I. DELIBERATIONS
I.1. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA SECURITE

Le Conseil a adopté un décret accordant statut d’association Reconnue d’Utilité Publique à l’association dénommée « Comité International Mémorial Thomas SANKARA », en abrégé CIM-TS.

Cette reconnaissance d’utilité publique du CIM-TS est conforme à la loi n°064-2015/CNT du 20 octobre 2015 portant liberté d’association et qui stipule en son article 3 que « la qualité d’utilité publique peut être accordée à toute association ou union d’association à condition que les activités de celle-ci poursuivent un but d’intérêt général, notamment dans les domaines du développement économique, social et culturel du pays ou d’une région déterminée ».

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION REGIONALE ET DES BURKINABE DE L’EXTERIEUR

Le Conseil a adopté un décret portant nomination d’un Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République italienne auprès du Burkina Faso, avec résidence à Ouagadougou.
L’adoption de ce décret permet la nomination de Monsieur Gabriele DI MUZIO, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République italienne auprès du Burkina Faso, avec résidence à Ouagadougou.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DE LA PROSPECTIVE

Le Conseil a adopté deux (02) rapports.
Le premier rapport est relatif à un décret portant règlementation générale des baux administratifs.

La gestion des baux administratifs au Burkina Faso est marquée par une croissance exponentielle de la charge locative ces dernières années, passant de 5,56 milliards F CFA en 2017 à 8,73 milliards F CFA en 2021.
La mise en œuvre d’une Stratégie immobilière de l’Etat à travers la construction de complexes administratifs serait une solution pour limiter les locations de bâtiments administratifs.

Cependant, pour stabiliser la charge locative dans des proportions acceptables, il s’avère nécessaire de relire le décret n°2016-200/PRES/PM/MINEFID/MUH du 11 avril 2016 portant règlementation générale des baux administratifs, principal référentiel juridique en matière de contrat de bail entre l’Etat et les acteurs privés.
Les innovations apportées dans le nouveau décret sont entre autres, la constitution d’une base de données des offres de location, l’instauration d’un cahier des charges applicable aux baux administratifs et la limitation de la durée d’exécution des contrats de bail par l’Etat à une période de quinze (15) ans.

L’adoption de ce décret permet de conformer les baux administratifs à la nouvelle règlementation, de mettre l’accent sur le contrôle du respect des obligations des bailleurs et de maîtriser les charges locatives de l’Etat.
Le second rapport est relatif à la situation d’exécution du budget et de la trésorerie de l’Etat, exercice 2022, au 31 décembre.

A fin décembre 2022, le budget de l’Etat a été exécuté à hauteur de 2 663,69 milliards F CFA en recettes et à 3 076,87 milliards F CFA en dépenses pour des prévisions respectives de 2 449,11 milliards F CFA et de 3 052,01 milliards F CFA.
Ces niveaux correspondent à des taux d’exécution globaux respectifs de 108,76% et de 100,81% au 31 décembre 2022, contre 103,25% et de 96,87% à la même période en 2021.

Au 31 décembre 2022, l’épargne budgétaire et le solde budgétaire global sont ressortis respectivement à 559,68 milliards F CFA et à -313,77 milliards F CFA.
Au niveau de la gestion de la trésorerie, à fin décembre 2022, un montant de 3 476,92 milliards F CFA a été encaissé sur l’ensemble du réseau du trésor public, contre 3 831,58 milliards F CFA au 31 décembre 2021.

Le Conseil a instruit les ministres chargés du dossier de prendre les dispositions idoines en vue d’une meilleure exécution du budget de l’Etat en matière de recettes et de dépenses à travers la poursuite de la mise en œuvre des mesures déjà engagées et la prise de nouvelles mesures adaptées au contexte sécuritaire actuel.
Le Conseil a marqué son accord pour la transmission du rapport à l’Assemblée législative de Transition, conformément aux dispositions de la loi organique sur les lois de finances.

I.4. AU TITRE DU MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DES RESSOURCES ANIMALES ET HALIEUTIQUES

Le Conseil a adopté un décret portant autorisation d’importation et d’utilisation de biopesticides pour lutter contre les mouches de fruits.
La filière mangue génère plus de 20 milliards F CFA de recettes d’exportation par an au Burkina Faso. Pour la campagne 2021/2022, les attaques des mouches de fruits ont induit la chute prématurée de plusieurs milliers de mangues fraîches dans les vergers et la perte de plus de 400 millions F CFA au niveau des exportations du fruit pour l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur.

Ce décret accorde une dérogation spéciale pour l’importation et l’utilisation de biopesticides au Burkina Faso pour lutter contre les mouches de fruits après des essais concluants dans plusieurs pays de la sous-région. Il s’agit de :
 44 000 pièges de Magnet MED, d’un montant de cent trente-deux millions (132 000 000) F CFA, en provenance de la Côte d’Ivoire ;
 880 TUBES de Splat Mat ME, d’un montant de quarante-quatre millions (44 000 000) F CFA, en provenance de la Côte d’Ivoire ;

 55 000 pièges de Ceratinex, d’un montant de cinquante-cinq millions (55 000 000) F CFA, en provenance du Mali.
L’adoption de ce décret permet l’importation et l’utilisation de biopesticides au profit de l’Association interprofessionnelle de la mangue du Burkina Faso (APROMAB) en vue de lutter efficacement contre les mouches de fruits.

I.5. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENERGIE, DES MINES ET DES CARRIERES

Le Conseil a adopté un décret portant renonciation au permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or de la société KONKERA SA dans la commune de Batié, province du Noumbiel, région du Sud-Ouest.
Le permis d’exploitation de grande mine d’or de la société KONKERA SA couvre une superficie de 64,34 km2 et a été accordé pour une durée de vingt (20) ans.
Depuis l’octroi du permis d’exploitation industrielle à la société en 2015 jusqu’à nos jours les travaux de construction de ladite mine n’ont jamais débuté à cause de la conjoncture économique du marché de l’or et de la situation sécuritaire.

Après six (06) années de dispense de démarrage des travaux de construction de la mine et suite aux différentes mises en demeure, la société KONKERA SA, a décidé de renoncer à son permis d’exploitation, conformément aux dispositions de la loi n°036-2015/CNT du 26 juin 2015 portant Code minier du Burkina Faso.
L’adoption de ce décret permet à la société KONKERA SA de renoncer à son permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or.

I.6. AU TITRE DU MINISTERE DES TRANSPORTS, DE LA MOBILITE URBAINE ET DE LA SECURITE ROUTIERE

Le Conseil a adopté un rapport relatif à cinq (05) décrets. Il s’agit :
 du décret portant enquêtes techniques sur les accidents et incidents d’aviation civile ;
 du décret portant organisation et fonctionnement des services de recherches et de sauvetage des aéronefs en détresse au Burkina Faso ;
 du décret portant modalités d’immatriculation, nationalité et propriété des aéronefs ;

 du décret relatif aux personnels de l’aéronautique civile ;
 du décret portant protection de l’environnement contre les nuisances causées par les activités aéroportuaires et aéronautiques.
Ces décrets s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la loi n°013-2019/AN du 30 avril 2019 portant Code de l’aviation civile au Burkina Faso.
L’adoption de ces décrets permet à notre pays de se doter de textes règlementaires dans le domaine de l’aviation civile et de s’adapter aux normes et exigences du secteur.

II. COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, chargé de la Coopération régionale a fait au Conseil une communication relative au projet de réouverture de l’Ambassade du Burkina Faso à Téhéran, en République islamique d’Iran.
Cette réouverture de notre représentation diplomatique dans ce pays permettra de consolider davantage les relations d’amitié et de coopération entre la République islamique d’Iran et le Burkina Faso.

II.2. Le ministre de l’Agriculture, des ressources animales et halieutiques a fait au Conseil une communication relative à l’implémentation de l’approche Nexus Humanitaire-Développement-Paix (Nexus HDP) au Burkina Faso.
L’objectif poursuivi à travers l’approche Nexus HDP est d’améliorer la sécurité alimentaire et renforcer les systèmes alimentaires au Burkina Faso. Cette approche permettra de renforcer la collaboration, la cohérence et la complémentarité entre les actions humanitaires, de développement et de consolidation de la paix.

Au total, 17 pays des espaces CEDEAO, UEMOA et CILSS plus le Cameroun sont concernés par cette démarche. La première phase de l’implémentation du Nexus HDP regroupe le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Tchad et le Cameroun.

II.3. Le ministre du Développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises a fait au Conseil une communication relative aux réformes sur les conditions de délivrance des licences d’affaires.
Depuis 2009, le Gouvernement du Burkina Faso en collaboration avec le Programme Doing Business Better in Burkina Faso de la Société financière internationale (IFC) a engagé un processus de réformes des licences d’affaires en vue de simplifier et de rationaliser les procédures d’obtention des documents requis pour l’exercice des activités économiques au Burkina Faso.

A l’issue d’un inventaire partiel mené par l’équipe du Programme Doing Business Better in Burkina Faso en 2007, plus de 130 licences d’affaires avaient été identifiées pour environ 15 secteurs d’activités. Il est également ressorti de cet état des lieux que l’obtention de ces licences nécessite des procédures complexes et parfois coûteuses.

L’analyse de l’inventaire montre aussi qu’il manque une certaine transparence dans la délivrance des différentes licences. Tous ces éléments ont des conséquences négatives sur l’environnement des affaires dans notre pays.
Au regard du contexte sécuritaire actuel qui impacte négativement les investissements, des mécanismes ont été envisagés en vue d’améliorer les conditions de délivrance des licences d’affaires afin de booster davantage les activités économiques et attirer de nouveaux investissements étrangers.

Des propositions de réformes ont été adoptées sur les conditions de délivrance de vingt (20) licences d’affaires sur un total de quarante-une (41) licences d’affaires analysées. Ces réformes consistent entre autres à une rationalisation à travers la suppression de certaines pièces, à la détermination ou la réduction de délai pour certaines licences, à la prolongation de la durée de validité de certaines licences et à l’harmonisation de la nomenclature.

Le Conseil a instruit les ministres chargés du dossier de prendre les dispositions nécessaires de concert avec les acteurs du domaine en vue de la mise en œuvre des différentes réformes.

II.4. Le ministre de la Communication, de la culture, des arts et du tourisme a fait au Conseil une communication relative à la commémoration des « 60 ans de Radio Bobo », une entité de la Radiodiffusion-télévision du Burkina (RTB).
La commémoration de cet anniversaire de Radio Bobo, un vecteur de la communication pour le développement socio-économique et culturel de la région des Hauts-Bassins est placée sous le thème « 60 ans de Radio Bobo pour quel public à l’ère du numérique ? ».

II.5. Le ministre des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière a fait au Conseil une communication relative à l’organisation de la journée météorologique mondiale 2023.
Cette année, le thème choisi pour la célébration de la journée mondiale de la météorologie est : « L’avenir du temps, du climat et de l’eau à travers les générations ».

La commémoration de cette journée au Burkina Faso, est prévue le 23 mars 2023. Elle vise à informer et à sensibiliser la population sur le rôle essentiel de l’Agence nationale de la météorologie (ANAM) dans la fourniture d’informations météorologiques et climatiques.

III. NOMINATIONS
III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES
A. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DU FASO

Pour le compte du Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles (CNLS/IST) :
 Monsieur Emmanuel BOUDA, Mle 78 661 H, Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Chef du Département chargé de la communication et des relations publiques ;

 Monsieur Zéyé Abdramane MILLOGO, Mle 58 369 V, Conseiller de santé, catégorie N1, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Chef du Département chargé des communautés coutumières et religieuses, des Organisations non gouvernementales (ONG) et des Organisations à base communautaire (OBC) ;
 Monsieur Valery Justin ADOUABOU, Mle 51 190 U, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Chef du Département chargé de l’administration et des finances ;

 Monsieur Paul BAMBARA, Mle 119 307 Y, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Chef du Département chargé de la planification, du suivi et de l’évaluation ;
 Monsieur Guestaba Guy Rodrigue WEDRAOGO, Mle 249 175 U, Infirmier diplômé d’Etat, catégorie M, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Chef d’antenne régionale du SP/CNLS-IST de la Région du Centre.

B. AU TITRE DE LA PRIMATURE

 Madame Franceline Marie Emilie TOE/BOUDA, Juriste, est nommée Conseiller spécial chargé de la diaspora.

C. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE

 Monsieur Hyacinthe TAMALGO, Mle 59 896 G, Inspecteur du trésor, 1er grade, 7ème échelon, est nommé Directeur général de la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO).

D. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA SECURITE

 Monsieur Arzouma Daouda Parfait LOURE, Mle 130 389 N, Magistrat, catégorie P5, 1er grade, 3ème échelon, est nommé Directeur général de l’Office national d’identification (ONI) ;
 Monsieur Mahama OUEDRAOGO, Mle 19 514 T, Commissaire divisionnaire de police, catégorie 1, 3ème grade, 2ème échelon, est nommé Chargé de missions à la Direction générale de la police nationale ;

 Monsieur Augustin COULIDIATI, Mle 24 367 S, Commissaire divisionnaire de police, catégorie 1, 3ème classe, 3ème échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale ;
 Monsieur Bagnomo Alexis BADO, Mle 22 770 F, Commissaire divisionnaire de police, catégorie 1, 3ème classe, 3ème échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale ;

 Monsieur Oumarou KOAMA, Mle 24 525 G, Commissaire divisionnaire de police, catégorie 1, 3ème grade, 3ème échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale ;
 Monsieur Koffi Alexis HIEN, Mle 22 836 G, Commissaire divisionnaire de police, catégorie 1, 3ème grade, 2ème échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale ;

 Monsieur Kalbi Sylvain YAMEOGO, Mle 22 804 E, Commissaire divisionnaire de police, catégorie 1, 3ème classe, 2ème échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale ;
 Monsieur Honoré Désiré KYELEM, Mle 22 898 J, Commissaire divisionnaire de police, catégorie 1, 3ème grade, 2ème échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale ;

 Monsieur Emile KABRE, Mle 24 576 X, Commissaire divisionnaire de police, catégorie 1, 3ème grade, 1er échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale ;
 Monsieur Célestin Pascal BALMA, Mle 24 515 W, Commissaire divisionnaire de police, catégorie 1, 3ème grade, 1er échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale ;

 Monsieur Banga Michel AHOUE, Mle 27 571 R, Commissaire divisionnaire de police, catégorie 1, 3ème grade, 1er échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale ;
 Monsieur Denis SANON, Mle 23 051 E, Commissaire principal de police, catégorie 1, 2ème classe, 5ème échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale ;

 Monsieur Joachim SANKARA, Mle 31 796 D, Commissaire principal de police, catégorie 1, 2ème classe, 2ème échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale ;
 Monsieur Michel BAMOUNI, Mle 27 528 B, Commissaire principal de police, catégorie 1, 2ème grade, 2ème échelon, est nommé Contrôleur de service à la Direction générale de la police nationale.

E. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION REGIONALE ET DES BURKINABE DE L’EXTERIEUR

 Monsieur Mohamadi KABORE, Mle 32 000 H, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Burkina Faso auprès de la République islamique d’Iran.

F. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DE LA PROSPECTIVE

 Monsieur Bruno Raymond BAMOUNI, Mle 52 199 S, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Directeur général du trésor et de la comptabilité publique ;
 Madame Kadiatou OULLA/PARE, Mle 58 445 H, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 12ème échelon, est nommée Directrice générale adjointe du trésor et de la comptabilité publique ;

 Monsieur Elie KALKOUMDO, Mle 49 361 N, Inspecteur divisionnaire des douanes, catégorie A1, grade terminal, 5ème échelon, est nommé Chargé de missions ;
 Monsieur Victorien ZOUNGRANA, Mle 49 362 V, Inspecteur divisionnaire des douanes, catégorie A, 3ème grade, 5ème échelon, est nommé Chargé de missions à la Direction générale des douanes ;

 Monsieur Ghislain Wendyam Fidèle PACERE, Mle 334 177 C, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Comptable principal des matières du ministère de la Communication, de la culture, des arts et du tourisme ;
 Madame Esther Marie Renée GUIGUEMDE/ZOUNGRANA, Mle 91 275 M, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 9ème échelon, est nommée Chef de Département du développement du capital humain au Secrétariat exécutif national de la Politique nationale de développement ;

 Monsieur Seydou SAWADOGO, Mle 111 149 Y, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Chef de Département des réformes et de la modernisation de l’administration au Secrétariat exécutif national de la Politique nationale de développement ;
 Monsieur Idrissa SIDIBE, Mle 37 37 083 H, Ingénieur statisticien, catégorie 1B, 7ème échelon, est nommé Chef de Département des statistiques, de l’évaluation et de la capitalisation au Secrétariat exécutif national de la Politique nationale de développement ;

 Madame Marie Jeanne ESSONO-ONDO/KABORE, Mle 91 236 E, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 10ème échelon, est nommée Chef de Département de la transformation de l’économie au Secrétariat exécutif national de la Politique nationale de développement ;
 Monsieur Somtigmeda Lambert ZONGO, Mle 208 087 N, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Conseiller au Secrétariat exécutif national de la Politique nationale de développement ;

 Monsieur Didier KAMBOU, Mle 37 37 100 X, Ingénieur statisticien- économiste, catégorie 1, classe A, 5ème échelon, est nommé Conseiller au Secrétariat exécutif national de la Politique nationale de développement ;

 Monsieur Saïdou SANKARA, Mle 16 420 G, Conseiller d’administration scolaire et universitaire, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Conseiller au Secrétariat exécutif national de la Politique nationale de développement ;
 Monsieur Daniel Joram KERE, Mle 49 339 X, Inspecteur principal des douanes, catégorie 1A, 2ème grade, 5ème échelon, est nommé Directeur régional des douanes de l’Est ;

 Monsieur Sié Dominique HIEN, Mle 200 531 J, Conseiller des affaires économiques, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Chargé d’études ;
 Monsieur Robert KONTOGOM, Mle 51 965 F, Inspecteur divisionnaire des douanes, catégorie 1A, 3ème grade, 3ème échelon, est nommé Directeur de l’informatique et des statistiques ;

 Monsieur Laurent Blaise KABORE, Mle 49 368 D, Inspecteur divisionnaire des douanes, 3ème grade, 1er échelon, est nommé Chargé de missions à la Direction générale des douanes ;
 Monsieur Salifou OUEDRAOGO, Mle 111 142 N, Administrateur des services financiers, 1er grade, 7ème échelon, est nommé Directeur du contrôle des marchés publics et des engagements financiers du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective ;

 Madame Djénéba KOTE, Mle 59 649 Y, Administrateur des services financiers, 1er grade, 10ème échelon, est nommée Directrice du contrôle des marchés publics et des engagements financiers du ministère des Infrastructures et du désenclavement ;
 Monsieur Lamoussa Honoré BADOUN, Mle 32 015 U, Administrateur des services financiers, 1er grade, 9ème échelon, est nommé Directeur du contrôle des marchés publics et des engagements financiers du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale.

G. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES DROITS HUMAINS, CHARGE DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS

 Monsieur Ziwindgniga Joël Aristide DJIGUEMDE, Mle 212 332 K, Conseiller en Droits humains, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Conseiller technique ;
 Monsieur Issa Abdol-Jabar Suuri MAIGA, Mle 130 299 R, Magistrat, grade exceptionnel, 1er échelon, est nommé Conseiller technique ;
 Madame Wend-Zoodo Julie Rose OUEDRAOGO, Mle 130 338 H, Magistrat, 1er grade, 4ème échelon, est nommée Conseiller technique ;

 Monsieur Bépoadi SININI, Mle 130 491 S, Magistrat, 1er grade, 1er échelon, est nommé Conseiller technique ;
 Madame Béatrice MONE/KANTIONO, Mle 28 200 E, Greffier en chef, 1ère classe, 8ème échelon, est nommée Chargée de missions ;
 Monsieur Patrice Apahié NABIAS, Mle 130 228 N, Magistrat, grade exceptionnel, 4ème échelon, est nommé Chargé de missions ;

 Monsieur Boureima YAMEOGO, Mle 130 318 L, Magistrat, grade exceptionnel, 2ème échelon, est nommé Chargé de missions ;
 Monsieur Barnabé COMPAORE, Mle 130 367 B, Magistrat, grade exceptionnel, 1er échelon, est nommé Chargé de missions ;
 Madame Rakèta ZOROME, Mle 130 284 X, Magistrat, catégorie P5, est nommée Chargée de missions ;

 Madame Myriam Claudine Yabiyuré POUSSI, Mle 130 160 A, Magistrat, grade exceptionnel, 7ème échelon, est nommée Inspecteur technique des services ;
 Monsieur Ibrahim SAWADOGO, Mle 304 200 E, Conseiller en Droits humains, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Chef de Département de la sensibilisation et de l’information du Secrétariat permanent du comité interministériel des Droits humains et du droit international humanitaire ;
 Madame Anne KABORE/PARE, Mle 304 199 H, Conseiller en Droits humains, 1er grade, 3ème échelon, est nommée Chef de Département de la planification et du suivi-évaluation ;

 Madame Emma Adélaïde PARE/KI, Mle 130 426 U, Magistrat, 1er grade, 3ème échelon, est nommée Chargée d’études ;
 Madame Egnoma Pascale BAMBARA/BADO, Mle 130 471 V, Magistrat, catégorie P, 1er grade, 2ème échelon, est nommée Chargée d’études ;
 Monsieur Ibrahim TRAORE, Mle 279 598 D, Conseiller en Droits humains, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur régional des Droits humains et de la promotion de la citoyenneté et de la paix des Cascades.

H. AU TITRE DU MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DES RESSOURCES ANIMALES ET HALIEUTIQUES

 Monsieur Harouna BIRBA, Mle 33 701 A, Conseiller d’élevage, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services ;
 Monsieur Issoufou DIABATE, Mle 43 350 B, Ingénieur d’élevage, 1ère classe, 17ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services.

I. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE ET DE L’HYGIENE PUBLIQUE

 Monsieur Simon SANOU, Mle 215 980 P, Médecin de santé publique, catégorie U02, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Chargé de missions ;
 Madame Raïnatou Euphrasie Véronique ADJAMI BARRY, Mle 94 468 N, Médecin de santé publique, gynécologue obstétricienne, catégorie P, 1ère classe, 8ème échelon, est nommée Chargée de missions ;
 Monsieur Salif SANKARA, Mle 80 522 K, Médecin épidémiologiste, catégorie PA, 1ère classe, 12ème échelon, est nommé Chargé de missions ;

 Madame Antoinette VALIAN/TOUGOUMA, Mle 49 172 N, Médecin pédiatre, catégorie PA, 1ère classe, 9ème échelon, est nommée Chargée de missions ;
 Monsieur Coré Dieudonné Tafarona BENON, Mle 26 404 R, Conseiller en gestion des ressources humaines, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Chargé d’études, en remplacement de Monsieur Isso CISSO ;

 Monsieur Sangoun DIOLOMPO, Mle 46 299 G, Attaché de santé en odontostomatologie, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Chargé d’études ;
 Monsieur Stéphane ZAGRE, Mle 85 772 B, Administrateur des services de santé, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Chargé d’études.

J. AU TITRE DU MINISTERE DES INFRASTRUCTURES ET DU DESENCLAVEMENT

 Monsieur Mahamadi KAFANDO, Mle 110 001 V, Ingénieur en génie civil, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur de la normalisation et de la programmation à la Direction générale de la normalisation et des études techniques ;

 Monsieur Benjamin KAMBOU, Mle 110 000 C, Ingénieur en génie civil, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Directeur des travaux routiers interurbains à la Direction générale des infrastructures routières ;
 Monsieur Moumouni ILBOUDO, Mle 216 124 W, Ingénieur en génie civil, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Secrétaire permanent des travaux routiers à Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) ;

 Monsieur Sié KAMBOU, Mle 92 928 Y, Ingénieur de conception en génie civil, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur des travaux des pistes à la Direction générale des pistes rurales ;
 Monsieur Nicolas KINI, Mle 92 923 V, Ingénieur en génie civil, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur des travaux urbains à la Direction générale des infrastructures routières ;

 Monsieur Bourehima GOUO, Mle 110 042 V, Ingénieur de conception en génie civil, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures et du désenclavement de la Boucle du Mouhoun ;
 Monsieur Madi OUEDRAOGO, Mle 203 325 V, Ingénieur de conception en génie civil, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures et du désenclavement des Cascades ;

 Monsieur Kibouré Basile MARE, Mle 270 599 P, Ingénieur des transports, 1er grade, 4ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures et du désenclavement du Centre-Est ;
 Monsieur Elie KABORE, Mle 110 020 V, Ingénieur en génie civil, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures et du désenclavement du Centre-Ouest ;

 Monsieur Yacouba Christian SERE, Mle 239 801 K, Ingénieur de conception en génie civil, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures et du désenclavement de l’Est ;
 Monsieur Yamba Léonard KAGAMBEGA, Mle 110 003 A, Ingénieur en génie civil, 1er grade, 5ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures et du désenclavement des Hauts-Bassins.

K. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENERGIE, DES MINES ET DES CARRIERES

 Monsieur Baba Ahmed COULIBALY, Mle 80 65 T, Ingénieur électromécanicien, catégorie C09, classe N/A, est nommé Chargé de missions ;
 Monsieur Oumarou MANDE, Mle 58 065 V, Professeur certifié des lycées et collèges, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Chargé de missions ;
 Monsieur Ousmane BARBARI, Mle 11 904 E, Economiste gestionnaire, 2ème classe, 8ème échelon, est nommé Chargé de missions ;

 Monsieur Wilouo Alexis DAKUYO, Mle 54 617 F, Administrateur civil, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Chargé de missions ;
 Madame Hélène SARE/OUARE, Mle 105 196 W, Administrateur civil, 1ère classe, 6ème échelon, est nommée Chargée de missions ;

 Monsieur Adouni Sylvain NION, Mle 116 962 Z, Conseiller des affaires économiques, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services ;
 Monsieur Zossi Kévin SANOU, Mle 72 328 K, Administrateur civil, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services ;
 Madame Georgette KIENTEGA, Mle 212 424 K, Conseiller en gestion des ressources humaines, 1ère classe, 8ème échelon, est nommée Inspecteur technique des services ;
 Monsieur Sidbindba OUEDRAOGO, Mle 119 041 L, Economiste planificateur, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services.

L. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION

 Monsieur Kiswendsida Jean Paul KYELEM, Mle 208 057 W, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Directeur général des études et des statistiques sectorielles ;

 Monsieur Valentin Stanislas Edgar TRAORE, Mle 09 00 215 C, Chargé de recherche en génétique et amélioration des plantes et en phytopathologie, catégorie 1, 11ème échelon, est nommé Directeur général de l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et des innovations (ANVAR).

III.2. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

Le Conseil a procédé à la nomination d’Administrateurs aux Conseils d’administration :
 de la Société nationale d’assurances et de réassurances (SONAR-IARD) et du Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES) au titre du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective ;

 de la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX), de la Filature du Sahel (FILSAH-SA), de l’Agence de financement et de promotion des petites et moyennes entreprises (AFP-PME) et de la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY) au titre du ministère du Développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises ;

 de l’Université Thomas SANKARA au titre du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.
Le Conseil a également procédé à la nomination du Président du Conseil d’administration de l’Université Thomas SANKARA.

A. MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DE LA PROSPECTIVE

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.
Le premier décret nomme Monsieur Wendkouny Blaise Parfait KEMDE, Mle 59 671 P, Inspecteur du trésor, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective au Conseil d’administration de la Société nationale d’assurances et de réassurances (SONAR-IARD) pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le second décret nomme les personnes ci-après, Administrateurs au Conseil d’administration du Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES) pour un premier mandat de trois (03) ans.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT L’ETAT

Au titre de la Présidence du Faso :
 Monsieur Jean Abel TRAORE, Mle 333 983 R, Maître-assistant.
Au titre du ministère du Développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises :
 Monsieur Eric BASSOLE, Mle 119 816 E, Conseiller des affaires économiques.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU BURKINA FASO (CCI-BF)

 Monsieur Ouindiam Gérard Vital OUEDRAOGO, Mle 23 19 082 U, Auditeur interne.

B. MINISTERE DU DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL, DU COMMERCE, DE L’ARTISANAT ET DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

Le Conseil a adopté quatre (04) décrets.
Le premier décret nomme les personnes ci-après, Administrateurs au Conseil d’administration de la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX) pour un premier mandat de trois (03) ans.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE FONDS BURKINABE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL (FBDES)

 Monsieur Soumaila SORE, Mle 216 182 H, Inspecteur du trésor, en remplacement de Monsieur Adama BAMBARA.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT L’UNION NATIONALE DES SOCIETES DE COOPERATIVES DES PRODUCTEURS DE COTON DU BURKINA

 Monsieur Zohié KOTE, Cotonculteur, en remplacement de Monsieur Célestin GALA.
Le deuxième décret nomme Monsieur Levin Médard SIB, Mle 200 578 T, Conseiller des affaires économiques, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère du Développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises au Conseil d’administration de la Filature du Sahel (FILSAH-SA) pour un premier mandat de trois (03) ans, en remplacement de Monsieur Oumarou BARRO.

Le troisième décret nomme Madame Tanna Thérèse COULIDIATI/SOUOBOU, Elue consulaire, Administrateur représentant la Chambre des métiers de l’artisanat du Burkina Faso au Conseil d’administration de l’Agence de financement et de promotion des petites et moyennes entreprises (AFP-PME) pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le quatrième décret nomme Monsieur Hadi Honoré YONLI, Mle 97 521 K, Economiste, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère du Développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises au Conseil d’administration de la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY) pour un premier mandat de trois (03) ans, en remplacement de Monsieur Seydou ILBOUDO.

C. MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION

Le Conseil a adopté trois (03) décrets.
Le premier décret nomme les personnes ci-après, Administrateurs au Conseil d’administration de l’Université Thomas SANKARA pour un premier mandat de trois (03) ans.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE (CNRST)

 Madame Martine DIALLO/KONE, Mle 41 334 Y, Maître de recherche, en remplacement de Monsieur Roger Honorat Charles NEBIE.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE PERSONNEL ADMINISTRATIF, TECHNIQUE, OUVRIER ET DE SOUTIEN (ATOS)

 Monsieur Benjamin BAGORO, Mle 94 303 U, Conseiller d’administration scolaire et universitaire.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LES ENSEIGNANTS DE L’UNIVERSITE THOMAS SANKARA

 Madame Aïssata NABALOUM/DABO, Mle 360 851 H, Maître-assistant.

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT LES SYNDICATS DES ENSEIGNANTS

 Monsieur Aristide Bonsdaouendé VALEA, Mle 375 126 Z, Assistant ;
 Monsieur Sobom Matthieu SOME, Mle 334 012 W, Maître-assistant.
Le deuxième décret renouvelle le mandat des personnes ci-après, Administrateurs au Conseil d’administration de l’Université Thomas SANKARA pour une dernière période de trois (03) ans.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT L’ETAT

Au titre du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation :
 Monsieur Mahamadou SAWADOGO, Mle 78 122 C, Professeur titulaire en génétique et amélioration des plantes.

Le troisième décret renouvelle le mandat de Monsieur Mahamadou SAWADOGO, Mle 78 122 C, Professeur titulaire en génétique et amélioration des plantes, Président du Conseil d’administration de l’Université Thomas SANKARA pour une dernière période de trois (03) ans.

Le Porte-parole du Gouvernement

Rimtalba Jean Emmanuel OUEDRAOGO
Chevalier de l’Ordre du mérite, des arts,
des lettres et de la communication

PARTAGER :                              

Messages

  • Pendant ce temps les pauvres gens sont chasses de tougouri.Investissez vous davantage sur la lutte contre les terroristes.

    • Avez vous des preuves de vos affirmations ou de l’investissement insuffisant de nos FDS ? En cette période délicate, il est souhaitable d’apporter votre contribution financière ou de vous inscrire comme VDP au lieu de prononcer des propos démoralisants !

    • Bonjour sid pa yii,
      Ha ben c’est sur vous avez raison, nous n’avons pas de preuve et tous ces gens qui nous font croire qu’ils sont menacés, massacrés, chassés par les terroristes sont des mythomanes, qui inventent d’abracadabrantes histoires, juste pour contrarier notre formidable marche vers la souveraineté et le panafricanisme.
      C’est d’ailleurs la version qui s’était le plus répandue, lorsque les malheureuses villageoises, en quête de quelque pitance, s’étaient faites enlever par les terrorisme. Vous et les vôtres aviez alors affirmé : "elles sont parti rejoindre leurs maris terroristes en brousse".
      Vous et les vôtres, certainement bien planqués à Ouaga, ou pire, à l’étranger, n’avez honte de rien, n’avez aucune pitié pour le peuple qui souffre, qui fuit, qui meurt.
      Quant à "apporter (sa) contribution financière", très bien, parlons-en. Depuis bientôt un mois, les prix des bières ont augmenté, d’environ 15%, alors que celui des vins, des champagnes, des whisky... n’a pas bougé d’un franc. Ou est le patriotisme là-dedans, où est la justice, qui favorise-t-on ?
      Les seules cigarettes à avoir subi une augmentation de presque 35%, sont celles qui sont produites au Faso, les cigarettes d’importation, elles, n’ont subi aucune taxe... Où est la logique, où est le sankarisme ?
      Où est la redevabilité, où est la publication des chiffres du soutien à l’effort patriotique ?
      Moi, je ne me suis pas engagé dans une carrière martiale, je n’ai pas pris le pouvoir par les armes, sous le seul prétexte de combattre le terrorisme.
      Alors, comme le disait l’autre dans sa chanson, Monsieur le Président... s’il faut donner sa vie, allez donner la votre. Des messies en treillis, il y en a des centaines qui attendent leur tour.

  • Wendé,
    Le Ministère de l’enseignement supérieur a encore frappé fort. Il est vraiment décidé à détruire le CNRST. On enlève des Directeurs de recherche pour mettre des chargés de rechargé à une Direction Générale aussi importante que l’ANVAR. Y a-t-il pas des chercheurs de rang A au CNRST ? Au FRSIT on met des maître- assistants/chargé de recherche. Dites-moi, cela est-il possible dans les universités ? Donnez-moi un seul exemple de poste de DG occupé par un assistant ou maitre-assistant dans l’enseignement superieur.
    Au CNRST, deux ans après la création des laboratoires, rien de concret ne plane à l’horizon. Aucun labo fonctionnel n’existe dans la réalité. Tout est en ce moment virtuel. Au CNRST, le choix des hommes est fait pour maintenir le centre au carreau. Mani sougouri
    Au moment où le gouvernement parle de la dépolitisation de l’administration, le même M. TRAORE, qui a son frère Ministre délégué a été nommé en septembre 2022 Directeur du laboratoire national de biosécurité puis aujourd’hui, soit 7 mois après, DG ANVAR et qui n’est même pas de rang A. Pire, M. le Ministre, Vous êtes Prof Titulaire, dites-nous, au niveau du CAMES y-a-t-il une spécialité dénommée génétique et amélioration des plantes et phytopathologie ? Vous pouviez demander, à quelqu’un de son domaine, au Pr Mahamadou SAWADOGO, Professeur titulaire en génétique et amélioration des plantes. Arrêtez de détruire la recherche scientifique. Trop c’est trop !!!!!!

    • @Véridique, Evitons de tomber dans le piège de la culture du grade universitaire, ou du grade tout court. L’échelle des grades universitaires ne signifie pas nécessairement que le professeur titulaire ou le directeur de recherche est absolument meilleur ou plus qualifié que le maître de conférence (ou maître de recherche) ou le maître-assistant (ou chargé de recherche) ou que l’assistant (ou attaché de recherche). Cela ne signifie pas aussi que les moins gradés sont absolument moins bons ou moins qualifiés que les plus gradés. Il y a aussi les paramètres de la compétence, de l’expérience à prendre en compte, et bien d’autres critères. Or ici, dans le cas qui nous intéresse, aucune information ne nous est donnée sur les raisons, peut-être très objectives qui ont conduit à la nommination de l’intéressé. Donc soyez un peu réservé sur le sujet.

      Etre le meilleur en matière d’enseignement dans un amphithéâtre ou dans un centre de recherche, ne signifie nullement que l’on possède les compétences pour diriger une direction technique, administrative, etc., et inversement.

      Il y a bien des ministres non universitaires et non titulaires d’un quelconque doctorat qui ont dirigé avec succès le ministère chargé de l’enseignement supérieure au Burkina, des ministres non médécins ou agent de santé qui ont dirigé avec succès le ministère en charge de la santé au Burkina.

      Sans exclure les plus gradés, permettons aussi aux moins gradés qui sont compétents d’apporter leur contribution au développement de ce pays, lorsqu’ils sont sollicités. Il y a de la place pour tout le monde au soleil.

      Peut-être que si tous les postes de direction dans les institutions relevant du ministère en charge de l’enseignement étaient occupés par les personnes de grades inférieurs, peut-être les titulaires de grade supérieurs trouveraient plus de temps pour vaquer à autre chose comme par exemple améliorer la qualité de leurs enseignements, améliorer la qualité de leurs recherches et des résultats qu’ils obtiennent, encadrer les étudiants, etc. Enfin je dis comme ça ...

    • Monsieur Pierre,
      Je vous comprends mais revenez sur terre et répondez à la question. Est ce possible au niveau des universités ?
      Ils sont dans un domaine spécifique où les grades universitaires comptent. Pour être un chef d’Etat major on te relève un peu en Général, n’est ce pas ? Le ministre est très politique contrairement a des postes comme les DG qui doit avoir le profil idéal. Aviez-vous déjà assisté à une réunion avec des Pr et Directeur de recherche, c’est dommage mais c’est ainsi. Il est donc nécessaire de l’intégré dans la prise de décision
      De toute façon on fermera bientôt le CNRST au regard de la qualité des dirigeants qu’on les impose ! J’ai fini de parler

  • Félicitations à notre Laure ZONGO/HIEN, pour son œuvre de modernisation et de simplification de procédures à la CARFO. Une des ares cadres MPP à rester DG longtemps après le déboulonnage du Maître. Preuve que tout n’est pas chasse aux sorcières. Pourquoi d’ailleurs ? Cela aurait été dommage au regard de la prestation de Dame Laure. Cette Sociologue à un poste d’Ambassadeur peut apporter beaucoup au Faso

  • Monsieur le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité, votre département est un tout ; proposez également des nominations côté civil car il semble qu’il y a des services sous intérim depuis un an voire deux ans.

  • HUG
    Ceux qui consultent Lefaso.net parlent Français. Quand tu dis pendant ce temps. C’est quel temps ? Ou bien pour toi comme les gens se vident à TOUGOURI on ne doit plus faire un conseil de ministre ? Depuis le pouvoir de ROCK la moitié des villes du Burkina se sont vidées. Pendant ce temps d’autres institutions avaient le temps de faire de provisions de 12 maillards dont des éminents avocats s’évertueront à nous montrer le lieu où se trouve cette provision.

    • Bonjour yat,
      Pardon HUG, cela fait deux fois que je me permets de répondre en votre lieu et place, désolé, mais certains propos ultra-partisans, dénués d’humanisme et, qui plus est, quelque peu prétentieux, donneurs de leçons, ont tendance à m’énerver.
      Monsieur ou Madame yat, apprenez que si "Ceux qui consultent Lefaso.net parlent Français", il apparait clairement que certains le comprennent mieux que d’autres, parfois, les gens les plus simples, ceux qui évitent de chercher midi à 14 heures, s’interrogeant pour savoir si "pendant ce temps" veut vraiment dire : pendant ce temps.
      Certains d’entre nous également, auraient plutôt tendance à écrire 16 milliards, plutôt que "12 maillards", car nous avons le souci de l’exactitude, dans les mots comme dans les chiffres et ne sommes aveuglés, ni par une irrépressible rancœur, ni par le puissant désir d’adorer un nouveau messie, ces sentiments faisant perdre jusqu’aux dernières parcelles d’humanisme.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 20 juin 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 22 mai 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 16 mai 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 8 mai 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 avril 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 11 avril 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 4 avril 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 27 mars 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2024