LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Conseil des ministres du 11 janvier 2023 : Le gouvernement crée un fonds de soutien aux Volontaires pour la Défense de la Patrie

Publié le mercredi 11 janvier 2023 à 21h56min

PARTAGER :                          
Conseil des ministres du 11 janvier 2023 : Le gouvernement crée un fonds de soutien aux Volontaires pour la Défense de la Patrie

(Ouagadougou, 11 janvier 2023). Le Président de la Transition, le Capitaine Ibrahim TRAORE, a présidé, ce mercredi, l’hebdomadaire Conseil des ministres qui a examiné et adopté, selon le Porte-parole du Gouvernement, Jean-Emmanuel OUEDRAOGO, plusieurs dossiers importants. Parmi ces dossiers figurent deux rapports au titre du ministère de l’Economie, des Finances et de la Prospective.

Le premier rapport porte création du Fonds de soutien patriotique, avec un besoin de près de 100 milliards de francs CFA pour son alimentation. Selon le Ministre chargé des Finances, Aboubakar NACANABO, il s’agit de la contribution des Burkinabè à la lutte contre le terrorisme, notamment par le soutien des Volontaires pour la Défense de la Patrie qui a plusieurs composantes.

La première composante est relative à la contribution des fonctionnaires et des travailleurs du privé. « Pour cette composante, nous avons voulu qu’elle soit volontaire, dans la mesure où on n’a pas pu dégager un consensus avec les partenaires sociaux », a expliqué le Ministre NACANABO.

Selon le Ministre Porte-parole du gouvernement, Jean Emmanuel OUEDRAOGO, « la Transition a affirmé de façon claire la volonté de pouvoir mener cette guerre de façon souveraine. Il faut que les Burkinabè eux même soient les acteurs de la reconquête de notre territoire et de la refondation de notre pays ».

Aussi, les membres du gouvernement ont-ils décidé de façon unanime de céder chacun 5% de son salaire mensuel comme contribution à ce fonds.

La deuxième composante concerne les taxes sur la consommation des boissons, du tabac et une contribution sur la consommation en matière de télécommunication et sur les jeux de hasard.

Le second décret porte sur l’évaluation de l’étude nationale prospective Burkina 2025 qui décrit la vision du Burkina jusqu’en 2025. Pour le ministre Aboubakar NACANABO, cette évaluation est à son terme et l’on devrait passer à une autre.

Le Conseil s’est également penché sur les violences perpétrées par des éléments des Forces de Défense dans le quartier Nangrin de Ouagadougou. « Le Conseil condamne fermement cette dérive et exprime toute sa solidarité avec les populations civiles qui en ont été victimes », a déclaré le Ministre Jean-Emmanuel OUEDRAOGO qui a ajouté que le gouvernement a instruit le Ministre d’Etat, Ministre de la Défense de prendre toutes les dispositions afin de s’assurer, « d’une part, que les auteurs de cette dérive puissent être sanctionnés sévèrement, et, d’autre part, de travailler pour que de telles dérives ne puissent pas se produire à l’avenir » dans notre pays.

Direction de la Communication de la Présidence du Faso

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 11 janvier 2023 à 22:21, par A qui la faute ? En réponse à : Conseil des ministres du 11 janvier 2023 : Le gouvernement crée un fonds de soutien aux Volontaires pour la Défense de la Patrie

    On ne peut pas résoudre notre problème le plus primordial en faisant de la mendicité. Il faut voter D’ABORD le budget de la guerre et ce qui reste on affecte aux autres projets.
    Nous devons prendre l’argent de la guerre à partir des ressources sûres : la douane, l’or et on fait la mendicité pour les autres domaines y compris le nombre d’ambassades que nous avons en vracs dans tous les pays y compris les plus insignifiants. Nous avons plus d’ambassades qu’un pays comme l’Italie. Est-ce normal ?
    Les institutions inutiles, les caisses noires, les détournements du pouvoir, etc.
    On dirait que vous aimez faire circuler l’argent intraçable pour pouvoir faire mouta mouta. Il y a au moins 3 réseaux de souscription tout azimut y compris le fonds de soutien au MPSR. Est-ce qu’un homme d’affaires sales qui vous verse 1 milliard pourra être inquiéter ?

  • Le 12 janvier 2023 à 08:53, par Levieux En réponse à : Conseil des ministres du 11 janvier 2023 : Le gouvernement crée un fonds de soutien aux Volontaires pour la Défense de la Patrie

    Bonne décision, plus de menace d’aucun syndicats et on verra si de façon individuelle les gens vont contribuer ou pas.

    • Le 13 janvier 2023 à 09:15, par kwiliga En réponse à : Conseil des ministres du 11 janvier 2023 : Le gouvernement crée un fonds de soutien aux Volontaires pour la Défense de la Patrie

      Bonjour Levieux,
      Ha bon, vous pensez vraiment que c’est une "Bonne décision" ?
      Ben, pas moi ! J’estime que c’est la première grande défaite du système Traoré. La première grande reculade, le premier signe de peur, la démonstration que "le Peuple" ne compte pas, que "la Rue", si elle a pu être utile, reste quantité négligeable, l’ultime confirmation, s’il en fallait une qu’il n’existe au Faso qu’une seule classe dirigeante, qu’une seule caste d’élite qui fixe ses conditions et devant laquelle l’on ne peut que reculer : Les Tout Puissants Fonctionnaires.
      Le prochain qui va vouloir comparer Traoré à Sankara sera un aveugle ou un imbécile.

      • Le 26 janvier 2023 à 10:38, par Dr Mamadou SANOU t En réponse à : Conseil des ministres du 11 janvier 2023 : Le gouvernement crée un fonds de soutien aux Volontaires pour la Défense de la Patrie

        Je suis d’accord avec l’analyse sur les fontionnaires qui sont les enfants gâtés du Pays. Ils coûtent 67 % du budget de l’état, qui est constitué des impôts et taxes payés par tous les actifs du pays (15 à 64 ans). Alors que les fonctionnaires ne constituent que 1,7 % des actifs du Burkina. En clair 98 % des actifs non fonctionnaires suent sang et eau pour payer des impôts et des taxes qui servent à engraisser les commis de l’Etat. Le plus dur est qu’il n’y a que 10% qui travaillent réellement. Le reste est payé pour ne endre aucun service en retour. Après cela, c’est eux aussi qui empêchent les les honnêtes travailleurs du secteur du privé de faire leur boulot du fait de la corruption et des entreprises écrans qu’il créent pour concurrencer ceux qui ont choisi la voie de l’entreprise privée.
        Il faut réduire la fonction publique au strict minimum 10 % de l’effectif actuel et payer ces 10% correctement pour diminuer la tentation à la corruption. Dans ces conditions un fonctionnaire qui se rend coupable de corruption est licencié sur le champ. Comme sous la révolution.
        Pour vous donner une idée le payan paye 18% de TVA sur le prix de la chambre à air de son vélo. C’est cet argent qui sert à payer le fontionnaires qui est le plus souvent absent à son post lorsque le paysan a besoin de son service.
        Pendant la Révolution, on informe les fonctionnaires de la retenue que l’Etat veut faire et à quoi l’argent est destiné. C’est vérifiable à tout moment. D’autres temps d’autres mœurs.
        Blaise et sa bande ont fontu le pays l’air. Il faut encore 35 ans pour renaître. Lorsque les conditions de la renaissance seront réunies. Tôt ou tard.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 20 juin 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 22 mai 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 16 mai 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 8 mai 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 avril 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 11 avril 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 4 avril 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 27 mars 2024
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2024