LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

Publié le vendredi 23 décembre 2022 à 19h51min

PARTAGER :                          
Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

Le conseil des ministres du 16 décembre 2022 a adopté un rapport qui entérine une décision prise par le gouvernement d’Albert Ouédraogo le 17 août 2022 : celle de mettre fin à l’existence de la Caisse des dépôts et consignations. Pourquoi le gouvernement du MPSR1 et celui du MPSR2 dirigé par le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambèla sont-ils sur la même longueur d’onde quand il s’agit de protéger des intérêts privés ?

Ces deux gouvernements peuvent avoir des griefs contre la Caisse des dépôts et consignations, mais fallait-il jeter le bébé avec l’eau du bain ? Est-ce une priorité pour un gouvernement de transition d’arrêter un processus qui participe des solutions à la crise actuelle qui est, comme l’a dit le chef de l’Etat, le capitaine Ibrahim Traoré, liée aussi au développement inégal des régions et des territoires ? Comment appelle-t-on la CDC ? La banque des collectivités et des territoires. Pourquoi vouloir recommencer à zéro en balayant tout ce qui avait été fait comme si l’idée même de l’existence de cette institution ne plaisait pas, devrait être retardée, enlevée de toutes les têtes ?

Le Burkina Faso est un pays qui se bat contre lui-même. Quand il fait un pas en avant, lors d’un coup d’Etat, certaines personnes lui font faire deux pas en arrière pour être sûres qu’il ne soit pas stationnaire, mais recule, régresse. C’est le cas avec cette dissolution de la Caisse des dépôts et consignations(CDC) où les lobbies des banques privées et certaines personnes dans l’administration se sont coalisés pour casser une loi votée par l’Assemblée nationale qui crée une institution qui, si elle survit, va leur retirer l’oseille facile de la retraite des salariés du public et du privé.

L’idée de la Caisse des dépôts et consignations au Burkina ne date pas d’aujourd’hui. Il semble que l’intendant militaire Marc Garango en avait créé une qui a vécu quelques temps et sous la révolution elle aurait été reprise sous un autre nom, puis liquidée sous la vague des privatisations du FMI et de la Banque mondiale avec les plans d’ajustement structurel.

Ces deux institutions ultra libérales qui ont vendu à nos Etats que l’Etat ne doit ni faire de la banque pour ses collectivités ou avoir des sociétés ne croient plus à ses recettes et beaucoup d’Etats africains en sont revenus à l’idée qu’au lieu que l’Etat laisse aux banques les cotisations pour les retraites des travailleurs, qu’il pouvait récupérer cet argent pour financer certains de ses propres projets. En arriver là n’a pas été facile, mais les choses s’étaient mises en place progressivement sous le mandat du président Roch Marc Christian Kaboré par la loi N°023-2017/AN du 9 mai 2017, portant création d’un établissement public à statut spécial dénommé Caisse des dépôts et consignations du Burkina Faso.

MPSR1 et MPSR2 même combat contre la CDC

Le porte-parole du gouvernement du MPSR1, Lionel Bilgo, en juillet 2021 reprochait, entre autres griefs à la CDC, l’absence d’une commission de surveillance conforme à la loi, ce qui n’est pas exact puisque le Premier ministre Christophe Dabiré avait installé le 5 juillet 2019, les 11 membres de cette commission de surveillance « composés de 5 députés au titre de l’Assemblée nationale dont 3 de la majorité et 2 de l’opposition, 3 membres au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement, 1 représentant de la Cour des comptes et 2 experts reconnus pour leurs compétences et désignés, l’un par le président du Faso et l’autre par le président de l’Assemblée nationale ». C’était le député Bindi Ouoba qui avait été choisi par les membres de la commission pour la diriger.

Ces erreurs factuelles dans l’argumentaire de justification de cette décision de supprimer la Caisse des dépôts montre la précipitation et la faiblesse théorique justifiant cette mesure. Il y a de fortes chances que cette commission qui serait en charge d’étudier la création d’une nouvelle caisse des dépôts conclue à son inutilité. Si le gouvernement en voulait, il ne supprimerait pas l’institution mais amenderait les acteurs malveillants ou les procédures fautives.

Comment comprendre que dans un Etat digne de ce nom, les représentants du peuple prennent une décision et des responsables de structures du même Etat fassent la rébellion et freinent la roue pour que la CDC ne soit pas mise en place. Entre la CARFO, la CNSS et la Poste, qui refuseraient de faire des dépôts à la CDC, le gouvernement ne peut pas les mettre d’accord pour que celle-ci se mette en place ? Il faudrait croire qu’il y a des hommes plus forts que le gouvernement qui a la possibilité de les démettre. Ou alors le gouvernement refuse de se donner les moyens d’une politique de construction du pays.

Ces fonds de retraite vont rester dans les caisses des banques privées et enrichissent quelques-uns, au lieu de faire des routes au Sahel et à l’Est, d’y construire des écoles et des dispensaires. Et ces mêmes banques viendront le proposer à l’Etat quand il fera des emprunts et il les rémunèrera sur l’argent public. En refusant de préserver la CDC, les deux gouvernements du MPSR1 et 2 ont choisi les intérêts privés, ils ont défendu les intérêts des groupes bancaires comme la BCB, Coris Bank, etc.

Notre malheur vient souvent de nous-mêmes. Il provient de notre ignorance et de la cupidité de certains. Parfois par les décisions que nous prenons nous mettons notre pays en retard. Et ces choix non mûris pas suffisamment étudiés nous emmènent en arrière. Le gouvernement MPP a fait beaucoup d’erreurs sûrement, mais la création d’un secteur financier public avec la Caisse des dépôts et consignations allait dans le bon sens.

Sana Guy
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 23 décembre 2022 à 22:21, par Zouk351 En réponse à : Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

    Décidément, que va-t -il rester dans le pays ?
    C’est depuis que le 1er ministre est allé en Russie que cela part dans tous les sens !
    Avant de supprimer un organisme, il faut prévoir comment le remplacer pour que ses buts ou actions soient relayés. .
    On espère qu’il n’y aura pas d’autres coups d’Etat.

  • Le 24 décembre 2022 à 08:04, par Bationo En réponse à : Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

    Oui la CDC allait dans le bon sens. Les membres des parties chargés de diriger la CDC ne sont pas fiables. C’est la raison principale de la dissolution. ( Voir votre commentaire) . Ça sent la corruptions des clans et des sectes

  • Le 24 décembre 2022 à 08:20, par Jonassan En réponse à : Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

    Les coups d’Etat sont des vrais coups d’État : terrorisme dans la cité mettant en jachère sa gestion. Il y a qu’après un coup le nouvel homme fort, son gouvernement et ses fans sont obligés de justifier leur barbarie et cela s’annonce par le rétropédalage bruyant des actions bruyantes du prédécesseur ; à défaut les gens leur demanderaient pourquoi le coup d’Etat et cela mettrait en danger leur survie. Il y a aussi le fait que les acteurs précédents doivent être considérés comme des pestiférés, c’est ainsi que Damiba n’a eu d’égard à chasser Zerbo, Rosine...et à les remplacer par des moins efficaces et c’est toujours comme ça. Croyons-nous pouvoir construire un pays avec cette envie permanente de vengeance ? Ce qui est grave c’est qu’on parle de retour à une vie constitutionnelle normale sans rien dire ni faire contre les Coups d’État au contraire nous sommes témoins de véillités évidentes de monarchisation du pouvoir par l’armée. La haine de la CEDEAO oar les juntes et leur soutien s’inscrit dans cette dynamique. Comment expliquer que pour sa souveraineté on refuse le bras tendu de l’initiative d’Accra au prétexte qu’elle est infestée de décideurs occidentaux et qu’on aille le lendemain supplier a genoux un héritier assumé de la conférence de Yalta : l’effondrement du Burkina Faso se précise dans plusieurs domaines : terrorisme intérieur, extérieur et laminage des institutions. Allons seulement ?

  • Le 24 décembre 2022 à 09:09, par Vraiment hein ! En réponse à : Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

    Parfaitement d’accord avec vous. Et c’est cela le problème épineux du pays ; la qualité de nos institutions dependent de tout puissant individus et non d’un tout puissant Etat, ce qui fait le lit de l’instabilité des institutions et de leur faiblesse.
    Cette décision sur la CDC a été précipitée et insuffisamment mùrie. Si c’est SE Paul Kaba Tiéba qui était le problème ou tout autre partenariat impliqué à la mise en place de la CDC alors pourquoi ne pas trouver une solution à cela au lieu de stopper brusquement le processus ? La Côte d’Ivoire à côté a sa CDC...
    Hypocrisie mis à part, pardon accordons au moins à 80% la priorité au pays dans les décisions que nous prénons, sinon les crises graves comme ce que nous vivons se succéderont de génération en génération.

    YA YA BOIN !!!

  • Le 24 décembre 2022 à 10:42, par kwiliga En réponse à : Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

    Bonjour Sana Guy,
    Ha, sur ce coup, je vous aime et je vous admire.
    Comment notre pseudo-néo-sankariste gouvernement peut-il prendre une mesure allant totalement à l’encontre des valeurs qu’il fait semblant d’incarner ?
    Vous avez pourtant donné toutes les solutions que des dirigeants dignes et agissant dans l’intérêt du peuple, auraient du mettre en pratique.
    Des organes semblables à la CDC existent même dans des pays très libéraux et nous, qui voudrions jouer les néo-marxistes, tuons cette institution,... quelle mascarade.
    Bon, Sana Guy, faites attention de ne pas vous faire suspendre.

  • Le 24 décembre 2022 à 18:59, par Ulc En réponse à : Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

    Il faut aussi remarqué qu’au Burkina Faso, il ya des champions nationaux dans le domaine bancaire. L’argent versé dans ces banques nationales créé aussi de la valeur ajoutée pour le pays et fait émerger davantage nos champions nationaux. La CDC peut bien être favorable si et seulement si nous développons nous même une forte industrialisation, une forte productivité. Ainsi, cela permettra à cette même CDC de générer des profits en investissant dans nos propres entreprises. Si c’est pour Allez construire des routes au Sahel et autres alors la CDC n’a pas sa raison d’être. En revanche, son existence devient crucial si l’argent reçu de la CDC par les autres entités (CNSS, carfo...) sert à investir dans nos propres industries de production pour que nos champions locaux soient plus compétitifs sur le plan international.

  • Le 26 décembre 2022 à 11:36, par NZ En réponse à : Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

    Sana GUY, apparemment vous n’avez pas lu la déclaration du conseil de ministre concernant la dissolution. Le gouvernement n’a jamais dit que l’dée n’est pas bonne ou que le projet est mort. Il a été clairement dit qu’en attendant de meilleures refléssions et une meilleure structuration. Le modèle qui était en cours piétinait et n’arrivais pas à décoller car les gens ont mis les charrues avant les boeufs afin de trouver un poste à Kaba TIEBA. La CDC revivra et en meiux.
    S’il vous plaît, vous êtes journalisme, donnez la bonne information au public et non des informations partielles ou détournées à dessein.
    Web master si tu veux faut pas laisser passer. Il faut les choses soient rapportées et analysées comme elles ont été dites.

  • Le 26 décembre 2022 à 19:34, par warzat En réponse à : Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

    C’est mieux ainsi surtout avec cette grande maffia qu’on a vue autour de la création de ce machin. Tous nos œufs dans le même panier c’est dangereux à mon avis.

  • Le 27 décembre 2022 à 09:19, par ZAROS En réponse à : Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

    Votre propos n’est pas cohérant. Vous avez dit que le reproche fait à la CDC était relatif à " l’absence d’une commission de surveillance conforme à la loi, ce qui n’est pas exact puisque le Premier ministre Christophe Dabiré avait installé le 5 juillet 2019, les 11 membres de cette commission de surveillance « composés de 5 députés au titre de l’Assemblée nationale dont 3 de la majorité et 2 de l’opposition, 3 membres au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement, 1 représentant de la Cour des comptes et 2 experts reconnus pour leurs compétences et désignés, l’un par le président du Faso et l’autre par le président de l’Assemblée nationale ». C’était le député Bindi Ouoba qui avait été choisi par les membres de la commission pour la diriger."
    Ma question est la suivante : existe t-il actuellement une opposition et une majorité ? La réponse certaine est non. Si la loi n’a pas prévue d’autre mécanisme pour palier à ce vide juridique, alors cette commission n’est plus conforme à la loi comme l’a dit le porte parole du gouvernement.
    A mon avis, le refus de la CNSS, la CARFO et La Poste de domicilier leur fonds à la CDC est l’argument majeur. Cette caisse n’ayant pas reçu de fonds dont la gestion justifierait son existence, devient alors une sangsue pour le trésor publique qui se retrouve à supporter toutes ses charges sans qu’elle n’apporte quelque chose de positif au pays. Cette défaillance majeure justifie largement la dissolution de la CDC.
    Le second argument à mon sens concerne le processus de désignation de son Directeur Général qui a été nommé au lieu d’être recruté. Ce qui constitue une récompense politique. Cet état de fait est très dangereux dans la mesure où les considérations politiques ont pris le dessus sur la compétence technique dans la conduite d’une institution aussi stratégique. La lucidité des administrateurs de la CNSS, de la CARFO et de La Poste à travers ce refus est salutaire et constitue une posture de prudence dans la gestion des fonds assurant la pension des travailleurs. Ces trois structures ont le devoir de garantir la disponibilité des fonds pour assurer la pension des bénéficiaires au moment opportun.
    La CDC est restée dans une telle situation de disfonctionnement majeur depuis sa création jusqu’à la chute du MPP. Le régime déchu est donc comptable de cette situation pour n’avoir pas pris toutes les dispositions afin de s’assurer que les fonds des structures visées seront logés dans ses livres avant son opérationnalisation. Les acteurs de cette forfaiture doivent être poursuivis pour laxisme et dilapidation de fonds publiques dans le traitement de la situation.
    Dans pareille situation, le gouvernement pouvait suspendre la structure afin d’éviter des charges inutiles et procéder rapidement à une relecture des textes de cette structure afin de corriger les anomalies pouvant empêcher un fonctionnement efficace. Ensuite enclencher le recrutement d’un autre responsable en se basant uniquement sur la compétence. Ceci implique également la prise de dispositions assurant la disponibilité des fonds dédiés aux retraités au besoin. Ces mesures auraient permis à la CDC de jouer pleinement son rôle au profit de notre pays.

  • Le 27 décembre 2022 à 10:30, par yat En réponse à : Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

    Monsieur SANA

    Si vous voulez devenir un journaliste professionnel évitez de commencer un sujet par une condamnation. Faites une analyse objective avant de donner votre opinion. A partir de votre écrit on constate que vous savez rien de la CDC.

    C’est grave pour un journaliste !!!!!!

  • Le 27 décembre 2022 à 12:13, par BILI-BILI En réponse à : Burkina : Dissolution de la Caisse des dépôts et consignations, une mesure qui profite aux banques privées

    L’idée de la Caisse est Salutaire, mais voilà ce qui a gâté les choses :

    Et tout allait bien jusqu’au mercredi 3 novembre 2021
    "Une délégation française composée des membres de la Caisse de Dépôt et Consignation (CDC) de la France, de l’Agence Française de Développement (AFD) et de l’ambassadeur de France au Burkina a été reçue en audience à l’Assemblée nationale du Burkina Faso par la 2e vice-présidente, Désirée Marie Chantal Boni. Cette rencontre entre dans le cadre de la coopération entre Ouagadougou et Paris, dans le cadre de l’opérationnalisation de la Caisse de Dépôt et de Consignation du Burkina Faso."

    Et tout le monde sait très bien que là ou ce pays, la France met sa main, c’est pour ses propres intérêts.
    Donc, Chers Monsieurs de la CDC , souffrez qu’on réorganise les choses pour mettre en place une CDC à la Burkinabè.
    .

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le gouvernement veut maîtriser le taux d’inflation