Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

Burkina Faso : Commerce ambulant aux postes de péages, une activité à risques

Accueil > Actualités > Economie • Lefaso.net • mercredi 7 décembre 2022 à 21h30min
Burkina Faso : Commerce ambulant aux postes de péages, une activité à risques

A Ouagadougou au niveau des péages ou des postes de contrôle, se développent plusieurs commerces. Le trafic de la route nationale 2 (RN2) est élevé. Cependant, elle est étroite. On remarque la présence des vendeurs ambulants qui, souvent, se faufilent entre les véhicules ou s’arrêtent pratiquement sur la voie pour vendre leurs produits. Quels sont les risques que ces commerçants encourent au regard de l’étroitesse de la voie ?

Au péage de la RN2, certains commerçants vont à la rencontre des clients dans les véhicules de transport en commun. D’autres poursuivent les véhicules personnels pour présenter leurs produits. On peut entendre entre autres « Tantie ou tonton il y a du pain climatisé, approchez voir ! ».

Ludovic Nikièma, un jeune homme d’une vingtaine d’années, poursuit un véhicule personnel pour présenter sa marchandise. Il propose des paquets de mouchoirs en papier, des bonbons et de la cigarette. Selon lui, pour avoir une bonne recette journalière, il faut « mouiller le maillot » pour dire qu’il faut travailler dur.

Pour lui, il faut montrer ces produits à tout le monde pour espérer en vendre le maximum. « Nous sommes souvent obligés de courir sur le bitume pour vendre. Même si la voie est étroite, on fait avec. Sinon nos familles ne vont pas manger. C’est dangereux d’être sur la voie, on le sait, mais on n’a pas un autre travail à faire. Souvent, des personnes me disent que si je ne quitte pas devant eux ils vont me cogner. Mais bon c’est mieux que d’aller voler », estime notre interlocuteur.

Bibata Sawadogo vendeuse de sandwichs

Vendeuse de sandwichs, Bibata Sawadogo va à la recherche des clients dès qu’un car s’arrête. Elle avoue que c’est souvent très difficile de traverser la voie parce que les automobilistes roulent en vitesse. Elle reconnaît que l’état de la voie ne permet pas de trop se faufiler. « Nous savons que se mettre sur la voie pour vendre est risqué mais nous n’avons pas le choix. Pour éviter les accidents, les forces de l’ordre ne nous permettent plus de monter sur le goudron. Mais souvent certains essayent de monter sur le goudron pour montrer leurs produits aux personnes qui sont dans les véhicules personnels ou à moto », explique la vendeuse.

A l’opposé de la voie, est arrêté Daniel Zongo. Il présente sa marchandise aux usagers. Le jeune homme vend de l’eau en sachets, en bouteilles et de la boisson. L’étudiant exerce cette activité dans cet endroit depuis sa classe de 4e. Il révèle que n’eût été la présence des agents de sécurité il y aurait chaque fois des accidents. « A cause du contrôle, beaucoup ralentissent quand ils arrivent ici. On peut faire trois ou quatre mois sans voir un accident ici. Quand les usagers roulent doucement même, si nous nous approchons de leurs véhicules il n’y a pas de problèmes. Mais c’est quand ils sont en excès de vitesse que cela devient dangereux », confie le vendeur.

Daniel Zongo vendeur d’eaux en sachets, en bouteilles et de boissons

Il évoque également le mauvais comportement de certains usagers qui leurs manquent de respect. « Beaucoup d’usagers sont méchants. Ils nous traitent souvent comme si nous ne sommes pas des hommes. Certains nous traitent souvent de voleurs quand on s’approche d’eux pour présenter nos produits. Aussi, d’autres prennent les produits et ils démarrent. On est obligé de les poursuivre pour avoir notre argent si on n’arrive pas à les rattraper c’est fini », indique le jeune homme.

Madeleine Kaboré, usager à moto, invite les autorités à songer à agrandir cette route. Pour elle le risque d’accidents n’est pas seulement pour les commerçants, mais aussi pour tous les usagers de ce tronçon. « Moi-même j’ai toujours peur quand j’emprunte cette voie », dit-elle.

Ramata Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 décembre 2022 à 20:02, par HUG En réponse à : Burkina Faso : Commerce ambulant aux postes de péages, une activité à risques

    C est le signe de la misere comme disait norbert zongo.Curieusemznr le burkina faso est l un des rares pays au monde ou l indice de GINI est elévé.

    Répondre à ce message

    • Le 8 décembre 2022 à 12:46, par Étonnant En réponse à : Burkina Faso : Commerce ambulant aux postes de péages, une activité à risques

      À HUG,

      "Curieusemznr le burkina faso est l un des rares pays au monde ou l indice de GINI est elévé."

      En quoi est-il curieux que l’indice de GINI soit élevé au Burkina et d’où sortez-vous l’idée qu’en la matière le pays est un des rares à connaître ce phénomène ?

      Si vous teniez à utiliser à tout prix cette "formule", reportez-vous à la comparaison qui est faite entre la culture et la confiture ...

      Bonne continuation.

      Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2022 à 14:04, par Mise en garde En réponse à : Burkina Faso : Commerce ambulant aux postes de péages, une activité à risques

    Que ce soit au niveau des péages à la sortie de nos villes ou dans les carrefours, surtout là où il y a des feux tricolores, le phénomènes est en train de prendre de l’ampleur. Malheureusement, parfois sous le nez et la barbe des forces de l’ordre qui semblent impuissants. La présence de ces ambulants réduit la vigilance des usagers et fait peur au regard de l’insécurité que nous vivons en ces moments. Si il est vrai que ces ambulants estiment chercher leur pitance, ces endroits ne sont pas fait pour le commerce.
    Pire c’est un phénomène qui accentue le désordre dans la ville et affaiblit d’avantage l’autorité de l’Etat.
    Nous savons tous que ces endroits ne sont pas destinés au commerce !
    En cas de survenu d’un incident qui sera le responsable ? les autorités qui ont laissé faire ? A l’usager ? pffffffff !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2022 à 14:11, par Eve En réponse à : Burkina Faso : Commerce ambulant aux postes de péages, une activité à risques

    Au Burkina Faso, on attend toujours qu’advienne le pire avant de réagir. Comment peut-on laisser tout ce monde à un poste de contrôle. Qui sont-ils ? Est-ce un lieu de commerce ?
    Il faut organiser l’exercice du commerce dans ce pays ? Les gens prennent les hangars dans les marchés et yaars et vont occuper l’espace public.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2022 à 22:32, par Jeunedame seret En réponse à : Burkina Faso : Commerce ambulant aux postes de péages, une activité à risques

    « Quels sont les risques que ces commerçants encourent au regard de l’étroitesse de la voie ? » La question ne se pose pas pour la première fois. L’ampleur est toujours décriée et applaudie. Et les force de sécurité n’y peuvent rien. Car il y a une profonde mentalité de vie arabe qui justifie cette divagation pour le commerce comme seul mode de vie. Il y a des grossistes parce qu’il y a des détaillants. Et la hiérarchie est inébranlable. Tous ces petits vendeurs ont de grands patrons ou profitent à ces grands. Les hommes de sécurité ne sont pas à blâmer car nos gouvernants déjà intimidés par les ladjis et grands commerçants savent discourir en passant sous silence les aspects essentiels du problème. Et voilà la difficulté de discipliner tout le monde dans son commerce sans grondement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Banques et finances : Coris bank international et Coris meso finances reçoivent des lettres de félicitations de la direction générale des impôts
Civisme fiscal au Burkina : Les députés et le personnel de l’Assemblée législative de transition donnent l’exemple
Situation économique : Le Burkina Faso enregistre une baisse de croissance de 4,2% en 2022
Ministère en charge du commerce : Hamadou Paré dirige désormais la Direction de la communication et des relations presse
Perception de l’intégrité dans l’administration douanière : Un sondage révèle une appréciation positive des mesures prises pour lutter contre la corruption
Burkina : Ecobank booste l’entrepreneuriat féminin par son programme « Ellever »
Perturbations dans la distribution du super 91 : Le ministre du commerce revient sur les causes profondes
Fiscalité au Burkina : Les innovations et modifications de la loi de finances gestion 2023 expliquées aux acteurs de l’économie
Perception de l’intégrité dans l’administration douanière : Un sondage bientôt lancé
Processus budgétaire au Burkina Faso : La transformation digitale au cœur des journées de réflexion de la direction générale du budget
Financement des collectivités territoriales en Afrique de l’Ouest : Vers la validation d’une étude sur le calcul du taux de transferts
Indice harmonisé des prix à la consommation : Le Burkina Faso enregistre une baisse de 1,4% en novembre 2022
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés