Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

UBA enregistre une forte croissance à deux chiffres dans les lignes supérieures et inférieures, avec un dividende intermédiaire de N0.20k

Accueil > Actualités > Economie • Communiqué de presse • vendredi 9 septembre 2022 à 12h14min
UBA enregistre une forte croissance à deux chiffres dans les lignes supérieures et inférieures, avec un dividende intermédiaire de N0.20k

La banque panafricaine, United Bank for Africa (UBA) Plc, a annoncé ses résultats financiers audités pour le semestre clos le 30 juin 2022, enregistrant une croissance à deux chiffres sur les principales lignes de revenus ainsi que des progrès significatifs dans les contributions de ses filiales.

À la fin des deux premiers trimestres de l’année, la Banque a été en mesure de livrer une plus-value de 12,6 % du bénéfice avant impôt à 85,7 milliards de Naira, contre 76,2 milliards de Naira à la même période en 2021.

Malgré de nombreux défis commerciaux, économiques ainsi que géopolitiques et environnementaux, y compris les interruptions continues de la chaîne d’approvisionnement dues au Covid, au conflit en Ukraine, et la hausse des prix des matières premières au niveau international qui en a résulté, et qui a permis les six premiers mois de l’année, au créancier de première catégorie de livrer des chiffres impressionnants, avec des bénéfices bruts atteignant 372,4 milliards de Naira, une solide croissance de 17,8% par rapport à 316 milliards de Naira qui a été affiché la même période l’année précédente.

Le résultat opérationnel a également progressé de 20,1 % se chiffrant à 256 milliards de Naira sur la période, tandis que le bénéfice après impôts de la banque a clôturé le premier semestre en hausse à 70,3 milliards de Naira, une hausse de 16,1 % par rapport à la même période de 2021 (60,6 milliards de Naira).

Une autre ventilation du résultat semestriel de la banque, qui a été déposée auprès du Nigerian Exchange Group (NGX), dans les premières heures du jeudi 8 septembre, a montré que le total des actifs se poursuivait sur une trajectoire ascendante, augmentant de 5,4%, environ 9 000 milliards de Naira.

UBA a rempli son mandat de base consistant à accorder des prêts à des clients solvables, les prêts et avances augmentant de 4 % pour atteindre 3 000 milliards de Naira, tandis que les dépôts ont augmenté de 7,9 % pour atteindre 7 600 milliards de Naira à la fin de la période.

Les fonds des actionnaires ont toutefois légèrement diminué de 2% pour s’établir à 788,5 milliards de Naira, principalement en raison de la diminution de sa réserve de conversion pour les opérations à l’étranger ainsi que des pertes de juste valeur subies du fait de l’évaluation des titres de placement causée par l’augmentation du régime de taux d’intérêt dans le monde entier.

Avec la forte croissance à deux chiffres en PAT par rapport à la baisse marginale des fonds d’actionnariat, le rendement des capitaux propres (RoE) du Groupe a clôturé la période en hausse à 17,7 %, tandis que le rendement des actifs (RoA) s’est établi à 1,6 %, en hausse de 9 points de base.

Réaffirmant son engagement envers les actionnaires et le public investisseur, le Conseil d’administration de UBA Plc a déclaré un dividende intermédiaire de 20 kobo pour chaque action ordinaire de 0,50 Naira détenue par ses actionnaires.

Oliver Alawuba, directeur général du groupe UBA, qui a commenté le résultat, a déclaré que la performance remarquable était conforme aux attentes de la direction, ajoutant que l’accent continu de la banque sur sa philosophie Customer 1st pour poursuivre la mission de fournir une valeur supérieure à nos parties prenantes avait augmenté les dépôts à faible coût des clients, et a stimulé la croissance de ses services bancaires de paiement et de transaction.

« L’exercice 2022 a montré des premiers signes de reprise des économies à travers le monde, malgré les perturbations continues de la chaîne d’approvisionnement causées par la COVID-19. Cependant, les défis géopolitiques, y compris le conflit entre la Russie et l’Ukraine, ont entraîné une inflation des prix des produits de base, en particulier ceux des céréales et du pétrole brut, qui ont porté un coup dur à plusieurs économies. Malgré ces développements, nos chiffres semestriels ont été plus élevés que l’année précédente, avec des résultats supérieurs et inférieurs atteignant de nouveaux records », a déclaré Alawuba.

Selon lui, la rentabilité du Groupe a augmenté de 12,6 % pour atteindre 85,7 milliards de Naira, avec une croissance à deux chiffres enregistrés sur l’ensemble des principales lignes de revenus. La banque a également enregistré une croissance décente de 20 % de ses produits d’intérêts nets, car elle continue de modérer le coût des fonds tout en améliorant le rendement des actifs, contribuant ainsi à la forte croissance de 20 % de ses produits d’exploitation. « Nos investissements dans les technologies de pointe ont continué à produire les résultats escomptés, comme en témoigne l’énorme augmentation de nos revenus bancaires digitaux, qui sont passés de 22,7 % sur un an pour atteindre 36,3 milliards de Naira. Ces gains nous ont permis d’optimiser le bénéfice net malgré l’accélération de la pression inflationniste, la dévaluation des devises et l’augmentation des coûts liés à la réglementation », a-t-il déclaré.

Alawuba a également indiqué qu’il se réjouissait des progrès accomplis par la banque dans l’augmentation de sa part de marché en Afrique. Selon lui, « notre segment de services bancaires aux particuliers a continué de croître au fur et à mesure que nous évoluons sur notre réseau d’agences bancaires, notre marque qui inspire confiance, nos offres de produits concurrentielles et notre prestation de services de qualité qui renforcent notre taux pénétration ».

S’exprimant sur sa récente nomination en tant que Directeur Général du Groupe, ainsi que cinq autres Directeurs Exécutifs, il a assuré le public investisseur de son engagement inlassable dans la croissance de l’entreprise. « Ensemble, avec notre personnel hautement motivé, nous sommes prêts à ouvrir une nouvelle ère de croissance qui apportera une valeur supérieure à toutes les parties prenantes », a-t-il déclaré.

United Bank for Africa Plc est une institution financière panafricaine de premier plan, offrant des services bancaires à plus de vingt-cinq millions de clients, dans plus de 1 000 points de contact client, dans 20 pays africains.

Avec une présence à New York, Londres et Paris et maintenant aux Émirats arabes unis, UBA connecte les gens et les entreprises à travers l’Afrique grâce à ses services de banque de détail, commerciale et d’entreprise, les paiements transfrontaliers innovants et les envois de fonds, le financement du commerce et les autres services bancaires connexes.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Bagrépôle : Accusé de favoritisme par « un groupe de fonctionnaires », le directeur général promet réagir en présence des partenaires sociaux
Banques : Précisions de l’Association Professionnelle des Banques et Établissements Financiers du Burkina sur les sanctions de la BCEAO
Séminaire de formation des administrateurs des sociétés à capitaux publics du Burkina : La 23e session a refermé ses portes
Compétitions des plans d’affaires : Une subvention de plus de 288 millions de francs CFA au profit des lauréats
« Workshop » 2022 de CIM Métal SA : La contribution des prescripteurs de matériaux à l’honneur
Finances : Orabank-Burkina se rapproche de ses clients avec des innovations
Economie burkinabè : L’AIGLE lance le Certificat d’administration de société et dirigeant d’entreprise (CAS)
Inclusion financière au Burkina Faso : Les acteurs de la finance digitale réfléchissent sur l’opérationnalisation de l’accès aux données de services supplémentaires non structurés
Soutenance de mémoires de fin d’études de l’ENAREF : Nadège Patricia Paré établit le lien entre fiscalité, environnement et développement durable
Burkina Faso : La BAD et le gouvernement accordent leurs violons pour plus de résultats au profit des populations
Hydrocarbures au Burkina : Au moins 40% du marché d’approvisionnement doivent revenir aux entreprises locales, selon le chef du gouvernement
Cadre régional de l’inclusion financière des Cascades : Les acteurs accordent leurs violons pour le cadre national
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés