LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina : Le cadre sectoriel de dialogue "Gouvernance économique" dresse son bilan

Publié le jeudi 28 juillet 2022 à 18h14min

PARTAGER :                          
Burkina : Le cadre sectoriel de dialogue

La session des revues bilan 2021 et à mi-parcours du Cadre sectoriel de dialogue « Gouvernance économique », s’est ouverte ce 28 juillet 2022, à Ouagadougou. Le travail de présentation et d’échange portera sur trois importants documents à savoir le rapport de performance 2021 de la politique sectorielle, le plan d’action sectorielle de la transition gouvernance économique 2022-2025 et son rapport de mise en œuvre à mi-parcours au titre de l’année 2022.

Ce cadre permettra aux acteurs du secteur de planification de conduire le dialogue sur la mise en œuvre et le suivi évaluation des actions prioritaires de développement, notamment ceux définis dans le plan d’action de la transition, et de façon spécifique, le secteur de la gouvernance économique.

« Le gouvernement a adopté un plan d’action de la transition qui découle des actions prioritaires définies dans la charte et agenda de la transition. C’est dans ce contexte que le Premier ministre a instruit la tenue des revues annuelles de performance 2021 couplée à celles à mi-parcours 2022 des cadres sectoriels de dialogue. Cette présente session permettra donc d’analyser les performances de l’année 2021 et également d’examiner le rapport à mi-parcours des activités menées en 2022 dans le cadre du plan sectoriel de la transition. Il permettra également de passer en revue les insuffisances des actions menées et d’ajuster les stratégies et les actions à mener pour atteindre les résultats programmés au cours des années 2022 et également 2025 », a expliqué le vice-président, représentant du ministre des finances, président du cadre sectoriel de dialogue, Abdoul Wabou Drabo.

Au titre de l’année 2021 les recettes propres mobilisées ont atteint 2000,25 milliards F CFA à fin décembre 2021 sur des prévisions de 1 867,51 milliards F CFA

Il ressort, entre autres, au titre de l’année 2021 que les recettes propres mobilisées ont atteint 2000,25 milliards de francs CFA à fin décembre 2021 sur des prévisions de 1 867,51 milliards de francs CFA, soit un taux de recouvrement de 107,14%. Des ressources d’un montant de 310,56 milliards de francs CFA ont été également débloquées au profit des collectivités territoriales dans le cadre de la prise en charge des compétences transférées, soit 15,3% du budget de l’Etat.

Il ressort également que la mise en œuvre des projets d’investissement et des projets programmes de développement a permis d’accompagner de nombreux promoteurs et de mettre en place diverses infrastructures socio-économiques au profit des populations dans les 13 régions.

Au titre de la protection sociale et l’inclusion des ménages vulnérables dans le circuit économique, plus dix milliards de francs CFA ont été transférés à des ménages vulnérables. La réalisation de l’étude relative à l’insertion professionnelle des jeunes a permis de ressortir un taux d’insertion professionnelle des jeunes, estimé à 63,30%.

Par ailleurs et toujours au titre de 2021, des actions ont été aussi entreprises pour renforcer la planification et la gestion du développement, l’efficacité de la gestion des finances publiques, l’aménagement du territoire et le développement local.

Pour ce qui est de l’année 2022, au titre de la lutte contre le terrorisme, notamment l’assèchement des sources d’approvisionnement des groupes armés terroristes en ressources de tout genre, 101 000 litres de carburant frauduleux ont été saisis, des dépôts frauduleux de produits pétroliers identifiés et la planification de leur démantèlement est en cours.

« Au regard de l’insécurité, des mesures sont en train d’être prises pour mettre en place un dispositif adapté et permettre la réalisation de ces activités », Aïssata Sané

Aussi, en réponse à la crise humanitaire, des actions visant à accélérer le démarrage effectif du plan de stabilisation de l’axe Ouaga-Kaya-Dori (OKD) et du projet communautaire de relèvement et de stabilisation du Sahel ont été entreprises. Au titre de la refondation de l’Etat et l’amélioration de la gouvernance, des actions sont en cours pour promouvoir la bonne gouvernance économique, le développement local et le secteur industriel.

A entendre la directrice générale des études et des statistiques sectorielles au ministère en charge des finances, Aïssata Sané, beaucoup d’activités n’ont pas pu être réalisées sur le terrain au regard de la crise sécuritaire. Des mesures sont donc en train d’être prises pour mettre en place le dispositif adapté et permettre la réalisation de ces activités.

« A titre d’exemple, pour poursuivre le recouvrement de recettes au niveau des zones à hauts risques sécuritaires, les services ont été délocalisés vers des endroits plus sécurisés et grâce aux télé-procédures qui sont mises en place, ces recouvrements se poursuivent », a-t-elle expliqué.

Hanifa Koussoubé
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le gouvernement veut maîtriser le taux d’inflation