LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Transformation du coton burkinabè : Désormais des T-shirts made in Burkina

Publié le jeudi 19 novembre 2020 à 20h00min

PARTAGER :                          
Transformation du coton burkinabè : Désormais des T-shirts made in Burkina

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a présenté les premiers T-shirts, chaussettes et boxers fabriqués au Burkina Faso avec du coton et du fil burkinabè. C’était ce jeudi 19 novembre 2020 au cours d’un déjeuner de presse.

C’est un pari de gagné pour le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat. Les Burkinabè pourront dans les jours à venir porter des T-shirts, débardeurs, boxers, chaussettes, etc. entièrement made in Burkina Faso, de la matière première au produit fini. Le tissu spécifique pour la production de ces articles est désormais fabriqué au Burkina Faso par la COTEXA implantée à Tanghin-Dassouri, à quelques encablures de la capitale burkinabè. Cette unité de retordage et de tricotage de fil, produit le tissu à partir du fil de divers numéros métriques fourni par la Filature du Sahel (FILSAH), lui-même obtenu à partir de la fibre du coton produit au Burkina Faso.

Harouna Kaboré, ministre en charge de l’Industrie a indiqué que le Burkina Faso compte atteindre 25% de transformation de son coton

La COTEXA, qui a bénéficié d’un accompagnement de l’Etat à travers le code des investissements, a une capacité de production de tricotage de 2 200 000 mètres linéaires de tissus, soit 189 000 mètres par mois. Une capacité qui pourrait être augmentée dans les jours à venir.

A en croire le ministre en charge de l’Industrie, Harouna Kaboré, les tissus seront disponibles sur le marché à la fin du premier trimestre de 2021. « Ils permettent ainsi aux designers, stylistes, teinturiers et divers acteurs de la valorisation du textile de fabriquer des T-shirts, des polos, des sous-corps, des chaussettes et bien d’autres articles », a indiqué le ministre.

Une vue des mannequins et de miss Burkina habillés en T-shirts made in Burkina

De la satisfaction

Les acteurs du secteur de la mode, de la publicité et du sport qui étaient présents au déjeuner ont tenu à exprimer leur satisfaction de voir désormais ce type de tissu fabriqué au Burkina Faso avec du coton produit localement. « On m’a amené l’échantillon pour que je produise la tenue de la miss. J’étais émerveillé. J’ai trouvé que du tricot fait au Burkina Faso, c’est du jamais vu. Je pense qu’on fera de belles choses avec ça, parce que c’est quelque chose qu’on attendait depuis longtemps et de voir ça maintenant, cela prouve qu’on peut tout faire avec ce qu’on produit », a laissé entendre Sébastien Bazémo, styliste burkinabè. Lazare Bansé, président de la Fédération burkinabè de football a lui déjà lancé une commande de T-shirts pour l’Union nationale des supporters des Etalons.

Les participants au déjeuner

Tout en indiquant que la présentation des T-shirts made in Burkina s’inscrit dans la dynamique de la consommation des produits locaux, le ministre de l’industrie a tenu à rassurer l’ensemble des acteurs, que la production du tissu industriel à partir du coton burkinabè, va évoluer à côté du Faso Dan Fani. « Notre objectif est de faire en sorte que les Burkinabè puissent disposer de toutes les gammes possibles de produits finis à base de coton », a-t-il laissé entendre.

A ce jour, seulement 2% du coton burkinabè sont transformé localement. Harouna Kaboré indique que l’objectif du gouvernement est de transformer 25% de la production nationale de coton à l’horizon 2023.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 20 novembre 2020 à 08:44, par kwiliga En réponse à : Transformation du coton burkinabè : Désormais des T-shirts made in Burkina

    Enfin une excellente nouvelle, qui va dans la seule voie de développement possible : la production de produits finis.
    Excellente nouvelle, sauf peut-être pour Koudougou, qui reste suspendu à des promesses non abouties.

  • Le 20 novembre 2020 à 09:08, par KOUDOUGOU Yilké Augustin En réponse à : Transformation du coton burkinabè : Désormais des T-shirts made in Burkina

    Félicitations aux promoteurs de cette initiative et vivement qu’il soit sur la place du marché des tee-shirts et autres sous vêtements made in BURKINA. Doucement et surement, le Burkina avance dans industrialisation. Que l’exemple soit suivi et j’invite mes sœurs et frères à croire et à accepter consommer local.

  • Le 20 novembre 2020 à 09:41, par IPSO En réponse à : Transformation du coton burkinabè : Désormais des T-shirts made in Burkina

    BRAVO !
    Et bien veiller à la qualité des produits.
    C’est également à ce prix que nous allons consommer Burkinabè.
    Bon vent à l’entreprise et à ses dirigeants.

  • Le 20 novembre 2020 à 10:51, par gillouin robert En réponse à : Transformation du coton burkinabè : Désormais des T-shirts made in Burkina

    ces tissus ont ils été effectivement tricotés chez Cotexa ou s’agit il seulement du fil Burkinabé qui a été tricoté à l’extérieur pour essais ?
    Quoiqu’il en soit cette première étape est encourageante si le fil de filsah est bien adapté au tricotage (Open end- cardé- peigné ??)
    affaire à suivre car d’autres initiatives sont bien avancées sur la valorisation du coton bio local ( tissage mécanique- teinture biologique du projet Biotiss Afrika)
    Robert GILLOUIN

  • Le 20 novembre 2020 à 19:33, par Richard En réponse à : Transformation du coton burkinabè : Désormais des T-shirts made in Burkina

    Bravo !

    À quand vos produits burkinabés au Québec (Canada) ?
    Il y aurait certainement ici des gens intéressés à remplacer par vos produits, ceux absolument pas responsables du Bangladesh ou de l’Inde.

    Bonne continuation.

  • Le 26 novembre 2020 à 18:08, par jeunedame seret En réponse à : Transformation du coton burkinabè : Désormais des T-shirts made in Burkina

    BRAVO aux aux initiateurs et associés. Mais il va falloir bien penser aux couleurs à choisir et diversifier. Pas toujours le blanc ; car il y a harmattan. Il y a soleil. Au Faso, si c’est pas poussière c’est chaleur. Donc penser aux couleurs plus sociales et respectueuses et endurantes et convenables. À VOS AISSELLES !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Transports : Un avenir prometteur pour Air Burkina
Made in Burkina : « Image In wax », la décoration autrement