Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus il y a de candidatures pour une élection présidentielle, moins on préservera l’environnement.» Édith Boukeu Journaliste-fact Checker, Cameroun

Transports au Burkina : Des acteurs en formation pour un développement harmonieux du secteur

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • mardi 10 novembre 2020 à 18h14min
Transports au Burkina : Des acteurs en formation pour un développement harmonieux du secteur

Le ministère des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière a procédé ce 10 novembre 2020 au lancement officiel du programme national de formations pour la mise à niveau et la professionnalisation dans les métiers des transports. Les séries de formations dans divers domaines, qui seront assurées par le cabinet Judicome, intéresseront 3000 acteurs du secteur et s’étaleront jusqu’à décembre 2021.

L’initiative de ce programme de formations est parti du constat que le secteur des transports ne dispose pas de référentiels officiels en matière de formation dans les métiers de transport, ni de critères et de mécanisme de certification pour la création d’établissements assurant la formation et la délivrance de diplômes professionnels pour l’industrie du transport routier. A cela s’ajoutent les nombreuses mutations qui rendent quelquefois obsolètes les connaissances pré-acquises des acteurs. Le présent programme de formations vise donc non seulement à moderniser et professionnaliser le secteur des transports mais aussi à disposer d’une ressource humaine compétente.

Boukari Jerôme Zampou, directeur du cabinet Judicome.

Au total, 3000 acteurs devraient bénéficier de ces formations. Il s’agit notamment des gestionnaires des entreprises de transport, des gestionnaires des parcs automobiles, des conducteurs routiers professionnels et des enseignants de la conduite des véhicules terrestres à moteur. « Quatre cycles de formations sont prévus pour se dérouler toute l’année 2020-2021. Chaque cycle de formation comprend entre 6 et 7 modules qui touchent les différents aspects des activités des bénéficiaires », affirme Zampou Boukary Jérôme, directeur du cabinet Judicome qui va assurer les formations.

Le cycle destiné aux enseignants de la conduite vise à les mettre à niveau par rapport aux dispositions des lois qui ont récemment été prises et qui n’avaient pas encore été vulgarisées à leur niveau. A cela s’ajoute la connaissance de l’environnement du transport, les notions de civisme, de secourisme, de transit, etc. Pour les conducteurs professionnels, ce sont approximativement les mêmes modules avec en plus la législation, le transit routier, la maintenance du véhicule. Les gestionnaires d’entreprises et de parcs automobiles eux bénéficieront de modules qui leur permettront d’améliorer leurs résultats grâce à la performance renforcée du personnel.

Aissata Ouédraogo, représentante du ministre des Transports

Représenté par la chargée des études et de la législation de la DGTTM Aissata Ouédraogo, le ministre des Transports a insisté sur l’importance de la modernisation et de la professionnalisation des transports, afin de faire du secteur un levier incontournable de soutien à l’économie nationale. Pour y arriver, le gouvernement a déjà engagé plusieurs réformes et adopté des décrets.

On peut noter le décret du 1er août 2014 qui définit les critères d’accès et d’exercice de la profession de transporteur routier et celui en date du 08 juillet 2016 qui porte sur les conditions d’ouverture et d’exploitation des établissements d’enseignement de la conduite des véhicules. Pour le premier responsable du département des transports, un développement harmonieux du secteur passe nécessairement aussi par des formations et des renforcements de capacités. C’est pourquoi il a invité les bénéficiaires à prendre part aux sessions de formation avec beaucoup d’engouement et d’intérêt. Ces sessions se tiendront dans plusieurs villes du Burkina Faso.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sociétés commerciales : L’Agence burkinabè des investissements instruit les actionnaires minoritaires sur leurs droits
Corruption dans l’administration des douanes au Burkina : Un programme anti-corruption mis en place pour inverser la tendance
Transformation du coton burkinabè : Désormais des T-shirts made in Burkina
Investir au Burkina : La protection des actionnaires minoritaires préoccupe l’Agence burkinabè des investissements
Projets et programmes communautaires : Le Burkina Faso dans le viseur des experts nationaux et de l’UEMOA
Production de miel au Burkina : Les acteurs disposent désormais d’un référentiel technico-économique
Journée africaine de la statistique : Déclaration de Lassané Kaboré, ministre de l’Economie et des Finances
Filières économiques porteuses : La bonne moisson du Réseau des producteurs de beurre de karité
Élections 2020 au Burkina : Une mission conjointe de la CEDEAO et de l’Union africaine salue le dispositif mis en place
20e Concours d’agrégation en médecine : Le Dr Aimé Sosthène Ouédraogo sacré meilleur lauréat
Hauts-Bassins : L’ONG Action contre la faim plaide pour une amélioration des services WASH dans les centres de santé
Kagalo : Le projet qui veut renforcer la participation des femmes dans les sphères de prise de décision
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés