Actualités :: Colonisation de l’Afrique : Le général Tiani et le combat pour les (...)

Dans cette tribune, Jean-Claude Djereke se réjouis que le Niger ait engagé une bataille pour les réparations dues aux Africains par les puissances colonisatrices. Il souhaite que d’autres États lui emboîtent le pas sans tarder.

Le 14 février 2024, le général Abdourahamane Tiani a parlé haut, fort et juste en appelant « la France qui exploite les ressources africaines depuis plus de 107 ans, ce qui a entraîné l’appauvrissement des populations locales, à s’attaquer immédiatement aux dettes résultant de plusieurs décennies de pillage ».

En d’autres termes, le président nigérien exige des réparations pour les injustices subies par les Africains pendant la colonisation qui, de l’avis d’Aimé Césaire, ne fut pas civilisation mais barbarie, exploitation et chosification de l’homme noir (cf. “Discours sur le colonialisme”, Paris, Présence Africaine, 1950).

La réparation est un mot que les anciens pays colonisateurs n’aiment pas entendre. Ils veulent bien demander pardon pour leurs crimes mais ne jugent pas nécessaire de verser des réparations aux descendants des victimes. C’est le cas de l’Allemagne. Le ministre des Affaires étrangères, Heiko Josef Maas, reconnut bel et bien, le 28 mai 2021, que son pays commit un génocide (65 000 Hereros et 10 000 Namas furent massacrés) pendant l’occupation de la Namibie entre 1904 et 1908, mais il ne parla pas de dédommagement. Maas fit savoir que son pays mettra tout au plus en place « un programme de plus de 1,1 milliard d’euros sur une période de 30 ans sous forme de dépenses d’infrastructures, de soins de santé et de programmes de formation au profit des communautés touchées ».

Quand un dédommagement a lieu, ce qui est rare, il ne concerne que des individus. Ainsi, selon l’historienne camerounaise Olivette Otele, la Grande-Bretagne paya des dédommagements pour les Mau Mau du Kenya, massacrés dans les années 1950.

Le 7 avril 2003, Jean-Bertrand Aristide, alors président d’Haïti, avait demandé des réparations financières à l’ancienne puissance colonisatrice française. Ancien prêtre et partisan de la théologie de la libération qui fit florès en Amérique latine dans les années 1970 et 1980, Aristide s’était simplement rappelé que la France avait obligé son pays à rétribuer les anciens esclavagistes pour une liberté que les Haïtiens avaient arrachée de haute lutte sur le champ de bataille. L’argent versé par Haïti à la France est évalué par « The New York Time » qui a consulté des milliers de pages d’archives à des centaines de millions de dollars. Aristide voulait la restitution de cet argent pour développer son pays. Mais la France et les États-Unis préférèrent le chasser du pouvoir et l’exiler en Afrique du Sud en février 2004 parce qu’ils craignaient que sa légitime demande ne pousse d’autres pays des Caraïbes et d’Afrique à imiter son exemple. Yves Gaudeul, qui était ambassadeur de France en Haïti à cette époque, considère effectivement la demande de réparations comme « un explosif qu’il fallait désamorcer ».

Le général Tiani risque-t-il de subir le même sort que Jean Bertrand Aristide ? Rien n’est moins sûr quand on sait que le Burkina Faso, le Mali et la Russie sont décidés à se battre aux côtés du Niger. Aristide n’avait pas d’alliés. Quand on est seul, quand on ne possède pas d’armée aussi puissante que celle de Jacques Dessalines qui terrassa le 18 novembre 1803 à Vertières les troupes envoyées à Saint-Domingue par Napoléon (cf. Jean-Pierre Le Glaunec, “L’Armée indigène : La défaite de Napoléon en Haïti”, Port-au-Prince, Éditions de l’Université d’État d’Haiti, 2014), on ne mène pas ce genre de batailles.

Je me réjouis que le Niger ait engagé la bataille pour les réparations dues aux Africains et je souhaite vivement que d’autres États lui emboîtent le pas sans tarder. S’il était encore parmi nous, Frantz Fanon applaudirait la courageuse prise de parole du général Tiani parce qu’il fut le premier à poser le problème comme on peut le voir dans le passage suivant : « Le colonialisme et l’impérialisme ne sont pas quittes avec nous quand ils ont retiré de nos territoires leurs drapeaux et leurs forces de police. Pendant des siècles, les capitalistes se sont comportés dans le monde sous-développé comme de véritables criminels de guerre. Les déportations, les massacres, le travail forcé, l’esclavagisme ont été les principaux moyens utilisés par le capitalisme pour augmenter ses réserves d’or et de diamants, ses richesses et pour établir sa puissance. Il y a peu de temps, le nazisme a transformé la totalité de l’Europe en véritable colonie. Les gouvernements des différentes nations européennes ont exigé des réparations et demandé la restitution en argent et en nature des richesses qui leur avaient été volées […]. Pareillement nous disons que les États impérialistes commettraient une grave erreur et une justice inqualifiable s’ils se contentaient de retirer de notre sol les cohortes militaires, les services administratifs et d’intendance dont c’était la fonction de découvrir des richesses, de les extraire et de les expédier vers les métropoles. La réparation morale de l’indépendance nationale ne nous aveugle pas, ne nous nourrit pas. La richesse des pays impérialistes est aussi notre richesse ». (cf. “Les Damnés de la Terre, Paris, Maspero, 1961).

Alors que l’holocauste juif (6 millions de Juifs exterminés pendant la Seconde Guerre mondiale) est commémoré chaque année et que les Juifs continuent d’être dédommagés, les Africains, eux, sont gentiment invités à oublier et à tourner une page de 5 siècles d’esclavage et de colonisation qui coûtèrent au continent des millions de morts. Ce deux poids, deux mesures n’est pas acceptable parce qu’il laisse penser que la vie du Noir a moins de valeur que celle du Blanc.

Reconnaître les crimes perpétrés contre l’Afrique pendant l’esclavage et la colonisation, demander pardon pour le saccage de nos cultures et le pillage à outrance de nos matières premières, tout cela est bien mais pas suffisant pour que les Occidentaux aient des relations moins tendues avec l’Afrique. Les anciens colonisateurs devront faire plus que cela car ils sont en grande partie responsables de la fameuse pauvreté dont ils aiment nous affubler. Non seulement ils ont l’obligation de réparer les torts causés aux Africains mais ils doivent surtout comprendre que l’Afrique a été plutôt appauvrie par eux avec la complicité des présidents pantins et médiocres qu’ils ont installés au sommet de nos pays.

Jean-Claude DJEREKE

Burkina/Lutte contre le terrorisme : L’analyste (...)
Lettre ouverte au ministre de l’Énergie, des Mines et de (...)
Sénégal : Le président Bassirou Diomaye Faye quittera-t-il (...)
Cuba : L’Association des anciens étudiants du Burkina (...)
Sahel : "La présence américaine dans la région joue un (...)
Burkina/Transport : La SOTRACO a besoin de recentrer (...)
Burkina Faso : La politique sans les mots de la (...)
Burkina/Crise énergétique : « Il est illusoire de penser (...)
Le Dioula : Langue et ethnie ?
Baisse drastique des coûts dans la santé : Comment (...)
Sénégal / Diomaye Faye président ! : La nouvelle (...)
Burkina : De la maîtrise des dépenses énergétiques des (...)
Procès des atrocités de l’Occident envers l’Afrique (...)
Afrique : Des pouvoirs politiques traditionnels et de (...)
La langue maternelle : Un concept difficile à définir (...)
Technologies : L’Afrique doit-elle rester éternellement (...)
L’Afrique atteint de nouveaux sommets : L’impact de (...)
Burkina Faso : Combien y a-t-il de langues ?
Au Cœur de la prospérité : « Une Ode au Développement et à (...)
Retour sur la tribune d’Issaka Sourwèma Naaba Boalga sur (...)
Institution d’une Journée des Coutumes et traditions (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5397



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés