Actualités :: Bénédiction des couples homosexuels : La position intenable du symposium des (...)

Ce commentaire est de Dr Jules Yoda, chercheur au Centre national de la recherche scientifique et technologique du Burkina Faso (CNRST). Il porte sur la réaction du symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) au sujet de la bénédiction des couples homosexuels. Le commentaire, bien sourcé est basé sur les enseignements communs et infaillibles des papes (le magistère ordinaire et universel) et sur la Bible qui est l’une des deux sources de la révélation divine. Dr Yoda espère aider les théologiens et les canonistes des Églises locales d’Afrique et de Madagascar à se pencher sur les questions sérieuses posées et à anticiper la lecture des probables événements qui viennent dans l’église catholique.

La position intenable du symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) sur la bénédiction des couples homosexuels

Le 18 décembre 2023, le dicastère pour la doctrine de la foi a rendu public un document sur la signification pastorale des bénédictions intitulé Fiducia supplicans. Le document est signé par le préfet du dit dicastère et contresigné par le « pape ». Dans les parties les plus choquantes du contenu de ce document, on a entre autres, la bénédiction des couples en situation irrégulière et la bénédiction des couples homosexuels. Suite à cette publication, les Églises d’Afrique à travers le Symposium des Conférences Épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM), ont réagi unanimement, en réaffirmant leur communion avec le « pape » et en répondant par non possumus quant à la bénédiction des couples homosexuels. Cependant, cette réaction nous paraît ambigüe, ambivalente et certainement hérétique. Nous venons par cette note, éclairer quiconque voudrait sauver son âme, sur la position non catholique du SCEAM.

Ga 1, 8 : « Mais si nous-même ou un ange venu du ciel vous évangélisait autrement que nous vous avons évangélisés, qu’il soit anathème. » [1]
L’Église catholique dispose d’un Magistère ordinaire et universel à jamais indéfectible, qui permet dans ce genre de circonstances, de donner une position nette, carrée, claire, et compréhensible pour les petits et les grands. Dans ces périodes troubles, ce même Magistère nous donne le droit entant que laïque, d’exposer simplement la vérité, en nous appuyant sur la sainte doctrine, afin que les intelligences loyales soient édifiées.

Pape Léon XIII : « […] Dans ce déluge universel d’opinions, c’est la mission de l’Eglise de protéger la vérité et d’arracher l’erreur des âmes, et cette mission, elle la doit remplir saintement et toujours, car à sa garde ont été confiés l’honneur de Dieu et le salut des hommes. Mais, quand les circonstances en font une nécessité, ce ne sont pas seulement les prélats qui doivent veiller à l’intégrité de la foi, mais, comme le dit saint Thomas : « Chacun est tenu de manifester publiquement sa foi, soit pour instruire et encourager les autres fidèles, soit pour repousser les attaques des adversaires ».

Reculer devant l’ennemi et garder le silence, lorsque de toutes parts s’élèvent de telles clameurs contre la vérité, c’est le fait d’un homme sans caractère, ou qui doute de la vérité de sa croyance. Dans les deux cas, une telle conduite est honteuse et elle fait injure à Dieu ; elle est incompatible avec le salut de chacun et avec le salut de tous ; elle n’est avantageuse qu’aux seuls ennemis de la foi ; car rien n’enhardit autant l’audace des méchants que la faiblesse des bons. » [2]

Notre note va s’articuler autour de 4 points : la papauté, la notion d’hérésie, la réponse du SCEAM et la conclusion.

1- Le pape, successeur de Saint Pierre

La papauté est une fonction divinement instituée par Jésus-Christ sur Saint Pierre comme tête et l’Église chrétienne [3-4]. Les évêques de Rome sont les successeurs de saint Pierre. Ils tiennent la même primauté dans l’Église chrétienne que celle que tenait Pierre dans l’Église apostolique. Le pape est le Gardien du Dépôt de la foi (l’ensemble des dogmes qui sont des révélations divines). Le pape est faillible entant que docteur privé, mais infaillible quand il enseigne l’Église universelle en matière de foi et de morale [5-7]. Selon l’enseignement du Magistère authentique de l’Église, aucun vrai pape ne peut signer un document officiel sujet à l’erreur. Tout document signé par le pape et destiné à l’Église entière devrait être infaillible en matière et foi et de morale.

Selon le président du SCEAM, le document Fiducia supplicans, dans sa forme, engage l’infaillibilité du « pape » : Il est signé par celui-ci et destiné à l’Eglise universelle. L’enseignement de ce document ne devait donc comporter aucune erreur en matière de foi et de morale. « Cardinal » Fridolin Ambongo Besungun, présidant du SCEAM : « Fiducia supplicans est un document qui a été signé par sa sainteté le pape François et signé par le préfet du dicastère pour la doctrine de la foi, c’est un document qui s’impose à toute l’Eglise. » [8]

Comment se fait-il que l’enseignement contenu dans ce document soit criblé d’erreurs, sur des points basiques de la foi, puisqu’il devait être élaboré avec l’assistance du Saint-Esprit, selon le dogme de l’infaillibilité ? Dans de telles circonstances, deux hypothèses se dégagent : Soit le Saint-Esprit s’est trompé, soit François n’était pas pape au moment de la signature du document en question. Le Magistère de l’Église entant qu’autorité enseignante ne donne pas une troisième alternative.

De l’analyse de ces deux hypothèses, il ressort clairement et aisément le fait que François soit bel et bien un antipape. L’histoire bimillénaire de l’Église connaît une quarantaine d’antipapes. Un antipape est un évêque qui prétend être le pape, mais qui n’a pas été élu canoniquement comme évêque de Rome. L’élection d’un hérétique, d’un sectaire, d’un simoniaque, d’une femme travestie, … etc. sont entre autres, les causes d’une élection non canonique. [9-10]

The catholic Encyclopedia : « Bien entendu, l’élection d’un hérétique, d’un schismatique, ou d’une femme serait nulle et vaine. » [9]

Au XVIe siècle, à l’époque ou le pape Paul IV publiait la célèbre Bulle Cum ex Apostolatus Officio, il y avait des rumeurs que l’un des cardinaux de la curie romaine était un sectaire. Pour parer à d’éventuelle élection d’un tel hérétique à la papauté, le pape Paul IV déclara solennellement qu’un hérétique ne peut pas être validement élu pape. Nous exposons ci-dessous quelques parties substantielles de cette Bulle.

Pape Paul IV : « 1-… D’ailleurs, plus le danger est grand, plus la vigilance doit être entière et attentive, pour que les faux prophètes, ou même d’autres hommes, revêtus d’une juridiction séculière, ne puissent prendre lamentablement dans leurs filets les âmes simples et entrainer avec eux à la perdition et à la ruine de la damnation les peuples innombrables confiés à leur soin et à leur direction, au spirituel comme au temporel ; aussi pour que nous ne soyons jamais témoin de l’abomination de la désolation dans le lieu saint , annoncée par le prophète Daniel, alors que Nous désirons de tout Notre pouvoir avec l’aide de Dieu, selon Notre charge pastorale, capturer les renards qui s’ingénient à saccager la vigne du Seigneur et écarter les loups des bergeries, afin de ne pas ressembler à des chiens muets incapables d’aboyer, ni nous perdre avec les mauvais agriculteurs, ni être comparé à un mercenaire….

6-De plus, [en vertu de cette constitution Nôtre, valide à perpétuité, Nous décidons, statuons, décrétons et définissions : -] si jamais il advient qu’un évêque, même ayant fonction d’archevêque, de patriarche ou de primat ; qu’un cardinal de l’Eglise Romaine, même légat ; qu’un souverain pontife même, avant leur promotion ou leur élévation au cardinalat ou au souverain pontificat, ont dévié de la foi catholique ou bien sont tombés dans quelque hérésies,

i. la promotion, ou l’élévation, même si cette dernière a eu lieu avec l’assentiment unanime de tous les cardinaux, est nulle, invalide, vaine,

ii. et on ne pourra pas dire qu’elle est devenue valide ou qu’elle deviendrait valide parce que l’intéressé accepte la charge, reçoit la consécration, ou entre ensuite en possession du gouvernement et de l’administration ou par l’intronisation du pontife romain ou par l’acte d’agenouillement fait devant lui, ou par l’acte d’obédience à lui rendu par tous, et ce quelle que soit la durée de cette situation.

iii. On ne pourra tenir l’élection pour légitime en aucune de ses parties…

iv. Ces personnes ainsi promues ou élevées seront, par le fait même, sans qu’il faille quelque autre déclaration ultérieure, privées de toute dignité, position, honneur, titre, autorité, fonction et pouvoir à la fois…

10- En conséquence, il ne sera permis à aucune personne d’enfreindre ce texte de Notre approbation, innovation, sanction, statut, dérogation, volonté et décret avec une téméraire audace, si quelqu’un avait la présomption de le tenter, qu’il sache que cela lui fera encourir l’indignation de Dieu Tout-Puissant et des bienheureux apôtres Pierre et Paul » [10]

Eh bien ! Après la publication de Fiducia supplicans, qui pourra nier que le loup soit dans la bergerie ? Qui pourra nier que les renards soient dans la vigne ? Ainsi les prophéties bibliques sont à l’œuvre.
2 Th 2, 3-12 : « Auparavant doit venir l’apostasie et se révéler l’homme impie, l’être perdu, l’adversaire, ce lui qui s’élève au - dessus de tout ce qui porte le nom de Dieu ou reçoit un culte, allant jusqu’à s’asseoir en personne dans le sanctuaire de Dieu, … » [11]

Mt 24, 15 : « Lors donc que vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, installée dans le saint lieu … » [12]

Mt 24, 24 : « … la tromperie sera si profonde que même les élus seront trompés s’il était possible. » [13]

Chers lecteurs, vous devez vous poser les questions suivantes : Pourquoi les Églises locales d’Afrique n’ont pas été consultées avant la publication de Fiducia supplicans ? Si les têtes mitrées du SCEAM- le président étant conseiller de l’antipape François - ont été consultées, pourquoi les fidèles n’ont pas été informés comme il se doit ? Manque-t-il des anthropologues au Vatican pour savoir que la bénédiction des couples homosexuels ne pouvait pas être acceptée en Afrique ?

2- L’hérésie, selon l’enseignement magistériel de l’Église.

Un hérétique est une personne baptisée qui rejette un dogme de l’Église catholique. Les hérétiques sont automatiquement excommuniés de l’Eglise (ipso facto) sans aucune déclaration, pour avoir rejeter un enseignement autoritaire de la foi. Donc l’hérétique n’est pas catholique puisqu’il est séparé du corps du christ.

Pape Pie XII : « Car toute faute, même un péché grave n’a pas de soi pour résultat- comme le schisme, l’hérésie ou l’apostasie - de séparer l’homme du corps de l’Église » [14]

Pape Léon XIII : « … peut- il être permis à qui que ce soit de repousser quelqu’une de ces vérités, sans se précipiter ouvertement dans l’hérésie, sans se séparer de l’Église et sans répudier en bloc toute la doctrine chrétienne ? Car telle est la nature de la foi que rien n’est plus impossible que de croire ceci et de rejeter cela … Au contraire, celui qui, même sur un seul point, refuse son assentiment aux vérités divinement révélées, très réellement abdique toute la foi, puisqu’il refuse de se soumettre à Dieu en tant qu’il est la souveraine vérité et le motif propre de foi. » [15]
Pape saint Pie X : « c’est un fait certain, bien établi, qu’aucun autre crime n’offense si sérieusement Dieu et ne provoque sa plus grande colère que le vice de l’hérésie. » [16]

François a enseigné, insisté et persisté sur le fait qu’on doit bénir les couples homosexuels, avant et après le 18 décembre 2023, jour de la publication de Fiducia supplicans. De ce fait, il remplit nettement et clairement les conditions pour être un hérétique public. C’est maintenant certain et sans aucun doute possible que François est un hérétique public donc un non catholique. Puisqu’un non catholique ne peut devenir le chef de l’Eglise catholique raison de plus pour comprendre pourquoi François est un antipape.

Saint Robert Bellarmin : « Enfin, les saints pères enseignent à l’unanimité que non seulement les hérétiques sont en dehors de l’Église, mais qu’ils sont aussi privés « ipso facto » de toute dignité et juridiction ecclésiastique. » [17]
3- La réaction du symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar

A travers le Magistère ordinaire et universel, on comprend pourquoi l’homme appelé François usurpe le titre de pape, n’étant pas catholique mais hérétique. Les différentes structures du SCEAM devraient unanimement et simplement constater l’hérésie de l’antipape François et le traité comme tel. Au lieu de cela, elles ont préféré tomber dans l’hérésie en réaffirmant leur communion avec celui-ci. Comment être en communion avec un hérétique avéré sans épouser ses idées ? Selon l’enseignement constant du Magistère, le SCEAM devait déclarer la vacance de la Chaire de Pierre quel que soit l’issu et la durée que cela pourrait impliquer ; parce que l’enjeu n’est pas seulement le choc culturel et la tranquillité des fidèles, mais aussi et surtout l’honneur du Créateur et de son Royaume Spirituel.

Pour le SCEAM, François est pape, sont faux enseignement démoniaque sur l’homosexualité et sur le dogme du mariage vient du Saint-Esprit. Il n’y pas d’autres manière de comprendre : Soit François est pape et dans ce cas, il est assisté par le Saint-Esprit lorsqu’il enseignement l’Église universelle, soit François est antipape et dans ce cas, il ne jouit pas de l’assistance du Saint-Esprit lorsqu’il enseigne entant que docteur universel. Pas d’autres alternatives possibles ! L’acte de foi de l’Église catholique, récité chaque jour, le résume clairement : « Mon Dieu, je crois fermement à tout ce que la sainte Église catholique enseigne et ordonne de croire, parce que c’est vous qui le lui avez révélé, et que vous ne pouvez ni vous tromper ni nous tromper. »

Ainsi depuis le 11 Janvier 2024, à travers la synthèse et les déclarations solennelles du président de l’organisation, à sa sortie d’audience avec l’antipape François, on retient que toutes les têtes mitrées de l’Afrique baignent officiellement dans l’hérésie, en péchant gravement contre le Saint-Esprit.

Pape Leon XIII : « Telle a été toujours la coutume de l’Église, appuyée par le jugement unanime des Pères, lesquels ont toujours regardé comme exclu de la communion catholique et hors de l’Eglise quiconque se sépare le moins du monde de la doctrine enseignée par le Magistère authentique » [18].
Pape Leon XIII : « Nul ne peut donc avoir part à l’autorité s’il n’est uni à Pierre, car il serait absurde de prétendre qu’un homme exclu de l’Église à l’autorité dans l’Église [18].

Les motivations du non possumus du SCEAM, par rapport à l’enseignement de Fiducia supplicans sur la bénédiction des couples homosexuels, sont aussi scandaleuses que la réaffirmation de la communion avec l’antipape François. Puisqu’il n’y a pas de Dieu africain ou de Dieu européen, il y a qu’un unique Dieu omniprésent ; de même, il ne devrait pas avoir de péché européen ou de péché africain : Quel que soit là où on se positionne sur n’importe quel point de la planète, l’homosexualité reste un péché contre-nature et une grande offense à Dieu. Le choc de la culture africaine et la tranquillité des fidèles devraient-ils passés avant l’honneur de Dieu ? Qui est le premier garant de la tranquillité de l’ordre ?

La bénédiction des couples homosexuels n’est pas une question pastorale ni disciplinaire. La pastorale étant la science de la direction des âmes, elle accompagne le traitement des aspects spéculatifs des vérités révélées. La pastorale et même la discipline de l’Église ne sauraient s’accommoder à des enseignements hérétiques ; Dieu n’a jamais commandé à ses brebis de suivre un loup. Ainsi, le non possumus et le sédévacantisme devraient être de mise et inséparables dans cette situation. L’Église étant un corps, quelle longévité aurait un membre si la tête est pourrie ? Quelle serait la viabilité et la catholicité des Églises locales d’Afrique et de Madagascar si le pseudo chef de l’Église universelle n’est pas catholique ?

C’est là qu’on perçoit l’ambiguë et l’ambivalence de la position hérétique du SCEAM. Ils rejettent la bénédiction de couples homosexuels et ils acceptent que celui qui promeut cet enseignement avec force, insistance et persistance, soit leur père spirituel. Alors, si dans un avenir très proche, il sort avec un autre document indigeste, sur la bénédiction d’un pseudo couple homme-animal que faire ? Réaffirmer la communion avec ce dernier, et rejeter ou négocier le rejet de l’application pour l’Afrique ? Où est la charité dans cette décision ?

Saint François de Sales : « La charité oblige à crier au loup, quand un loup s’est glissé au milieu du troupeau et même en quelque lieu qu’on le rencontre. » [19]
Quel que soit le pâturage, il serait contre-nature à la limite du mercenariat et du brigandage, de prétendre que ce loup déguisé en pasteur, puisse l’être et le rester, pourvu que les brebis évitent les herbes empoisonnées.

Jn 10, 12 « Mais le mercenaire, et celui qui n’est point pasteur, dont les brebis ne sont pas le bien propre, voyant le loup venir, laisse là les brebis et s’enfuit ; et le loup ravit et disperse les brebis. » [20]

4- La Conclusion

L’Église acquise par le fils unique de Dieu, Jésus Christ, au prix de son sang est Une, Sainte, Catholique et Apostolique ; colonne et soutien de la vérité. Par la publication de Fiducia supplicans, ce document macabre et infernal, qui rappelle la punition historique de Sodome et Gomorrhe, l’antipape François s’attaque à la sainteté et à l’apostolicité de l’Église.

Le symposium des conférences épiscopale d’Afrique et de Madagascar par sa position intenable s’attaque à l’unicité et à la catholicité de l’Église. L’organisation africaine et malgache pensait trouver une concession en optant pour le moins mal. Mais la doctrine du moindre mal est condamnée par l’Église en ce sens qu’il n’y a pas de choix catholique entre un petit péché et un grand péché, comme il n’y a pas de différence entre un voleur de mouton et un voleur de bœuf devant Dieu.

Nous avons démontré à suffisance, en nous appuyant sur l’enseignement constant, universel et à jamais indéfectible de l’Église, la position non catholique, théologiquement intenable du SCEAM. Il est clair que François est un antipape non catholique. Le SCEAM en réaffirmant officiellement s’être uni à une tête qui n’est pas catholique, il devient ipso facto membre d’un nouveau corps non catholique. In fine, si rien n’est fait, il faut craindre qu’aucune structure de cette organisation ne puisse se prétendre catholique [11 ; 21-22].

Ga 1, 9 : « Comme nous l’avons déjà dit, ainsi je le répète : Si quelqu’un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème. » [23]

Lorsque le loup rentre dans la bergerie, le premier devoir des brebis c’est de résister [24-25]. Nous pensons que cette note correspond à un bon angle de vision, et pourra aider beaucoup à percevoir et à comprendre ce qui est réellement arrivé à l’Église catholique.

Dr Jules YODA
Chercheur au CNRST

5-Références Bibliographiques

1- Galates 1, 8 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).
2- Léon XIII lettre encyclique : des principaux devoirs civiques des chrétiens, donnée à Rome, près Saint-Pierre, le 10 janvier 1890.
3- Mathieu 16, 18-20 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).
4- Jean 21, 15-17 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).
5- Pape saint Gélase 1, lettre décrétale sur les livres à recevoir, année 495.

6- Luc 22, 32 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).
7- Concile Vatican 1, 1870 ; ex cathedra ; session 3, chapitre 4.
8- Interview du cardinal Fridolin AMBONGO, à sa sortir d’audience, après la remise du document qui fait la synthèse de toutes les réactions des conférences épiscopales africaines. 11 janvier 2024.

9- The catholic Encyclopedia, papal Elections, 1914.
10- Pape Paul IV, Bulle Cum ex Appostolatus Officio ; 15 février 1559.
11- 2 Thessaloniciens 2, 3-12 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).

12- Mathieu 24,15 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).
13- Mathieu 24, 24 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).
14- Pape Pie XII, mystici corporis christi ; 29 juin 1943.
15- Pape Léon XIII, satis cognitum ; 29 juin 1896.
16- Pape saint Pie X, editae saepe ; 26 mai 1910.
17- Saint Robert Bellarmin, cardinal et docteur de l’Eglise, de romano pontifice, livre II, chapitre 30.

18- Pape Léon XIII, satis cognitum ; 29 juin 1896.

19- Saint François de Sales, Introduction à la vie dévote 1609, présentation par André Ravier.

20- Jean 10, 12 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).
21- Mathieu 24, 15-24 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).
22- Luc 18, 8 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).
23- Galates 1, 9 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).

24- Apocalypse 18, 1-4 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).
25- Apocalypse 18, 23 (Sainte Bible selon la Vulgate, nouvelle édition 1902-2002).

Burkina/Lutte contre le terrorisme : L’analyste (...)
Lettre ouverte au ministre de l’Énergie, des Mines et de (...)
Sénégal : Le président Bassirou Diomaye Faye quittera-t-il (...)
Cuba : L’Association des anciens étudiants du Burkina (...)
Sahel : "La présence américaine dans la région joue un (...)
Burkina/Transport : La SOTRACO a besoin de recentrer (...)
Burkina Faso : La politique sans les mots de la (...)
Burkina/Crise énergétique : « Il est illusoire de penser (...)
Le Dioula : Langue et ethnie ?
Baisse drastique des coûts dans la santé : Comment (...)
Sénégal / Diomaye Faye président ! : La nouvelle (...)
Burkina : De la maîtrise des dépenses énergétiques des (...)
Procès des atrocités de l’Occident envers l’Afrique (...)
Afrique : Des pouvoirs politiques traditionnels et de (...)
La langue maternelle : Un concept difficile à définir (...)
Technologies : L’Afrique doit-elle rester éternellement (...)
L’Afrique atteint de nouveaux sommets : L’impact de (...)
Burkina Faso : Combien y a-t-il de langues ?
Au Cœur de la prospérité : « Une Ode au Développement et à (...)
Retour sur la tribune d’Issaka Sourwèma Naaba Boalga sur (...)
Institution d’une Journée des Coutumes et traditions (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5397



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés