Actualités :: Burkina : Le conseil communal de la jeunesse de Gbomblora interpelle des (...)

Dans cette lettre ouverte datant du 15 janvier 2024, Kermouté Kambou, président du Conseil communal des jeunes de Gbomblora (département et une commune rurale de la province du Poni, situé dans la région du Sud-Ouest) alerte le ministre de l’énergie, des mines et des carrières, Yacouba Zabré Gouba sur la situation qui prévaut dans la localité. La société minière dénommée LSM Gold Corporation est accusée d’avoir exploité l’or dans le fleuve Poni qui sert de l’eau de boisson pour la population. En plus de cela , tous les arbres le long du fleuve ont été détruits. Kermouté Kambou a également formulé des doléances.

Lefaso.net

Lettres ouvertes aux :

- Ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières ;
- Ministre de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement

Messieurs les ministres,
Depuis le mois de juillet 2023, une société minière dénommée LSM Gold Corporation est installée dans la commune rurale de Gbomblora Province du PONI plus précisément dans le village de Ouadaradouo et environnant. Cette société exploite l’or dans le fleuve PONI qui sert de l’eau de boisson pour la population. En plus de la pollution du Fleuve PONI, tous les arbres le long du fleuve ont été détruits. Face à cette situation, la population organisée autour du Conseil Villageois de développement (CVD) a cherché à comprendre davantage sur les raisons de l’installation de cette société dans leur village sans qu’elle ne soit informée.

Malheureusement la population n’a pas été écoutée par les exploitants. C’est ainsi que la population a saisi le bureau du Conseil communal de la jeunesse de Gbomblora afin qu’il expose le problème au Président de la délégation spéciale de la commune. Toutes les démarches du Conseil communal des jeunes auprès de la délégation spéciale pour avoir des informations sur ladite société sont restées sans suite.

Face au mutisme des autorités communales et au regard des conséquences liées à cette exploitation dans le fleuve PONI, le Conseil communal de la Jeunesse a publié une déclaration dans la presse le 27 décembre 2023 afin de prendre l’opinion nationale et internationale à témoin. ( confère la déclaration en pièce jointe).
Après la publication de la déclaration dans la presse, le préfet du département de Gbomblora par ailleurs Président de la délégation spéciale de la commune, informe le conseil communal de la jeunesse de Gbomblora que le Haut-Commissaire de la Province du PONI souhaite échanger avec le bureau des jeunes. La rencontre a eu lieu le 29 décembre 2023. A cette rencontre le Haut-commissaire à briller par son absence et s’est fait représenter par le Secrétaire Général (SG) de la province du PONI. Au cours de la réunion, rien de concret n’a été proposé pour répondre aux préoccupations de la population contenues dans la déclaration.

Le 31 décembre 2023, le Haut-Commissaire de la Province du PONI a effectué un déplacement dans le village de Ouadaradouo et environnant pour constater de vi su la destruction de l’environnement, la pollution du fleuve PONI par cette société minière. Sur le site d’exploitation, le Haut-commissaire a déploré les activités de la société LSM Gold corporation dont les exploitants sont des chinois. Il a affirmé qu’au regard de ce qu’il a vu, l’on peut dire que le fleuve PONI n’existe plus. Sur place, il a rassuré la population que dès son retour à Gaoua il prendra une note pour mettre fin aux activités de la société.

Après la visite du Haut-commissaire de la province du PONI, la population est toujours restée sur sa soif, car aucune note officielle n’a été prise pour arrêter les travaux. Quelques jours plus tard, le Haut-Commissaire de la province du PONI par l’intermédiaire du Président de la délégation spéciale de la commune de Gbomblora invite le conseil communal de la jeunesse de Gbomblora a une rencontre le 04 janvier 2024 sans préciser clairement l’ordre du jour.

La rencontre qui a lieu dans la salle de réunion de la commune de Gbomblora a été présidée par le Haut-Commissaire de la Province du PONI. C’est à cette rencontre que la population découvre pour la première fois une personne qui s’est présentée comme étant le responsable de la société minière en question. Dès le début de la rencontre, le responsable de la société minière à affirmé haut et fort devant le Haut-Commissaire, des responsables du service de l’environnement, de la police de l’eau, des autorités coutumières que sa société ne dispose d’aucun permis d’exploitation qui l’autorise à faire l’exploitation de l’or dans le fleuve PONI. Il a même présenté ses excuses à la population.

A cette rencontre, le représentant du service de l’environnement de la commune de Gbomblora a laissé entendre que son service a effectué un déplacement sur le site d’exploitation afin de constater les faits le 24 juin 2023 et 27 novembre 2023 mais se réserve de dévoiler le contenu de leur rapport. Le responsable de la police de l’eau quant à lui a indiqué que son service a effectué une mission sur le site d’exploitation le 26 décembre 2023. Il a déploré avec fermeté le fait que la société ne dispose d’aucun permis d’exploitation et que l’exploitation se fait dans le fleuve PONI.

Malgré tout, la réunion s’est poursuivie sans une prise de décision pour soulager la souffrance des populations victimes de cette exploitation anarchique et illégale.
Le 09 janvier 2024, une équipe de la Brigade Nationale de lutte Antifraude de l’or (BNAF) a effectué une visite sur le site d’exploitation pour constater les dégâts liés à cette exploitation anarchique et illégale. Sur place, ils ont indiqué que c’est une pratique inadmissible. L’équipe de la BNAF a une fois de plus rassuré la population qu’a son retour à Ouagadougou et ce, au cours de la même semaine, les sanctions vont tomber et les responsables de la société vont s’exécuter.

Le 12 janvier 2024, le Directeur Général de la BNAF contacte le Président du Conseil Communal de la jeunesse au téléphone pour lui dire d’autoriser les responsables de la société minière à accéder au site d’exploitation afin de commencer à restaurer le fleuve. Le Président du Conseil communal a souhaité que le DG de la BNAF fasse une note écrite dans ce sens pour soutenir ses propos.

En guise de réponse le DG de la BNAF a affirmé que cela ne relève pas de ses attributions et le Président du Conseil Communal a fait comprendre au DG qu’au regard de l’ampleur de la situation sans une note officielle il sera difficile d’autoriser l’accès au site à cette société.
Le 13 janvier 2024, contre toute attente les exploitants de la société composés de chinois forcent pour accéder au site d’exploitation. Une mobilisation spontanée de la population a permis de les mettre en déroute.

Messieurs les Ministres de :
- l’Energie, des Mines et des Carrières,
- l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement,
Cela fait 07 mois que ce problème persiste et les tentatives des populations pour trouver une solution auprès des autorités communales, provinciales et bien d’autres sont restés sans suite avec explications que la décision doit venir d’en haut. En vos qualités de premiers responsables des ministères concernés, nous vous invitons à écouter la souffrance et le cri de cœur d’une population rurale qui ne sait plus vers qui se tourner à part vous.

Messieurs les ministres,
Au regard de l’évolution du problème le Conseil communal de la jeunesse de Gbomblora au nom de la population de Ouadaradouo et environnant recommande :

1. La restauration immédiate du fleuve PONI ;
2. Le reboisement tout le long du fleuve ;
3. La réalisation de forages au profit de la population ;
4. Le départ définitif de la société dans le village de Ouadaradouo et environnant ;
5. L’Interdiction de toutes les activités minières dans le fleuve PONI et ses berges.

Tout en vous souhaitant bonne réception, veuillez agréer Messieurs les ministres, l’expression de nos plus hautes considérations.

Fait à Gbomblora le 15 janvier 2024.

Kambou Kermouté, Président du Conseil Communal des jeunes
Contact : 07 32 97 08

Burkina/Lutte contre le terrorisme : L’analyste (...)
Lettre ouverte au ministre de l’Énergie, des Mines et de (...)
Sénégal : Le président Bassirou Diomaye Faye quittera-t-il (...)
Cuba : L’Association des anciens étudiants du Burkina (...)
Sahel : "La présence américaine dans la région joue un (...)
Burkina/Transport : La SOTRACO a besoin de recentrer (...)
Burkina Faso : La politique sans les mots de la (...)
Burkina/Crise énergétique : « Il est illusoire de penser (...)
Le Dioula : Langue et ethnie ?
Baisse drastique des coûts dans la santé : Comment (...)
Sénégal / Diomaye Faye président ! : La nouvelle (...)
Burkina : De la maîtrise des dépenses énergétiques des (...)
Procès des atrocités de l’Occident envers l’Afrique (...)
Afrique : Des pouvoirs politiques traditionnels et de (...)
La langue maternelle : Un concept difficile à définir (...)
Technologies : L’Afrique doit-elle rester éternellement (...)
L’Afrique atteint de nouveaux sommets : L’impact de (...)
Burkina Faso : Combien y a-t-il de langues ?
Au Cœur de la prospérité : « Une Ode au Développement et à (...)
Retour sur la tribune d’Issaka Sourwèma Naaba Boalga sur (...)
Institution d’une Journée des Coutumes et traditions (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5397



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés