Actualités :: Débat sur les intellectuels : « Montrez-moi un pays qui s’est développé dans (...)

Même si un diplômé n’est pas forcément plus intelligent, il y a toujours nécessairement un mérite à faire des études et à obtenir un diplôme. C’est ce que pense Rachidi Tapsoba, juriste-conseil, écrivain-poète. Dans les lignes qui suivent, il explique pourquoi ce mérite doit être reconnu.

MA CONTRIBUTION AU DÉBAT SUR LES INTELLECTUELS ET LES DIPLÔMÉS :
Ces derniers jours au Burkina Faso, il y a comme une sorte de diabolisation de ceux qu’on appelle les intellectuels. À entendre certaines personnes s’exprimer on a l’impression que c’est un pêché d’avoir fait de longues études. Les diplômés et les gens qui ont fait de longues études ou les personnes qui s’intéressent au travail intellectuel sont accusés d’être à l’origine de tous les maux que notre pays traverse ces derniers temps. Il faut toujours relativiser et faire la part des choses.

Je suis de ceux qui pensent que l’intelligence n’a rien à voir avec le niveau d’instruction. On peut être plus diplômé ou plus instruit sans être nécessairement plus intelligent que les autres. D’ailleurs, les psychologues ont démontré qu’il existe plusieurs formes d’intelligence. Cependant, il faut savoir que même si un diplômé n’est pas forcément plus intelligent, il y a toujours nécessairement un mérite à faire des études et à obtenir un diplôme. Ce mérite doit être reconnu.

En dehors des cas de fraudes (tricherie) ou de corruption, pour obtenir un diplôme, il faut du courage, de la patience, de l’abnégation, de l’endurance, de l’humilité, de la persévérance. Ce sont des vertus qu’il faut cultiver si l’on veut mériter son diplôme et en être fier.

Tout comme l’école ne rend pas forcément financièrement riche mais vous donne des éléments que vous pouvez utiliser pour parvenir à une certaine richesse financière ; elle donne également des moyens pour affiner son intelligence. Quand j’entends certaines personnes s’attaquer aux diplômés, c’est à se demander s’ils savent ce que c’est qu’un diplôme. Un diplôme est un témoignage, une attestation, une preuve de connaissances sur une partie donnée dans la vaste étendue du savoir ou de la science.

Le diplôme n’a aucun impact sur la quintessence d’une personne. On peut être diplômé et être foncièrement méchant en tant qu’individu. On peut être diplômé et manquer d’éducation, de courtoisie, de politesse et d’humilité. On peut être diplômé et ne pas être serviable, ne pas aider les autres à avancer dans la vie, à réussir. On peut être diplômé sans avoir des valeurs ou des vertus. Les diplômes tout comme la richesse financière ne déterminent pas une personne.

Pour moi, ce qui détermine une personne qui se veut intelligente ce sont les valeurs qu’elle défend sincèrement sans hypocrisie, c’est l’usage qu’elle fait de son instruction ou de ses diplômes, c’est son envie d’être utile à sa communauté à travers toutes les petites choses qu’elle fait. En quelques mots, je veux dire qu’il ne faut pas apprécier une personne au regard de ses diplômes mais à travers ce qu’elle est intrinsèquement en tant qu’humain. Malheureusement, les personnes qui traitent les intellectuels et les diplômés de tous les noms d’oiseau ces derniers temps font la confusion entre les diplômes et la personne du diplômé, ce qui est un mauvais jugement puisqu’il est biaisé.

Avoir des diplômes, faire des études est toujours une bonne chose en tout temps et en tous lieux. Il vaut mieux avoir des connaissances, être instruit et être intelligent que d’être intelligent sans instruction, illettré et ignare. Les gens qui ne sont pas allés à l’école et qui n’ont pas de diplômes ont des domaines dans lesquels ils sont excellents. Par exemple, ils deviennent de grands hommes d’affaires à succès qui font fonctionner de grandes entreprises qui génèrent beaucoup d’argent. Ils sont également brillants dans les métiers artistiques au sens large. Comme quoi, que l’on soit diplômé ou pas, on est bon dans un domaine.

Que vous aimez les diplômés ou pas, il y a des choses pour lesquelles on ne fait recours qu’à ceux qui ont les fameux diplômes. C’est une réalité vérifiable dans beaucoup d’endroits au monde. C’est parmi les diplômés que l’État recrute ses agents (les fonctionnaires). C’est parmi les diplômés que le secteur privé recrute ses salariés-cadres. Ce sont les diplômés que l’on a coutume de nommer aux postes de responsabilité politique au sein de l’État, au plan interne et au plan international. Les membres du gouvernement actuel de notre pays par exemple, ne sont pas des analphabètes, des illettrés. Ce sont de gros diplômés. Les médecins, les ingénieurs, les pilotes, les pharmaciens, la plupart des chercheurs-inventeurs, les juges, les avocats, les économistes, les enseignants, les experts-comptables, les agriculteurs modernes et bien d’autres personnes sont des diplômés même s’ils ne sont pas les plus intelligents parmi leurs semblables. On peut vilipender les diplômés comme on veut mais il est difficile de nier cette réalité.

Je défie quiconque de me montrer un pays qui s’est développé dans le monde actuel sans les diplômés en ne comptant seulement que sur des illettrés, des analphabètes, des non-instruits. Que l’on me montre un seul pays qui fait la promotion de l’illettrisme, de l’analphabétisme, du bas niveau d’instruction.

Je suis terriblement surpris quand j’entends un diplômé, enseignant des lycées et collèges, écrivain professionnel devant l’éternel comme Monsieur Adama SIGUIRÉ utiliser toute son énergie pour dénigrer, dévaloriser les gens qui ont fait de longues études, les diplômés en les opposant par tous les moyens à ce qu’il appelle les masses. Si les diplômés sont moins intelligents qu’il le prétend ou si ses diplômes l’on rendu moins intelligent, je demande à Monsieur Adama SIGUIRÉ de jeter ses propres diplômes, de retrouver les centaines élèves qu’il a eu à enseigner et leur demander de faire pareil. Qu’il fasse des enquêtes sur ces élèves pour savoir s’ils sont devenus bêtes ou moins intelligents après avoir obtenu leurs diplômes.

À entendre Monsieur Adama SIGUIRÉ s’exprimer sur certaines questions, il m’arrive de me demander souvent s’il n’est pas devenu enseignant parce qu’il subissait le chômage de plein fouet et qu’il avait du mal à obtenir du boulot. J’ai l’impression que le métier d’enseignant est pour lui un pis-aller.

Pour terminer, je répète que les diplômés ou les intellectuels qui ont fait de longues études ne sont pas plus intelligents que ceux qui n’ont pas de diplômes mais il est certain qu’on ne devient pas bête ou moins intelligent en obtenant un diplôme que l’on a réellement mérité. Il est préférable d’être diplômé et intelligent que d’être intelligent en étant ignare, illettré et analphabète.

Même si on admet le postulat que l’école ne rend pas plus intelligent, il y a tout de même une réalité qui est difficilement contestable. l’école aide à changer les mentalités des individus. L’école aide les gens à s’améliorer sur de nombreux plans et aspects de leur vie. Des études ont démontré que les personnes qui sont allées à l’école et qui ont le niveau scolaire minimum font plus attention par exemple à leur hygiène de vie, à leur environnement. L’école aide à ouvrir l’esprit. C’est important de savoir lire la notice d’un médicament, comprendre la facture que l’on vous tend, pouvoir lire ce que l’on voit autour de soi et comprendre ce que l’on lit, etc.

Je propose une expérience qui est la suivante. Prenons deux vrais jumeaux littéralement identiques sur tous les plans, qui ont exactement la même intelligence et les mêmes facultés intellectuelles naturelles. On met le jumeau A à l’école et on ne met pas le jumeau B à l’école. Si 30 ans après, on évalue leur mode de vie et leur façon de comprendre les choses ( je ne parle pas de leurs richesses financière et matérielle), vous verrez une grande différence qui est nette. Chacun peut imaginer la suite de cette expérience.

Rachidi TAPSOBA
Juriste-Conseil
Ecrivain-poète
Enseignant-vacataire de droit privé
+22671335366/66630266

Burkina/Enlèvement de citoyens : "Il faudrait laisser la (...)
Colonisation de l’Afrique : Le général Tiani et le combat (...)
Sénégal / Présidentielle : Après la décision du conseil (...)
Procès des atrocités de l’Occident chrétien envers (...)
Burkina / Administration fiscale : Le long chemin de (...)
Etat fédéral d’Afrique noire : Le panafricanisme à la (...)
Sénégal / Report de la présidentielle : « Au-delà du 2 (...)
Bénédiction des couples homosexuels : La position (...)
Retrait du Burkina de la CEDEAO : Quelle valeur ajoutée (...)
CEDEAO : Histoire d’une institution qui agonise
Eclatement de la CEDEAO : Le festival du déluge et du (...)
Retrait du Mali, Burkina et Niger de la CEDEAO : « (...)
Burkina : Hommage à « Son Excellence » Frédéric-Fernand (...)
Burkina : Le conseil communal de la jeunesse de (...)
A Gaza, une solution purement militaire ne suffira pas (...)
Rôle des chefferies traditionnelles dans la création/promotion
Burkina : « Nous demandons au président de la (...)
Littérature : Pour la défense du livre
Football : La CAN de l’hospitalité en Côte d’Ivoire sera (...)
Burkina / Officialisation des langues nationales : « (...)
75 ans de la Déclaration universelle des droits de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5376


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés