Actualités :: Riposte à Djibo : "Vous avez émerveillé la nation entière et tous les pays (...)

Engagé dans un combat sans merci contre le terrorisme depuis un peu plus de sept ans, le Burkina Faso essuie douleurs et peines pour recouvrer l’intégrité de son territoire. En première ligne de front pour redonner espoir au peuple, sont positionnés les Forces de défense et de sécurité et les Volontaires pour la défense de la patrie qui, hier encore, mettaient leur vie en péril pour sauver la ville de Djibo, attaquée par une horde terroristes qui se comptaient par milliers. A travers le message ci-après, le citoyen Jonas Hien marque une halte pour magnifier la bravoure des "boys" qui se battent jours et nuit pour que l’espoir d’un avenir meilleur refleurisse, et les encourage par la même occasion à maintenir le cap car comme on le dit, "la plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque fois que l’on tombe."

Lefaso.net

AUX VAILLANTS COMBATTANTS SUR LE FRONT

Chers frères, sœurs, militaires, gendarmes, policiers, eaux et forêts, douaniers, garde pénitentiaires, volontaires pour la défense de la patrie,

C’est avec une fierté nationale que nous avons appris le danger auquel vous avez fait face à Djibo, le 26 novembre 2023 contre une horde de criminels venus en milliers et lourdement armée, dans l’espoir d’imposer un autre Kidal sur le territoire du Burkina Faso.

En face, vous avez su faire montre de sang-froid, de bravoure, de professionnalisme, ce qui a permis de maintenir la ville de Djibo encore débout !

Vous avez émerveillé la Nation entière et tous les pays africains en lutte pour leur liberté et leur souveraineté. Vous méritez notre reconnaissance renouvelée, nos bénédictions, nos louanges.

C’est pourquoi, en ma qualité de citoyen burkinabè, impressionné par l’acte que vous avez posé à Djibo, vous dire combien nous avons coulé les larmes en voyant toutes vos vies que vous avez accepté donnée pour que vivent d’autres Burkinabè, pour que le Burkina Faso reste débout.

Cette bravoure a été exceptionnelle. La guerre ce n’est pas seulement les moyens mais le courage compte beaucoup. Vous avez su le démontrer.

Encore merci et merci pour le combat.

Merci aux plus hautes autorités du pays pour l’effort dans l’équipement des forces combattantes.

Merci au peuple burkinabè qui a compris le sens de la lutte et qui accepte les sacrifices demandés par le gouvernement.

Merci à cette jeunesse engagée avec toujours des mots de soutien et d’encouragement à nos vaillantes forces combattantes.

Merci aux médias qui prennent des initiatives pour galvaniser nos combattants par des diffusions de messages d’encouragement.

Merci aux panafricanistes qui, à travers le monde soutiennent le Burkina Faso, le Mali et le Niger dans cette guerre impérialiste.

Merci à la hiérarchie militaire pour la bonne coordination du combat sur le terrain.
Merci aux partenaires sincères du Burkina Faso, du Mali et du Niger, pour leurs soutiens qui permettent à ces peuples d’espérer des lendemains meilleurs.

Merci aux personnalités traditionnelles, coutumières, religieuses pour leurs prières pour le pays et les filles et fils engagés au front.

Merci aux artistes pour les louanges dans les chansons à l’endroit de nos forces combattantes.

Merci à la Diaspora burkinabè, qui, loin du pays, apporte le soutien sans faille aux forces combattantes.

Merci à toutes ces bonnes volontés qui ne cessent de soutenir le combat engagé contre l’esclavage que l’on veut nous imposer.

L’exploit de Djibo, c’est le fruit de tous ces soutiens multiples et multiformes.

Les forces combattantes ont encore besoin de nous, de nos encouragements, de nos soutiens.

Boyes, vous avez géré. Nous sommes très très fiers de vous.

Grand merci aux Ancêtres du Burkina Faso pour leurs Actions invisibles.

Grand merci au Dieu Tout Puissant pour la protection dont bénéficie le Burkina Faso.

Nos forces combattantes sont entre vos mains. Protégez-les contre les forces criminelles jusqu’au recouvrement total du territoire national.

Boyes, merci encore.

Jonas Hien

Burkina/Enlèvement de citoyens : "Il faudrait laisser la (...)
Colonisation de l’Afrique : Le général Tiani et le combat (...)
Sénégal / Présidentielle : Après la décision du conseil (...)
Procès des atrocités de l’Occident chrétien envers (...)
Burkina / Administration fiscale : Le long chemin de (...)
Etat fédéral d’Afrique noire : Le panafricanisme à la (...)
Sénégal / Report de la présidentielle : « Au-delà du 2 (...)
Bénédiction des couples homosexuels : La position (...)
Retrait du Burkina de la CEDEAO : Quelle valeur ajoutée (...)
CEDEAO : Histoire d’une institution qui agonise
Eclatement de la CEDEAO : Le festival du déluge et du (...)
Retrait du Mali, Burkina et Niger de la CEDEAO : « (...)
Burkina : Hommage à « Son Excellence » Frédéric-Fernand (...)
Burkina : Le conseil communal de la jeunesse de (...)
A Gaza, une solution purement militaire ne suffira pas (...)
Rôle des chefferies traditionnelles dans la création/promotion
Burkina : « Nous demandons au président de la (...)
Littérature : Pour la défense du livre
Football : La CAN de l’hospitalité en Côte d’Ivoire sera (...)
Burkina / Officialisation des langues nationales : « (...)
75 ans de la Déclaration universelle des droits de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5376


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés