Actualités :: Me Arnaud Ouédraogo : « Le Niger est venu détrôner le Burkina qui détenait (...)

L’actualité en Afrique de l’ouest est fortement marquée par le coup d’Etat au Niger, avec sur la table de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), l’option militaire pour rétablir l’ordre constitutionnel. Dans la présente tribune, Me Arnaud Ouédraogo dit "Arnaud le droit" s’indigne du recul de la démocratie, piétinée sous prétexte de panafricanisme.

Même si je ne perçois pas encore comment la CEDEAO compte s’y prendre pour déloger la junte nigérienne, il n’empêche que cet homme est un imposteur.

Il n’a rien d’un panafricaniste. Et s’il croit pouvoir se réclamer du panafricanisme comme d’une caution morale bien commode pour tous les imposteurs, son panafricanisme est trop tardif pour être sincère.

Il a d’abord perpétré son putsch pour « convenance personnelle » avant de rechercher les raisons de sa forfaiture. Tout le narratif qu’il tente de construire après coup n’est que de la poudre aux yeux et ce populisme antifrançais n’est qu’un habillage qui cache mal une vacuité stratégique criante.

Quand nous appelons à l’avènement de rapports égalitaires entre la France et ses anciennes colonies, ce n’est pas pour que des imposteurs viennent s’emparer de notre noble combat à peu de frais. Je ne me mets pas à suivre un homme juste parce qu’il crie « A bas la France ! » car j’ai vu trop d’imposteurs émettre le même cri.

La seule bonne nouvelle dans cette affaire, c’est que le Niger est venu détrôner le Burkina qui détenait jusque-là le titre du « coup d’Etat le plus bête au monde » depuis 2015. On se souvient qu’en 2015, le peuple burkinabè avait farouchement combattu ce coup d’Etat et s’était juré que plus jamais personne ne prendrait des armes pour accéder au pouvoir d’Etat et régner comme on règne sur un peuple moutonnier.

Tout le monde s’était laissé convaincre que ce serment collectif était définitivement inscrit sur le roc de l’éternité. Mais c’était sans compter avec la réinstallation d ’une certaine paresse qui nous fait compter sur des hommes providentiels pour « sauver » l’Afrique : « comités de sauvegarde », « comités de salut » et « comités de restauration » sont des forfaitures. Et les Nigériens ne tarderont pas à débusquer l’oreille de l’âne portant des reliques.

Mais je sais aussi que nous sommes face à une conjonction de multiples opportunismes : reflux de la conscience historique, désespoir des masses, propagande wagnérienne, diffusion du modèle russe de gouvernance virile, mercenaires ayant intérêt à la militarisation de la question sécuritaire, destruction des médias libres, dérégulation des réseaux sociaux, effacement des régulateurs sociaux, criminalité transfrontalière, effondrement des structures éducatives, terrorisme, opacité des dépenses militaires, malédiction des ressources naturelles et effondrement des institutions. A tout ce chapelet de malheurs, il faut ajouter le triomphe de la pensée magique et de la mystification dont les aventuriers savent allègrement tirer profit.

Ne comptez pas sur moi pour me réjouir d’un coup d’Etat dans un pays frère quand j’ai rejeté le coup d’Etat dans mon propre pays. Nous payons un lourd tribut à l’instabilité politique chronique. S’il y avait vraiment du bénéfice dans les coups d’Etat, le Burkina, le Niger, la Guinée et le Mali seraient développés. Alors ceux qui applaudissent peuvent applaudir. Pas moi.

Me Arnaud OUEDRAOGO
Avocat

Journée internationale de l’hygiène menstruelle : Combien (...)
Burkina Faso : De la nécessité de rétablir la catégorie (...)
Burkina : Les assises nationales, c’est comme la mort ou (...)
Burkina : Des citoyens suggèrent un nouveau mode de (...)
Burkina : Contribution sur l’état de la nation
Fermeture du bureau de vote de Bobo-Dioulasso pour les (...)
15 mai 2024 / Journée des traditions : Dire que cette (...)
Burkina : L’ancien Premier ministre Albert Ouédraogo (...)
Tribune : « Notre quête de souveraineté et de développement
Journée des coutumes et des Traditions chaque15 mai : « (...)
Tribune : « La culture porte les espoirs d’une Afrique de (...)
Burkina : L’arabe, langue oubliée de la réforme (...)
Burkina Faso : Justice militaire et droits de (...)
Photos des responsables d’institutions sur les cartes de (...)
Burkina/Lutte contre le terrorisme : L’analyste (...)
Lettre ouverte au ministre de l’Énergie, des Mines et de (...)
Sénégal : Le président Bassirou Diomaye Faye quittera-t-il (...)
Cuba : L’Association des anciens étudiants du Burkina (...)
Sahel : "La présence américaine dans la région joue un (...)
Burkina/Transport : La SOTRACO a besoin de recentrer (...)
Burkina Faso : La politique sans les mots de la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5418



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés