Actualités :: Décès de Guy Yogo : « Une grande perte pour le courant sankariste, les forces (...)

Pour le Sénégalais Djiby Gueye, la mort du Burkinabè Guy Yogo est une grande perte pour le courant sankariste, les forces vives du Burkina et pour tous les militants panafricanistes. A travers ce témoignage, il rappelle les années dakaroises de l’homme et sa lutte pour un Burkina meilleur.

Guy Yogo, étudiant sankariste était venu se réfugier à Dakar après l’assassinat de Sankara. Accueilli à Dakar par des membres de la direction d’Aj avant de venir vivre à la cité universitaire de Dakar, il avait des relations très étroites avec notre génération d’étudiants sankaristes vers 86/87. Guy est parti poursuivre, par la suite, ses études aux USA. Après une riche carrière professionnelle à l’étranger, il était rentré au Burkina après la chute de Blaise Compaoré. Juste avant le 2e coup l’Etat, il a joué un rôle important dans la mise en place du Front Patriotique des forces vives qui s’est opposé à la réhabilitation de Blaise au nom de l’union nationale pour lutter contre les terroristes.

Le Front Patriotique a aussi appelé les jeunes et le peuple à sortir pour soutenir le récent coup l’Etat du jeune capitaine sankariste en vue de rectifier la transition politico- militaire et a produit après un mémorandum politique en octobre 2022 qu’il m’envoya après une longue discussion nocturne au téléphone. Ne répondant plus aux messages pendant des semaines, on chercha avec des camarades nigériens et maliens qui m’avaient aidé à reprendre le contact avec lui, à savoir pourquoi ce mutisme soudain de Guy Yoyo.

On nous apprit alors, il y a quelques jours, qu’il avait été évacué en urgence médicale aux USA. Se sachant condamné, Guy est rentré au pays et est décédé ce matin à Ouagadougou. Guy était le numéro deux du large Front Patriotique des forces vives du Burkina. Ousmane Senghor, feu Ibrahima Diop, Mignane, Mamadou Bocoum, Perignama, Solo Koné, Zaki, Sani et Cheikh Mbacke le connaissaient aussi bien.

Après feu Salif Diallo, ex-président de l’Assemblée Nationale qui fut avec Bazoum du Niger et feu Toto Diarrah du Mali de grands dirigeants du mouvement étudiant à Dakar dans les années 82 à 90, le Burkina vient de perdre un de ses valeureux fils. C’est aussi une grande perte pour le courant sankariste, l’ULCR de Valère Somé, les forces vives du Burkina et pour tous les militants panafricanistes.

Djiby Gueye
djibigueye2005@yahoo.fr

Me Arnaud Ouédraogo à la jeunesse burkinabè : « Tenez (...)
Burkina/Enlèvement de citoyens : "Il faudrait laisser la (...)
Colonisation de l’Afrique : Le général Tiani et le combat (...)
Sénégal / Présidentielle : Après la décision du conseil (...)
Procès des atrocités de l’Occident chrétien envers (...)
Burkina / Administration fiscale : Le long chemin de (...)
Etat fédéral d’Afrique noire : Le panafricanisme à la (...)
Sénégal / Report de la présidentielle : « Au-delà du 2 (...)
Bénédiction des couples homosexuels : La position (...)
Retrait du Burkina de la CEDEAO : Quelle valeur ajoutée (...)
CEDEAO : Histoire d’une institution qui agonise
Eclatement de la CEDEAO : Le festival du déluge et du (...)
Retrait du Mali, Burkina et Niger de la CEDEAO : « (...)
Burkina : Hommage à « Son Excellence » Frédéric-Fernand (...)
Burkina : Le conseil communal de la jeunesse de (...)
A Gaza, une solution purement militaire ne suffira pas (...)
Rôle des chefferies traditionnelles dans la création/promotion
Burkina : « Nous demandons au président de la (...)
Littérature : Pour la défense du livre
Football : La CAN de l’hospitalité en Côte d’Ivoire sera (...)
Burkina / Officialisation des langues nationales : « (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5376


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés