Actualités :: Réinhumation de Thomas Sankara : L’écrivaine Angèle Bassolé admirative du refus (...)

Dans la tribune ci-dessous, Angèle Bassolé, écrivaine et éditrice burkinabè, salue la bravoure de la famille Sankara, qui refuse que le père de la révolution soit enterré au conseil de l’entente. Cette insistance des autorités à maintenir la réinhumation des victimes du 15 octobre 1987 au conseil de l’Entente cache, selon elle, des desseins inavoués. Lisez-plutôt !

Quand on refuse on dit non” !

Ainsi, la très digne famille Sankara a dit non aux manœuvres politiciennes et calculs de tous genres de tous ceux qui tirent les ficelles et roulent pour leurs propres intérêts sur le dos et le nom du che Guevara africain. 

La digne famille est restée digne jusqu’à la fin. Elle a dit non pour le Conseil de l’Entente mais des obstinés ont répondu par un silence assourdissant à leurs supplications et pleurs. En persistant à enterrer les restes du Président Sankara et de ses compagnons au sinistre Conseil de l’Entente, lieu de tortures et d’assassinats politiques, lieu hanté par excellence (et, qui, soit dit en passant,n’appartient même pas au Burkina mais a été usurpé)contre l’avis de la famille,ceux qui ont pris cette décision ont montré qu’ils n’aiment pas vraiment le président Sankara. Sinon, ils n’auraient pas infligé cette énorme peine et souffrance inutiles à cette pauvre famille déjà tant affligée, à sa pauvre veuve, à ses pauvres enfants, à ses pauvres frères et sœurs qui ne pourront jamais venir s’incliner devant le dernier repos de leur époux, père, frère, etc.

J’avais espéré jusqu’au bout que les autorités se plieraient aux supplications de la famille en accédant à leur demande et volonté mais hélas ! Trois fois hélas ! Elles ont été sourdes aux appels désespérés de la famille parce que parmi ceux qui tirent les ficelles il y’a des anti-Sankara et des pro-Blaise. 

Le fallacieux argument des soit disant coutumiers ne tient pas la route de l’analyse car au lendemain du triste massacre du Conseil de l’Entente, ce n’est pas la ou ils sont tombés qu’ils ont été enterrés mais bien à la sauvette nuitamment dans un cimetière des pauvres jonché d’ordures. Et ces soit disant coutumiers n’ont pas eu le courage de dire à Blaise ce qui aurait du être fait selon leurs coutumes…et cela a perduré plus de 30 ans ! Et c’est maintenant qu’ils viennent nous ressortir cet argument fallacieux et bancale. Non ! Non et Non ! Revoyez vote copie messieurs les coutumiers !

Ce n’est pas pour le bien de la famille ni pour le bon repos des défunts que cette décision injuste a été prise mais bien dictée par des intérêts autres et que seuls connaissent tous ceux qui sont derrière cette énième iniquité envers le président Sankara et ses pauvres compagnons.

Triste, je le suis ! Et je compatis à la souffrance de la famille Sankara qui sera restée impuissante depuis le 15 octobre face aux décisions des autres. Blaise a inculqué pour longtemps dans le cerveau de certains Burkinabé l’esprit de dictature et les tenants de cette décision ne se sont pas privés d‘appliquer ce fait et même, pire de le réclamer et de le clamer sans honte ni gêne à la face des familles : ´´ Ce sera au Conseil de l’Entente. Oui, c’est la dictature !´´

Pauvre Sankara et compagnons ! Jusqu’au bout, même le lieu de leur dernier repos leur sera refusé au profit d’intérêts égoïstes qui ne disent pas leurs noms.

´´Quand on refuse, on dit non ! ‘´

Merci à la famille Sankara pour cette leçon de dignité. 

Burkin ya tiim ! 
Fo yi Burkindi !
Fo ya tond tiim !
Wend maag tenga Burkindbi yinga !
L’intégrité est un remède !
Tu as été intègre !
Tu es notre remède !
Que Dieu rende la terre légère aux intègres !

Angèle Bassolé
Écrivaine et éditrice

Me Arnaud Ouédraogo à la jeunesse burkinabè : « Tenez (...)
Burkina/Enlèvement de citoyens : "Il faudrait laisser la (...)
Colonisation de l’Afrique : Le général Tiani et le combat (...)
Sénégal / Présidentielle : Après la décision du conseil (...)
Procès des atrocités de l’Occident chrétien envers (...)
Burkina / Administration fiscale : Le long chemin de (...)
Etat fédéral d’Afrique noire : Le panafricanisme à la (...)
Sénégal / Report de la présidentielle : « Au-delà du 2 (...)
Bénédiction des couples homosexuels : La position (...)
Retrait du Burkina de la CEDEAO : Quelle valeur ajoutée (...)
CEDEAO : Histoire d’une institution qui agonise
Eclatement de la CEDEAO : Le festival du déluge et du (...)
Retrait du Mali, Burkina et Niger de la CEDEAO : « (...)
Burkina : Hommage à « Son Excellence » Frédéric-Fernand (...)
Burkina : Le conseil communal de la jeunesse de (...)
A Gaza, une solution purement militaire ne suffira pas (...)
Rôle des chefferies traditionnelles dans la création/promotion
Burkina : « Nous demandons au président de la (...)
Littérature : Pour la défense du livre
Football : La CAN de l’hospitalité en Côte d’Ivoire sera (...)
Burkina / Officialisation des langues nationales : « (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5376


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés