Actualités :: L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

On assiste aujourd’hui à une gymnastique étrange. Le plus surprenant, c’est que des Africains disant haut et fort qu’ils se battent pour la libération de l’Afrique en sont les auteurs.

Voyons les faits. Pendant des siècles, musulmans et chrétiens ont éventré le continent africain. Et ils se sont servis comme on puise dans un coffre-fort. Ils ont pris les richesses. Ils ont pris des hommes. Ils ont colonisé les esprits de ceux qui ont pu s’échapper.

Comment je peux dire de telles choses ? Dans la vie, on ne peut pas être malchanceux en tout. Nos ancêtres n’ont laissé aucun document. Par chance, musulmans et chrétiens écrivaient beaucoup. Et ils nous ont laissé des témoignages.

Donc les conquérants eux-mêmes racontent leurs campagnes de dévastation contre l’Afrique et les Africains.

Et les descendants de ces Africains suppliciés, martyrisés, se lèvent aujourd’hui pour tenter de travestir les faits. Des faits historiquement authentifiés jusque dans les Livres Saints.

Certains de ces enfants d’Afrique veulent même faire un distingo impossible. On accable les chrétiens, et on maintient fermement un silence de plomb sur les ravages de la conquête musulmane. Disons tout de suite que c’est impossible. Une mauvaise action ne l’est pas en fonction de celui qui a commis l’acte. Une action est mauvaise intrinsèquement. C’est-à-dire en elle-même et par elle-même. Ce qui pue, pue. Et les trafics et travestissements n’y peuvent rien.

Il est de coutume sur les réseaux sociaux de laisser le contenu d’un écrit, pour aller s’attaquer à la personne de celle ou celui qui écrit. Ignorer ce qui vous gêne et s’en prendre à celui qui le dit est une ruse qui devrait faire honte à ceux qui en usent.

Je vous mets à l’aise tout de suite. Je suis la plus mauvaise personne sur terre depuis la naissance de l’humanité. J’ai tous les défauts du monde, du sous-sol au ciel. Je suis même pire que tout ce que vous pouvez dire ou imaginer. Ajoutez à cela tout ce que vous voudrez.

Cela entendu, puisque nous sommes d’accord sur la nature vile et servile de ma personne, concentrons-nous maintenant sur la substance de cet écrit. Vous ne pouvez pas, vous ne pourrez pas, vous ne réussirez pas à libérer l’Afrique et les Africains à moitié. Une lutte qui se fonde sur un mensonge aussi flagrant ne peut connaître le succès.

Sayouba Traoré
Journaliste, écrivain

Journée internationale de l’hygiène menstruelle : (…)
Burkina Faso : De la nécessité de rétablir la catégorie (…)
Burkina : Les assises nationales, c’est comme la mort ou (…)
Burkina : Des citoyens suggèrent un nouveau mode de (…)
Burkina : Contribution sur l’état de la nation
Fermeture du bureau de vote de Bobo-Dioulasso pour les (…)
15 mai 2024 / Journée des traditions : Dire que cette (…)
Burkina : L’ancien Premier ministre Albert Ouédraogo (…)
Tribune : « Notre quête de souveraineté et de (…)
Journée des coutumes et des Traditions chaque15 mai : « (…)
Tribune : « La culture porte les espoirs d’une Afrique (…)
Burkina : L’arabe, langue oubliée de la réforme (…)
Burkina Faso : Justice militaire et droits de l’homme
Photos des responsables d’institutions sur les cartes de (…)
Burkina/Lutte contre le terrorisme : L’analyste (…)
Lettre ouverte au ministre de l’Énergie, des Mines et de (…)
Sénégal : Le président Bassirou Diomaye Faye quittera-t-il
Cuba : L’Association des anciens étudiants du Burkina (…)
Sahel : "La présence américaine dans la région joue un (…)
Burkina/Transport : La SOTRACO a besoin de recentrer ses (…)
Burkina Faso : La politique sans les mots de la politique

Pages :



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés