Actualités :: Ibrahima Traoré s’adresse à Ibrahim Traoré : « Monsieur le chef de l’Etat, (...)

Dans cette lettre ouverte, Ibrahima Traoré, sociologue et communicateur, s’adresse à…Ibrahim Traoré, capitaine de l’armée burkinabè et chef de l’Etat. Il lui prodigue quelques conseils pour aller dans le sens du peuple.

Lettre ouverte à son excellence le Chef de l’Etat.

Son Excellence monsieur le Chef de l’Etat, n’écoutez pas les pseudos intellectuels communicant à la solde du système. Ils pensent pouvoir désorienter cette lutte, c’est peine perdue.

Les gens ont juré après l’assassinat de Thomas SANKARA qu’ils vont mettre fin aux séries de coups d’Etat au pays des hommes intègres. Et pour y parvenir ils ont terrorisé et martyrisé le peuple Burkinabè qui en porte les séquelles et du reste continue de subir les conséquences désastreuses de se règne sans partage dont l’héritage est aujourd’hui le terrorisme.

Monsieur le Président, ne laissez pas les godillots de ces dirigeants vous donner des orientations. Sans doute c’est eux qui ont conseillé vos devanciers qui nous ont conduits dans cette situation. Pardon ne leur accordez aucun crédit.

N’enlève pas ton masque. Ils veulent vous flatter et vous empoisonner comme Daniel Ouezzin Coulibaly. Dites leur monsieur le Président, que c’est par souci d’harmonie que la couleur de votre masque diffère de celui de Assimi Goïta. Il porte un béret vert et vous portez un béret rouge. Le Chef de classe ne se souciait presque de rien parce qu’il avait certainement les gages du système. Il voyageait comme il le voulait. Apparemment, il avait accepté toutes leurs compromissions.

Ils ont dit ici que le Burkina n’est pas le Mali, et aujourd’hui ils vous disent que vous n’êtes ni Thomas Sankara, ni Assimi Goïta. Autant dire qu’ils veulent que vous soyez Blaise Compaoré. S’il vous plait monsieur le Président ne les écoutez pas. Ce sont les mêmes qui ont induit l’ex-président Damiba en erreur. Ne les écoutez surtout pas. Renforcez votre sécurité.

Le système impérialiste et ses ramifications ont de plus en plus de mal à pouvoir maintenir leurs valets locaux à la tête des Etats africain. Au temps de Thomas Sankara, les masses populaires n’étaient pas assez informées, cultivées et éveillées. Aujourd’hui comme Assimi Goïta, utilisez l’adhésion populaire pour légitimer vos actions. Allez-y dans le sens du peuple. Le plus grand fétiche reste le peuple. Les gens ont porté beaucoup de bagues ici, certains ont fui en plein jour, d’autre la nuit.

Pas un seul pas sans le peuple. Ecoutez la rue, écoutez le peuple tout en restant au-dessus de la mêlée. Restez le maitre du navire surtout parlez moins comme Assimi Goïta. Restez concentrez sur l’essentiel ne vous laissez pas divertir.
La patrie ou la mort nous vaincrons.

Ibrahima TRAORE, Sociologue-Communicateur

L’humeur de Sayouba Traoré : Encore les journalistes (...)
Situation nationale : Parole d’espérance pour le Burkina (...)
Burkina : « La situation sécuritaire n’a fait qu’empirer, (...)
Politique : La pensée unique est-elle une solution de (...)
Burkina - France : « Seuls les citoyens organisés en (...)
Départ des militaires français du Burkina : Yacouba Isaac (...)
Insécurité au Burkina : « A quel jeu joue l’Etat dans le (...)
Supposée arrivée de Wagner au Burkina : ‘’Il est (...)
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup (...)
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens (...)
Nouvelle année 2023 : Vœux d’un utopiste à ses concitoyens (...)
Sayouba Traoré sur la laïcité : Puisque vous le prenez (...)
Burkina : IB, religion et ethnie
Lettre ouverte au président Traoré : Mon capitaine, les (...)
Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso (...)
Education nationale : Un citoyen interpelle le (...)
Propos Moussa Kouanda à l’AG des arabophones : ”Un poison (...)
La vie, ce n’est pas du jeu
Burkina : Pour une meilleure année 2023 en trois (...)
Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Il faut (...)
Massacre de 28 peuls à Nouna : « De la gestion d’une (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5208



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés