Actualités :: Burkina Faso : L’écrivain Adama Siguiré invite les jeunes officiers à assumer (...)

Après le coup d’Etat du 30 septembre 2022, le capitaine Ibrahim Traoré a prévu convoquer des assises nationales afin que les fils et filles du Burkina désignent un président, fut-il civil ou militaire. Selon l’écrivain et consultant Adama Siguiré, cette entreprise risque de tirer le pays vers le bas. "L’erreur serait de vouloir désigner un président civil et procéder à des répartitions de postes comme en 2014 dans ce contexte de guerre" dira t’il à ce propos. Il propose donc "que les jeunes officiers qui ont évincé DAMIBA assument leur pouvoir et qu’ils nous montrent la voie à suivre".

C’est le capitaine TRAORE et ses hommes qui ont évincé DAMIBA, qu’ils assument la plénitude du pouvoir d’État avec toutes les prérogatives régaliennes

Dans ce contexte de guerre et face à la mauvaise gestion du pouvoir par DAMIBA, le capitaine TRAORE et ses hommes ont évincé le chef de l’État DAMIBA.Et il leur appartient d’assumer la plénitude du pouvoir d’État. Nous ne sommes pas en 2014.

Ce n’est pas une insurrection conduite par des OSC et des partis politiques. C’est un coup d’État dans un coup d’État. Que les jeunes officiers assument leur pouvoir et qu’ils nous montrent la voie à suivre. Si elle est bonne, les masses populaires suffisent largement pour leur donner la légitimité.

L’erreur serait de vouloir désigner un président civil et procéder à des répartitions de postes comme en 2014 dans ce contexte de guerre. Voilà une méthode qui arrange les civils , les leaders d,OSC et de partis politiques et qui reste un imbroglio dans ce contexte de guerre. Ce serait encore la guerre des clans, des égos, des individus au détriment de la bonne marche de la Nation..

Le capitaine TRAORE et ses hommes doivent aller vite.C,est la fuite des responsabilités et le manque de leadership qui ont nuit au pouvoir de DAMIBA. Et les mêmes erreurs produiront les mêmes effets. C’est pourquoi les jeunes officiers doivent assumer leur pouvoir devant le peuple .

Vouloir désigner un président civil dans ce contexte de guerre revient au partage des postes dans un climat de bagarres et de toutes les incompréhensions. Que les jeunes officiers qui ont évincé DAMIBA assument leur pouvoir . Et qu’ils rentrent dans l’histoire de la bonne ou de la mauvaise manière.

Adama SIGUIRE

Écrivain Professionnel/ Consultant.

Me Arnaud Ouédraogo à la jeunesse burkinabè : « Tenez (...)
Burkina/Enlèvement de citoyens : "Il faudrait laisser la (...)
Colonisation de l’Afrique : Le général Tiani et le combat (...)
Sénégal / Présidentielle : Après la décision du conseil (...)
Procès des atrocités de l’Occident chrétien envers (...)
Burkina / Administration fiscale : Le long chemin de (...)
Etat fédéral d’Afrique noire : Le panafricanisme à la (...)
Sénégal / Report de la présidentielle : « Au-delà du 2 (...)
Bénédiction des couples homosexuels : La position (...)
Retrait du Burkina de la CEDEAO : Quelle valeur ajoutée (...)
CEDEAO : Histoire d’une institution qui agonise
Eclatement de la CEDEAO : Le festival du déluge et du (...)
Retrait du Mali, Burkina et Niger de la CEDEAO : « (...)
Burkina : Hommage à « Son Excellence » Frédéric-Fernand (...)
Burkina : Le conseil communal de la jeunesse de (...)
A Gaza, une solution purement militaire ne suffira pas (...)
Rôle des chefferies traditionnelles dans la création/promotion
Burkina : « Nous demandons au président de la (...)
Littérature : Pour la défense du livre
Football : La CAN de l’hospitalité en Côte d’Ivoire sera (...)
Burkina / Officialisation des langues nationales : « (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5376


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés