Actualités :: Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

Destin croisé pour le Mouvement patriotique pour le Salut (MPS) et l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS) par la signature, ce mercredi 4 août 2021, d’un acte de fusion. En attendant d’en savoir davantage sur le type de fusion, avec le Congrès pour entériner cette décision, on peut constater que tandis que l’UNIR/PS reste fidèle à sa légende de « renaissance », le MPS, lui, semble ainsi se sauver à l’ombre de cette fusion.

C’est cette date historique de 4 août, que les responsables des deux partis ont choisie pour sceller leur acte de « mariage », qu’ils souhaitent pour la vie. Si l’UNIR/PS a été représentée au haut niveau par son président, le MPS l’a été par son vice-président, Dr Rose Drabo ; le président du parti, Pr Augustin Loada, étant en Nouvelle-Calédonie où il est mandaté depuis par l’ONU pour des questions électorales. Les directions politiques ont donc mis en place une commission pour travailler à la tenue d’un congrès constitutif, qui va consacrer juridiquement, la fusion des deux partis pour sceller la création du nouveau parti. Ces deux partis qui se réclament progressistes d’obédience sankariste s’ouvrent d’ores et déjà à l’adhésion d’autres partis pour créer une force sankariste « tant attendue par les Burkinabè ».

Deux parcours qui se laissent commenter

C’est en novembre 2000 qu’est né le « parti de l’œuf », dans une situation de crise consécutive à la mort du journaliste Norbert Zongo. Il avait pour dénomination, l’Union pour la renaissance/Mouvement sankariste (UNIR/MS), parti socialiste d’obédience sankariste.

En mars 2009, la Convention panafricaine sankariste (CPS) de Nongma Ernest Ouédraogo, une partie du Front des Forces sociales (FFS) conduite par Nestor Bassière (ministre de l’Environnement 2016-2020 et vice-président de l’Assemblée nationale depuis 2020) et son groupe rejoignent l’UNIR/MS. Ils vont désormais former l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS). Le parti se positionne comme la première force politique de l’opposition, avec au viseur de « sauvegarder et pérenniser l’immense espoir suscité par la Révolution d’août 1983 ».

L’UNIR/PS va occuper le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF, résolution du 22 septembre 2009, désignant Me Bénéwendé Stanislas Sankara, président du parti) avant de passer la main à Zéphirin Diabré et son UPC.
Depuis sa création, le parti a traversé plusieurs épreuves, allant parfois à l’exposé à toutes les railleries (à l’image du meeting ‘’Blaise dégage !’’ de fin avril 2011 qui n’avait pas réussi à mobiliser, malgré les 34 partis en action). Pour divers motifs (jugés comme tels) liés au président du parti, aux options du parti ou aux deux à la fois, la survie même de l’UNIR/PS avait même été pronostiquée par nombre d’observateurs de la scène politique burkinabè.

L’insurrection populaire de fin octobre 2014, qui s’est présentée comme l’aboutissement d’un long chemin de combat et une renaissance pour l’UNIR/PS, va s’avérer illusoire pour ce parti, lorsqu’à l’issue de la présidentielle marquant la fin de la transition (fin 2015), le candidat Bénéwendé Stanislas Sankara, pompeusement baptisé « candidat des insurgés » s’est vu classer quatrième sur les quatorze candidats.

L’UNIR/PS ou le symbole de la ténacité

Le parti rejoint la majorité avec à la clé, la vice-présidence de l’Assemblée nationale (2015-2020) et trois portefeuilles ministériels (Ressources animales, Environnement, Education nationale).

C’est donc en véritable averti du paysage et arcanes politiques burkinabè, que l’UNIR/PS opère à nouveau cette « renaissance » avec le ‘’jeune’’ parti, le MPS. Crée en juillet 2019, le Mouvement patriotique pour le Salut (MPS) est présidé par l’ancien directeur exécutif du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), ancien ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Pr Augustin Loada. Son président d’honneur est l’ancien numéro 2 du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), ancien président du Faso et ancien Premier ministre, Yacouba Isaac Zida.

Le MPS, qui s’est positionné, dès sa création, dans l’opposition politique, n’a pas caressé le pouvoir Roch Kaboré et ses dirigeants dans le sens des poils. C’est un Burkina porté en déclin par le pouvoir Kaboré et compagnie, que le MPS et ses dirigeants ont présenté à travers leurs sorties. C’est également sur cette situation peu reluisante que le candidat du parti à la présidentielle du 22 novembre 2020, Yacouba Isaac Zida, a aussi focalisé son message de campagne pour proposer son alternative (relevons que le parti, qui a aussi présenté des listes pour les législatives, n’a obtenu aucun élu).

Le MPS, de la résistance à la résignation ?

La période pré-électorale va connaître une montée de la tension entre le MPS et le pouvoir, accusé d’empêcher le champion Zida d’entrer pour briguer la magistrature suprême. Après plusieurs promesses de « braver » pour rentrer pour la campagne, c’est finalement en mode virtuel que M. Zida va mener ses trois semaines de conquête de l’électorat.

Arrivé au huitième rang sur les treize candidats en lice (avec 1, 53% des voix), Yacouba Isaac Zida a, dans la foulée des proclamations des résultats, déclaré qu’il refuse de « féliciter quelqu’un qui n’a pas gagné honnêtement ». Pendant ce temps, le président du parti et directeur de campagne, Pr Augustin Loada, faisait allégeance au candidat réélu, dans le même décor que la quasi-totalité des candidats à cette présidentielle. Yacouba Isaac Zida finira par revenir à de meilleurs sentiments, en reconnaissant la victoire de Roch Kaboré.

La déclaration d’appartenance du MPS à la majorité, suivie de sa demande d’adhésion à l’APMP (Alliance des Partis de la Majorité présidentielle), a constitué un tournant (diversement apprécié) dans la vie de ce ‘’jeune’’ parti.
Le parti va enregistrer des démissions, et pas des moindres ! Ce sont les cas avec le vice-président Fousséni Ouédraogo (dès janvier 2021) et le secrétaire national chargé de la jeunesse, Hervé Ouattara, en début juillet 2021).

Dans un tel contexte politique et un MPS qui prend ainsi et incontestablement un coup par des départs, la fusion apparaît, visiblement, comme une bouée de sauvetage, notamment pour Yacouba Isaac Zida, en exil au Canada depuis fin 2015 et dont les relations avec le pouvoir en place étaient jusque-là tendues, publiquement. Avec un UNIR/PS bien côté par le pouvoir MPP (pour avoir pesé dès fin 2015 en faveur du pouvoir, allié de poids), ce mariage en plein processus de réconciliation nationale rapproche davantage Yacouba Isaac Zida du pouvoir et ses ténors.
Tout bénef donc pour le ‘’général raté’’ et le MPS (dont la grande partie des dirigeants sont plus connus du monde intellectuel que politique, au sens strict du terme).

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Simon Compaoré : Après 46 ans de vie politique, l’ (...)
Ouagadougou : Une étudiante de 19 ans tuée dans un (...)
Burkina Faso : Alassane Bala Sakandé désormais président (...)
Burkina/MPP : Le devoir de reconnaissance des militants (...)
Burkina/vie politique : « Celui qui veut partir au MPP (...)
Burkina : Lever de rideau sur le deuxième congrès (...)
Processus de réconciliation au Burkina : La coordinatrice-rés
MPP-UNIR/PS : « Ce n’est pas parce que nous sommes des (...)
Burkina/CDP : Une conférence de presse des jeunes dans (...)
Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas (...)
IIe congrès extraordinaire du MPP : La succession à Roch (...)
Situations en Guinée et au Mali : Le groupe parlementaire
Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là (...)
Simon Compaoré au sujet du président Roch Kaboré : « Pas (...)
Burkina/sécurité : Le parti au pouvoir exhorte à éviter (...)
Burkina/vie politique : Le MPP a enregistré 1 964 (...)
Crise au Mouvement Agir ensemble pour le Burkina : (...)
Commune de Kouka (Boucle du Mouhoun) : Les militants du (...)
Organisation des élections au Burkina : Les membres de (...)
Burkina/Rencontre Etat-ONG-AD et fondations : L’équation (...)
Burkina/politique : Des militants du "Mouvement agir (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11235


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés