Actualités :: Investiture du Président Bassirou Faye : Voici les attentes des Sénégalais (...)

Après avoir remporté la victoire à la présidentielle du 24 mars 2024, le nouveau président du Sénégal, Bassirou Diomaye Faye est investi dans ses fonctions, ce mardi 2 avril 2024, soit moins de deux semaines après son élection. A l’âge de 44 ans, le nouveau chef de l’Etat a cinq années pour diriger son pays. A plus de 1000 kilomètres de leur mère patrie, les Sénégalais vivant au Burkina Faso livrent leurs analyses et proposent ce qui doit être, à leurs avis, les priorités.

Adama Thiam, Coordonnateur Coalition Diomaye Président 2024 :

« Les résultats ont reflété les attentes des Sénégalais. Ça n’a pas été une surprise vu l’émergence du Président Diomaye Faye et la grande campagne.
Pour moi, il sera à la hauteur. Beaucoup de gens reprochent au Président Diomaye Faye qu’il n’a pas d’expérience. Mais ça, c’est un faux débat. Il a travaillé pendant longtemps dans les impôts et domaine du Sénégal. Il a acquis de la connaissance et de l’expérience là-bas. Même au sein de son parti politique, il a de l’expérience. Je suis optimiste. Il fera le job.

Pour moi, le plus difficile reste à venir, car il y a des grands défis qui nous attendent. Le Président Bassirou Diomaye Faye n’a pas le droit de trahir ces attentes. Quand on gouverne, on ne peut pas réussir à 100% mais il y a des priorités. Je pense qu’à l’entame de son règne, il va s’attaquer aux priorités telles qu’abréger la souffrance de beaucoup des Sénégalais : la cherté de la vie, le problème d’accès à la santé, l’éducation, la justice sénégalaise qui était en berne, la réforme de la gouvernance pour équilibrer le pouvoir, une force de défense et de sécurité plus républicaine. »

Zida Ouleye, directrice de société

« Pour moi, la victoire de Diomaye Faye est une évidence parce qu’il a capitalisé beaucoup de frustrations de la population sénégalaise dues aux manquements du président sortant qui a, à la limite, trahi le peuple à travers tout ce qu’il avait promis. Et puis, Ousmane Sonko s’est beaucoup investi pour cette campagne. Quoique l’on dise, la population sénégalaise n’aime pas l’injustice. On avait voté Macky Sall pour ça : l’injustice qu’il avait subie avec Abdoulaye Wade.

Je pense que le président Diomaye Faye ne va pas bénéficier du délai de grâce qu’a eu Macky Sall. Il y a beaucoup d’attentes et tout est prioritaire au Sénégal. Les choses qu’il doit faire, c’est surtout trouver une solution à la cherté de la vie. La vie est très chère au Sénégal. On attend sur l’éducation, l’emploi pour les jeunes, l’immigration irrégulière. On lui donne juste les 100 premiers jours pour voir quel acte il va poser. Etant un fils de paysan, il connaît la réalité du Sénégal. On verra les résultats dès les premiers. Je pense qu’il n’a pas droit à l’échec. »

Mor Sall, partisan de Macky Sall :

« Tout d’abord je rends gloire à Dieu et je félicite le peuple sénégalais pour son sens de la responsabilité qui a permis que le scrutin se tienne dans de très bonnes conditions. C’est vrai que les résultats nous ont beaucoup surpris, mais ils reflètent la volonté du peuple. Les sénégalais ont voulu voir autre chose et nous respectons cela !

En toute honnêteté, je n’ai jamais eu confiance en Diomaye Faye pour présider aux destinées du peuple et ses premiers discours ne me rassurent guère. Cependant, je souhaite me tromper et je prie pour qu’il réussisse car son échec serait celui de tous les sénégalais.

Le coût de la vie et l’emploi des jeunes doivent être, selon nous, les priorités de tout gouvernant à l’heure actuelle. Le président Macky avait déjà réglé le problème de l’électricité et a fait beaucoup en matière d’infrastructures. L’eau constitue toujours une problématique dans certaines régions, surtout à Touba. »

Soukeyna Diallo, citoyenne sénégalaise

« La voix du peuple a été entendue. Les élections se sont déroulées dans la transparence grâce à une présence de la CENA dans tous les bureaux de vote et surtout à une mobilisation des partis politiques pour scruter le vote et le dépouillement. Les résultats étaient prévisibles car il s’agissait en réalité d’un référendum pour ou. CONTRE un 3e mandat du président de la république.
Il n’y a pas de pré requis préétabli pour être un bon président de la République.

Ce qui, à mon humble avis, compte c’est savoir ce que l’on veut accomplir à court et long termes, s’appuyer sur une administration efficace et au service de l’Etat et des citoyens. Pour cela, il faut veiller à avoir des personnes qualifiées ou former celles qui ont des lacunes, contrôler et sanctionner le cas échéant le travail. Avoir une vision et être pédagogue, têtu, faire preuve de rigueur. Être prêt à faire face à des résistances de tout ordre mais rester transparent en annonçant de manière claire et sans équivoque ce qui est attendu.

Donc à priori, le Président BDDF qui est jeune et qui me semble avoir beaucoup d’empathie, d’ambition pour son pays , s’il s’éloigne des flatteurs, des laudateurs et des prédateurs, s’appuie sur ceux et celles qui ont fait preuve de courage, de lucidité, de persévérance dans leurs prises de positions publiques en faveur des intérêts du Sénégal alors le Président BDDF sera à la hauteur des défis qui l’attendent.

Il y a tellement de priorités. D’abord, la réinstauration de l’Etat de droit qui commence par libérer tous les détenus politiques mais aussi et surtout, les détenus de droit commun qui pour certains croupissent en prison depuis des années sans jugement ni être entendus par les juges. Réduire le coût de la vie, régler les problèmes liés à l’état civil, l’emploi des jeunes, l’accès à la santé pour tous, l’éducation, ne pas faire de la polygamie une obligation pour tous les citoyens de confession musulmane. »

Abdou Bakhy Diaw, entrepreneur :

« Le Sénégal a montré une fois encore que c’est un grand modèle de démocratie. Tout le monde a vu les syndromes Diouf en 2000 et Wade en 2012 où tout le monde pensait que le Sénégal allait prendre feu.

L’Etat étant une continuité. Vraiment le Président Macky Sall a fait beaucoup du côté infrastructures et transport et énergie. Pour que le Président Diomaye puisse encore bénéficier de la confiance des Sénégalais, qu’il attaque la demande sociale parce que c’est là-bas qu’on l’attend.

Comme priorité, le Président Faye doit se concentrer sur le travail. Pas de chasse aux sorcières. D’ailleurs lui-même a dit cela dès sa première sortie. Il a dit qu’il faut une réconciliation nationale. Il faut des hommes compétents, pas changer des hommes parce qu’il faut les changer, puisque l’Etat est une continuité. Il faut diminuer le train de vie de l’Etat, renforcer la couverture de la maladie universelle, augmenter le nombre et le montant de bourses familiales, renforcer des institutions avec des révisions fortes. »

Aminata Mbadji-Ndiaye, enseignante à l’Institut 2ie

« Je suis satisfaite et très fière du peuple sénégalais qui a choisi son Président en la personne de Bassirou Diomaye Faye. Il incarne parfaitement les aspirations de la majorité sénégalaise aujourd’hui et surtout d’une frange non négligeable : la jeunesse.

⁠J’ai confiance et très bon espoir qu’il sera à la hauteur et il pourra compter sur une pléthore d’experts, de cadres et de patriotes qui sont et au Sénégal et dans la diaspora et qui ont porté ce projet de changement durant des années. Le Sénégal sera derrière lui pour un mandat d’excellence.

Sans hésitation d’une part la formation et la création d’emplois pour les jeunes qui sont des milliers à braver les océans dans la quête d’un avenir meilleur. Et d’autre part la santé où j’estime qu’il y a des progrès à faire avec plus d’équipements de pointe et de formations et de renforcement des capacités du personnel de santé. »

Propos recueillis par Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Burkina/Assises nationales : Le Mouvement patriotique (...)
Burkina/Assises nationales : La Marche pour la patrie (...)
Assises nationales : Le Réseau des Patriotes favorable à (...)
Burkina : La Présidence du Faso met en garde les (...)
Burkina/Assises nationales : Les dates des 25 et 26 mai (...)
15-Mai : Le capitaine Ibrahim Traoré invite les (...)
Burkina : Le Rassemblement pour le salut national (...)
Suspension des activités des partis politiques : "Il est (...)
Burkina : "L’histoire nous a fait chance en nous (...)
Bobo-Dioulasso : « La prolongation de la transition est (...)
Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara (...)
Meeting de soutien à la Transition : « Nous ne voulons (...)
Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa (...)
Burkina : « Chaque fois que les autorités de la (...)
Hommage à Pierre-Claver Damiba, l’homme qui savait ce (...)
Burkina : la Coalition centriste pour la paix (...)
Transition au Burkina : « Nous, les ‘’wayignans’’, (...)
Burkina/Conduite de la transition : Les députés de l’ALT (...)
Burkina : Les magistrats du parquet désormais nommés par (...)
Burkina : L’ALT examinera une proposition de loi pour (...)
Conseil des ministres : La SONABHY, le BUMIGEB et le (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12516


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés