Accueil > ... > Forum 1836774

Election présidentielle : Zéphirin Diabré et Kadré Désiré Ouédraogo s’unissent pour le changement

3 août 2020, 09:46, par Ka

Bonjour Damis : Comme je l’ai mentionné déjà, je ne voulais plus intervenir sur cette analyse, car, ayant tout dit sur la mendicité de Zeph pour le pouvoir et non son objectif concret pour faire avancer le pays, je n’avais plus rien à dire. Ce que je peux te dire à ce sujet, ceux qui oublient le passé, sont condamnés éternellement dans les dérives. Ce que Zeph n’a rien compris sur l’ADN du Burkinabé, surtout le mossi, c’est d’être né révolutionnaire. La preuve c’est l’enfant qui naquit de la liaison entre la princesse Yennenga courageuse et révolutionnaire fille de Nadega l’ancêtre du peuple Mossi, et Rialé le chasseur Malinké. Et pour avoir le pouvoir dans ce milieu, il faut se battre pour soi et non jouer à l’autruche auprès des autres. La preuve est que le CDP avec un mossi a gardé le pouvoir jusqu’à le peuple dit à celui qui tue ses semblables gratuitement de dégagé.

Et à mon avis, je ne vois comment une autre personne entre ces politiciens aux petits pieds qui veulent le pouvoir que pour piller les ressources du pays et de se venger pourra convaincre le peuple de se débarrasser du président actuel, dont son but est de juger les dossiers des crimes impunis qui empoisonnent la réconciliation nationale ?

Quant à l’internaute arrivé sur le forum avec des centaines de pseudos pour saboter la vérité du vieux Ka que les internautes de bonne foi ne font plus attention à lui, doit savoir que je ne défends pas Thomas Sankara, mais un homme qui a vécu que pour son idéal dans la sincérité. Ce n’est pas comme Blaise Compaoré son frère d’arme qui vie que le pouvoir. Ils étaient quatre ses capitaines de l’armée sortis des formations, dont les braises marxisantes sous la cendre du libéralisme, ces capitaines ont eu l’appui pour arriver à leur fin qui était de ne pas laisser le peuple ballonné par les valets de l’impérialisme, des formations de LIPAD, l’ULC, et PCRV, dont 80% des militants sont une scission marxistes, dont le foyer principale demeurait la maison des étudiants du Burkina établie à Paris. A part ceux du PCRV des partisans de l’Albanie qui occupe l’Université de Ouaga.

Ils étaient quatre qui sont arrivé à la fin de la course, mais il reste un, le mauvais qui a éliminé les autres dans le sang pour le pouvoir. Et paix a l’âme du valeureux journaliste Guinéen Mohamed Maïga qui disait de Sankara, qu’il ne portait pas de haine : Son message est plus virulent que la guerre. ‘’Il a pour non la justice :’’ Et il termina en disant, ‘’cette révolution-là, Thomas Sankara n’a pas le droit de la dévoyer.

Et je vois ici que l’internaute Sapience aux multiples pseudos continu de me contredire au lieu d’apprendre le passé. Je le dis paix aux âmes de ceux que Blaise Compaoré a éliminer pour être le dernier survivant, à commencer par les modérés du CSP dont certains comme un militaire dit sa part de vérité est toujours vivant, mais ces compagnons comme le colonel Gabriel Somé Yorian et autres ne sont plus de ce monde : Et a propos de l’exécution de ces malheureux, dans un interview de Jeune Afrique au ministre d’état ministre de la justice, deuxième personnalité de la révolution qui était Blaise Compaoré, disait sur cet interview en 1984 sur J.A. N0 1500, ‘’ce n’est pas nous qui avons commencé dans la violence : ce sont eux. Ils avaient projeté de nous exécuté après la réussite de leur coup. Nous avons été plus rapides. Nous ne pouvions que les anéantir. Si aujourd’hui d’autres sont vivants et disent leur part de vérité, c’est grâce à son excellence M. Gaston Boyer, ancien ambassadeur de France au Burkina qui s’est précipiter au camp guillaume pour calmer les choses et sauver des griffes du tigre des commandos de Pô. Mais d’autres n’ont pas eu cette chance. Ce que j’avance, des honorables personnes comme A.T. professeur, A.K, Pharmacien, R.P Juriste et tant d’autres sont vivants de nos jours, et peuvent continuer la suite. Toutes ces crimes de sang pour le pouvoir peut être mettre sur la personne qui dormait, ou avait le palu quand chaque drame arrive, et fait par son ombre qui était le responsable de la sécurité présidentiel. Et le capitaine J. Pal.. ne me dira pas le contraire.

Internaute manipulateur, tu ne peux pas convaincre qui que ça soit dans ce Faso, que le malheur qui s’abat sur notre beau pays ne vient pas des âmes ôté par ton mentor. Ils étaient quatre, et la chevauchée sur le goudron de Blaise Compaoré vers Ouagadougou, il n’en reste qu’un, l’introverti lui-même.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés