Accueil > ... > Forum 1600454

Smockey, membre du Balai citoyen : « On a pas mal de documentation sur beaucoup de casseroles, sur beaucoup de gens »

3 juillet, 21:12, par Mechtilde Guirma

J’estime qu’il y a une certaine injustice à mon égard. Je ne veux pas de gratitude, je veux juste la justice .

Monsieur le balai citoyen. En effet au début comme tout le monde, je vous admirais. Mais à présent je vois dans votre jugement de la justice, que cela est très partial et égocentrique. Vous avez complètement occulté la période révolutionnaire avec ses méthodes staliniennes : « les fameux œufs pour vos omelettes ». Et il y en a beaucoup : les déguerpissements de pauvres gens, pour récupérer les lieux et ériger des villas pour les jeunes révolutionnaires. L’exclusion totale avec l’intention de les anéantir des confessions religieuses et coutumières, sans compter les nombreuses exécutions sommaires où Sankara lui-même a conduit les pelletons d’exécution, la profanation des lieux de culte (Yagma), les slogans haineux tels que les « réactionnaires », les « yeux de hibou » et les mimiques disgracieuses collées à des personnalités stigmatisées (notamment la chefferie traditionnelle). Les dégagements de la Fonction publique sans d’autres formes de procès ni des soins palliatifs qui jetèrent des enfants dans la rue comme pour leur faire payer la résistance de leurs parents qui ne pouvaient pas comprendre une révolution « atypique et malencontreuse » dans un pays jusque là en paix. Pire Une haine qui s’est développée dans les rangs de la jeunesses (de façon confuse : tant sankariste qu’anti-sankariste) qui se poursuit aujourd’hui, rendant presqu’impossible l’idée de la réconciliation, et qui devint tabou pour ne pas dire l’omerta totale au risque de se faire trucider à son tour par une impunité nouveau genre et voilée. Résultat en bonus : une insécurité galopante aussi « atypique » qu’abracadabrante. Il ne faut pas oublier qu’ils sont nombreux comme moi ceux qui ont salué l’insurrection mais avouent aussi avoir bénéficié dans le coup d’État de Blaise Compaoré contre Sankara, une bouffée d’oxygène salvatrice.

Ce qui fait que cette période que vous louer à tue-tête, les yeux fermés et avec ses horreurs à la moindre occasion par ses slogans, vous en êtes aussi comptables et malheureusement vous n’avez même pas le moindre regret. Mais les victimes sont toujours là et attendent silencieusement.

Par contre quand vous dites :

Vous êtes le président du Faso, vous êtes comptable des affaires de l’ancien régime. Tout le monde vous le reproche. Vous êtes dans un gouvernement post-insurrectionnel ; il y a beaucoup d’attentes de la part des populations. Alors, il faut avoir le courage politique de prendre de bonnes décisions.

Je vous rejoins totalement mais de grâce soyez plus probes et pour être crédibles dans vos jugements, reconnaissez vous aussi les origines de nos malheurs et faites votre mea-culpa (qu’au moins qu’à défaut d’une punition exemplaire comme vous le demandez pour les autres) avec des preuves de votre sincérité avant de poursuivre votre « belle » œuvre silencieuse.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés