Accueil > ... > Forum 1471209

Restitution du patrimoine culturel africain : En attendant le lancement du processus par le gouvernement burkinabè

1er décembre 2018, 15:47, par Dibi

Cette question des restitutions dites complexes est pourtant bien simple : le voleur n’a pas à poser des conditions pour restituer un objet volé !
En vérité, si le voleur pose des conditions, c’est parce qu’il reste encore le propriétaire ou s’estime toujours être le propriétaire légitime ou légal de l’objet volé qu’il restitue.
Dans cette affaire, l’opinion africaine doit savoir ceci de la duplicité de l’attitude coloniale de la France qui se résume en un prêt-location. Les objets volés sont prêtés contre un loyer payé par l’Etat africain ; ce qui est un double vol. Un classique du pillage néocolonial que les gérants d’affaire au pouvoir dans les néocolonies de la zone Franc CFA sont incapables de refuser. C’est dire que la France considère que ces oeuvres d’art volées du fait colonial lui appartiennent toujours ; et qu’il est hors de question de les confier à gestion à des bandes d’hommes politiques pourris et sans conscience culturelle véritable. Des ignares et des incultes en sommes.
C’est à partir de telles considérations et garanties que la France a consenti à restituer à la Corée du Sud, cette autre néocolonie occidentale, une partie de son patrimoine volé contre loyer.
Dire la vérité est bon pour l’éveil des consciences !
Na an lara, an sara !
La patrie ou la mort !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés