Accueil > ... > Forum 1445664

Drame du 15 octobre 1987 : Pose de la première pierre de la statue géante « Hommage à Thomas Sankara »

17 octobre 2018, 16:05, par KONE

Le Burkina Faso a célébrer hier le 31 eme anniversaire du décès par l’assassinat du père de la révolution le capitaine Thomas Isidore Sankara , né à le 21 Décembre 1949 à YAKO en haute volta et mort assassiné le 15 octobre 1987 Ouagadougou au Burkina Faso
et tués par coup d’état orchestrer par son frère d’arme le capitaine blaise Compaoré avec 12 de ses ministres un jeudi soir vers 16 heure le 15 octobre 1987
Homme intègre visionnaire patriote sincère croyant que les peuples africains doivent prendre leur responsabilité vis-à-vis de l’histoire de la colonisation et de la traite des negres noirs humiliante , a travers leurs indépendance devront agir construire le développement de l’Afrique en comptant sur leur propres forces et ressources naturelles pour promouvoir un développement durable inclusif basé en particulier sur la satisfaction des besoins de la classe la plus jeune qui represente plus de 65 % de nos populations africaines
Son slogan martelais que l’Afrique devrait compter tout d’abord sur ses potentialités et freiner l’impérialisme occidental qui consiste au pillage de nos ressources naturelles et de l’exploitation de l’Afrique en général
Il a susciter en quatre un grand espoir pour le peuple voltaïque et africain panafricaniste il a su donner l’espoir aux jeunes qui souffraient de la mal gouvernance par ses prédécesseurs qui étaient animés par le souci d’enrichissement illicite au détriment des larges masse populaires le peuple le manque d’équité dans la justice qui lui a permis d’instaurer les tribunaux populaires de la révolution pour juger publiquement les crimes économiques et sanguin orchestrer par le peuple
Il rebaptisa le Burkina Faso ex haute volta en pays des hommes intègres et dignes de respect a travers le Burkina Faso qui signifie « la patrie des hommes intègres et dignes de respect »
Il émerveilla le monde entier a travers son sang-froid et la réclamation du respect d’un pays en tant que état souverain comme les autres pays développés comme la France il accueillant François Mitterrand en lui disant bien venue en terre libre et intègre du Burkina Faso
Il arriva en France au cours d’un de ses voyages et il fut accueilli par guy penne un de ses opposant s il refusa le déjeuner qu’on lui a offert après cela.
En parlant dette africaine il a fait le discours en disant que nous pouvons pas payer la dette car ceux qui l’on contracté s étaient les colons le colonisateur et que si nous payons la dette les africains vont mourir après mais que si nous ne paierons pas l’européens ne va pas mourir et en conséquence comme les européens ne veulent pas la mort de l’Afrique , nous n’allons pas payer
Il dit aussi que l’esclave qui ne se bat pas qui s’apitoie sur son sort sans rien faire ni agir va mourir certainement esclave
Il aussi que son génie créateur libéré le peuple africain et voltaïque sont capable de construire les fondements matériels de leur avenir c’est pourquoi notre combat quotidien vise a débarrasser notre peuple de tous ceux qui l’on exploiter mépriser réprimer bâillonner, camarades malheur a ceux qui bâillonnent leur peuple, camarades la patrie ou la mort nous vaincrons
Il a instruit de produire et consommer burkinabè et la tenue officielle et était en pagne traditionnelle locale

Thomas Sankara est un homme politique anti-impérialiste, panafricaniste, et tiers – mondiste Burkinabè. il est né le 21 Décembre 1949 à YAKO en haute volta et mort assassiné le 15 octobre 1987 Ouagadougou au Burkina Faso
Il incarne et dirige la révolution Burkinabè du 4 Aout 1983 jusqu’à son assassinat lors d’un coup d’état qui amène au pouvoir Blaise Compaoré le 15 octobre 1987. Il fait notamment changé le nom de haute volta nom issu de la colonisation en nom issu de la tradition africaine : Burkina faso qui est un moré et du dioula et signifie pays des hommes intègres . il conduit une politique d’affranchissement du peuple burkinabè.
Son gouvernement entreprend des réformes majeures pour combattre la corruption et améliorer l’éducation, l’agriculture et le statut des femmes.
Thomas Isidore Noel SANKARA est un peul – Mossi issu d’une famille catholique .son père est un ancien combattant et prisonnier de guerre de la seconde guerre mondiale. il fait ses études secondaires d’abord au lycée Ouezzin Coulibaly de Bobo DIOULASSO deuxième ville et capitale économique du Burkina Faso .puis a partir de la seconde jusqu’au baccalauréat à Ouagadougou ( capitale politique du Burkina Faso ), au PMK ( prytanée militaire du kadiogo ) il suit tout comme Blaise Compaoré une formation d’officier l’école militaire inter-armée de(EMIA ) de yaoundé
Au Cameroun puis a l’académie militaire d’Antsirabe a Madagascar, et devient en 1986 commandant du CNEC , le centre national d’entrainement commando , situé a po, dans la province du Nahouri , à 150 km au sud de la capitale. La même année, ils prennent part à un stage d’aguerrissement au Maroc. Ensemble, ils fondent le regroupement des officiers communistes (ROC) dont les autres membres les plus connus Henry zongo , Boukary KABORE , et jean baptiste Lingani .
En septembre 1981, il devient secrétaire d’état à l’information dans le gouvernement du colonel saye zerbo . il démissionne le 21 avril 1982 déclarant « malheur a ceux qui bâillonnent le peuple »
Le 7 novembre 1982 un nouveau coup d’état porte au pouvoir le médecin militaire jean baptiste Ouédraogo Sankar devient premier ministre en janvier 1983, mais il est limogé et mis aux arrets le 17 mai , apres une visite de Guy penne , conseiller de du président de France François Mitterrand .le lin entre la visite de Guy penne et l’arrestation de Sankara reste sujet a controverse , même si les soupcons d’une intervention française restent forts .
Un nouveau coup d’état le 4 Aout 1983, Place Thomas Sankara à la présidence du conseil national de la révolution . il définit son programme comme anti impérialiste, en particulier dans son discours d’orientation politique », écrit par Somé Valère . Son gouvernement retire aux chefs traditionnels les pouvoir féodaux qu’ils continuaient d’exercer. il crée les CDR comité de défense de la révolution qui auront toutes fois tendance a se comporter en milice révolutionnaire faisant parfois régner une terreur peu conforme aux objectifs de lutte contre la corruption .

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés