Accueil > ... > Forum 1410504

Procès du putsch de 2015 : « Le lieutenant Limon a réussi la prouesse de nous éloigner du sujet », Me Somé de la partie civile

11 septembre 2018, 12:23, par Nakibur

Norbert ZONGO, Ernest ZONGO, Blaise ILBOUDO et Abdoulaye dit Ablassé NIKIEMA ont été
assassinés le 13 décembre 1998 à sept kilomètres de Sapouy (province du Ziro), à une centaine de
kilomètres de Ouagadougou.
- cet assassinat visait principalement Norbert ZONGO, alias Henri SEBGO, 49 ans, directeur de
publication de l’hebdomadaire L’Indépendant et président de la Société Editeurs de la Presse Privée
(SEP). Ses trois compagnons ont été tués, pour ne pas laisser de témoins gênants vivants.
- Norbert ZONGO et ses compagnons ont été assassinés par plusieurs personnes (au moins trois). Ils
ont été abattus au moyen d’un revolver 38 spécial et de fusils calibre 12 semi-automatique dont l’un
de marque Valtro.
- concernant les mobiles de ce quadruple meurtre, la Commission d’Enquête Indépendante pense qu’il
faut les chercher du côté des enquêtes menées depuis des années par le journaliste, et notamment
sur ses récentes investigations concernant la mort de David OUEDRAOGO, le chauffeur de François
COMPAORE, conseiller à la Présidence.
- Norbert ZONGO a été assassiné pour des motifs purement politiques parce qu’il pratiquait un
journalisme engagé d’investigation. Il défendait un idéal démocratique et avait pris l’engagement, avec
son journal, de lutter pour le respect des droits de l’homme et la justice, et contre la mauvaise gestion
de la chose publique et l’impunité.
- en ce qui concerne les auteurs du crime, la Commission d’Enquête Indépendante ne dispose pas de
preuves formelles permettant de les désigner. Elle a cependant relevé des contradictions et des
incohérences dans les auditions d’un certain nombre de personnes suspectées en relation avec leur
emploi du temps du 13 décembre 1998, notamment le soldat Christophe KOMBACERE, le soldat
Ousseini YARO, le caporal Wampasba NACOULMA, le sergent Banagoulo YARO, le sergent Edmond
KOAMA et l’adjudant Marcel KAFANDO du Régiment de sécurité présidentielle (R.S.P.).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés