Accueil > ... > Forum 1375527

Code électoral révisé : La vie des Burkinabè est en danger, selon l’opposition politique

1er août 2018, 15:03, par Ka

Ici je m’adresse aux internautes SOULY, Yelmingaan saa Hien, et autres, les ennemis de l’alternance politique de notre pays voulu par le peuple. Il faut bien que vous sachiez que les disciples du CFOP à un don certain pour monter en épingle avec des petits riens et en faire des événements d’envergure planétaire.

En fait, notre opposition qui devait être un avocat redoutable du peuple contre les imparfaits de la majorité comme en 2014-2015, ne sait plus s’opposer de nos jours. Dans son esprit, s’opposer, c’est mener des actions violentes et illégales. Rien de constructif. Une opposition comme ça, ça ne sert à rien, il vaut mieux qu’elle reste "amorphe" dans son coin plutôt que de mener des actions qui nuisent systématiquement à son pays.

Avec cette sortie de façon incompétente contre la suppression d’une carte Consulaire a problème pour les élections crédibles et transparente, par ce que la biométrie de cette carte n’est pas généralisée, le peuple a 60% pense que notre opposition, quoique le régime Kaboré fait pour le pays, aucune bonne action de ce régime ne trouvera grâce aux yeux des opposants revanchards. Et si mon ami Kôrô Yamyélé est le même que je connais avec sa vérité qui perce les cœurs faibles, ne me dira pas le contraire. Je ne soutiens pas les individus du régime Kaboré qui favorisent les amis et familles par le pouvoir loin de là, mais quand ils favorisent des actions qui vont pour l’avancer de notre pays comme cette suppression de la carte Consulaire a problème je les soutiens.

J’accuse les députés revanchards de l’opposition de quitter l’A.N : Quand on joue la stratégie de la chaise vide et qu’on boycotte systématiquement un vote pour un objectif qu’on considère dangereux pour le pays, il ne faut pas se plaindre qu’on soit exclu ou qu’on met le pays en danger. En quittant l’A.N avec prétention cette stratégie stupide mène à l’absence totale de grands électeurs qui pouvait faire la différence avec la majorité, et accepté par le peuple souverain qui jouisse de sa jeune démocratie. Une opposition qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui veut les faire taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir d’atteindre son objectif ni accédé au fauteuil présidentiel.

Et je dis ici aux deux internautes bornés, ‘’’’ce n’est pas avec les obséquieuses louanges et les cirages de pompes à tout va qu’on progresse, mais par des analyses objectives et indépendantes, quitte à ce qu’elles soient désagréables à entendre.’’’’’ On est (du moins en théorie) dans des démocraties modernes, on n’est plus dans des régimes de monarchie absolue de droit divin, où prévalait le crime de lèse-majesté, prétexte à toutes sortes d’agissements arbitraires. Le meilleur allié du dirigeant actuel (moderne, qui a de l’envergure et qui veut aller de l’avant...), c’est la critique, l’écoute oreilles grandes ouvertes tous azimuts, ce n’est pas la flatterie d’un aréopage de porte-cotons. Je demande ici a Zépherin Diabré dont je porte tout mon respect, qu’il doit rester avisé comme en 2014, et pour cela, il doit relire La Fontaine (s’il ne le connaît pas par cœur), à commencer par "Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute.

Ce qui caractérise la politique de notre opposition fantôme de 2018, c’est le vide idéologique insondable, qui laisse place aux pratiques les plus douteuses : tribalisme, banditisme, revanche, mafias, autocélébration, autosatisfaction... et impunité totale organisée.

Cette opposition doit mettre dans son crane de charbon, que le peuple Burkinabé après les crimes gratuits et la corruption à ciel ouvert de l’introverti Blaise Compaoré, ce peuple a repris a deux mains sa culture de méfiance, et sans cette culture de méfiance ce peuple était sans âme. Ce que je peux dire à notre opposition pour conclure, c’est que ses actions se caractérisent par l’absence de culture politique. La plupart des personnalités assied sur la photo de l’analyse pertinente d’Oumar Ouédraogo, certains ne sont pas, ou n’étaient pas des militants politiques engagées, mais des cadres recrutés par les responsables des micros parti pour saboter l’alternance politique voulu par le peuple Burkinabé. Le militantisme n’est pas spontané, mais un engagement, comme Kôrô Yamyélé et moi l’étions dans les années 1990. Il n’existe pas de générations spontanées.

Aux deux internautes bornés, mon ami Kôrô Yamyélé s’exprime avec son ami Ka comme il s’exprime avec ses lecteurs depuis plus de dix ans sur le forum. En passant je remercie a mon frère en Christ Achille de Tapsoba le Bobolais, pour son auto critique pertinente et clairvoyante. Ka farouche partisan de l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés