Accueil > ... > Forum 5264

> Développement : "L’Afrique, une mère qui vomit ses enfants"

29 avril 2006, 00:49

L’analyse de l’article est pertinente. Cela montre qu’il y a beaucoup d’africains qui réflechissent sur l’avenir à long terme de notre continent. C’est très positif.
Je suis tout à fait d’accord avec l’intervenant qui dit qu’il faut former des gens capables, des cadres, une élite africaine.
Mais je dois ajouter que l’autre problème de l’Afrique c’est la fuite des cervaux ; car le continent produit des hommes et des femmes très à la hauteurs et inovant dans beaucoup de domaines:informatiques, médecine, la recherche,... Mais que constate-t-on ? ils s’en vont tous en Europes et aux Etats-Unis laissant l’Afrique dans la pénurie...
Pourquoi partent-ils ? A mon avis l’instabilité politique, les mauvaises conditions économiques qui s’en suivent, sont autant d’éléments incitant à la fuite.
Comme on l’a déjà dit, la bonne gouvernance, c’est le point de départ pour notre développement. Car, quand nos fameux gouvernants se remplissent les poches au détriment des populations, les fameux bailleurs de fond (qui sont très malins !) et leurs aides au développement profitent de cette situation, de ce desordre dans la gestion des finances. Ce (le peu) qu’ils ’’donnent’’ d’une main, l’autre main le reprend mais au centuple ! Une vraie spoliation. Pire ! Parfois ils nous apporte le malheur en nous vendant leurs armes (la destabilisation ; diviser pour bien régner) pour que le chaos règent encore et toujours. le documentaire intitulé le "cauchemar de Darwin" diffusé sur la chaîne ARTE m’a stupéfait... (Mais je me suis demandé les intentions -les arrière pensées- de celui qui a fait ce documentaire et le but de sa diffusion. Je me méfie de l’homme blanc et je doute qu’il ait toujours de bonnes intentions pour l’Afrque... soit).

Pour revenir à la bonne gouvernance, elle ne doit pas nous être dictée par les occidentaux. C’est nous même, Africains, qui savons de quoi on a besoin et les moyens à mettre en oeuvre pour atteindre nos objectis. Et si on a beson d’aide (c’est indéniable) de l’extérieur, il faut qu’ils nous aident comme nous le souhaitons, pas comme eux le souhaitent (et le conçoivent ; la colonisation est fini !).

Par ailleurs, les africains doivent se réapproprier leur Histoire. Car, qu’a fait la colonisation ? Une aliénation des gens, un anéantissement de notre mémoire, de notre passé.
On a besoin d’une Histoire écrite par les africains, lue par les africains, interprétée par les africains pour les africains ; pas d’une ’’histoire’’ truffée de mensonges, ocultant la vérité historique et cachant des preuves archéologiques quand celles-ci démontrent l’ingéniosité et les inovations qu’ont apportées les civisations africaines à l’humanité entière. Car l’histoire qui est enseignée aux écoliers et élèves dans certains pays africains (la plupart), est une histoire dont le but "caché’’ est de glorifier (de la part des africains) la civilisation occidentale et partant de justifer, à l’aventage de l’homme blanc, toutes les atrocités et tous les ravages que celui-ci a causés à nos peuples.

On ne pourra pas s’épanouir économiquement et culturellement et artistiquement en déniant notre passé. Le fait de vouloir se développer en mettan entre parenthèse notre propre Histoire, c’est comme vouloir construire une mais sans fondations ou sur du sable ou encore, comme l’a déjà dit quelqu’un construire en commencant par le toit !! Il ne faut pas brûler les étapes à vouloir ressembler à l’Occident à tot prix. Si nous faisons tout dans la précipitation, on commettra des erreurs aux conséquences lourdes. L’homme occidental (très futé) adorerait ça (entre temps il profite du chaos qu’il a introduit par la colonisation, pour tout piller. Il faut sérieusement qu’on se réveille).

Amin Malouf (écrivain libanais) a écrit :"l’Occident ne veut pas qu’on lui ressemble, il veut qu’on l’obéissent." Je répondrais qu’en voulant nous développer, on n’a pas nécessairement l’intention de ressembler à l’Occident. VOULOIR NOUS DEVELOPPER EST NOTRE DROIT ;comme l’a rappelé un intervenant, développement n’est pas égal gratte-ciel, nombre de voitures sur les routes, etc. Tout peuple sur terre, donc les africains aussi, aspire au bien-être et au bonheur ; à l’auto-suffisance alimentaire.

En parlant de revoir notre Histoire, cela ne veut pas dire qu’on doit tous nous transformer en chercheurs en histoire, que toute notre attention doit être portée à l’histoire de l’Afrique. Non. Chacun doit oeuvrer dans son domaine ; l’histoire aux historiens et les mathématiques aux mathématiciens. On n’a pas tous la même vocation, on ne va pas tous faire la même chose. Au contraire, le développement concerne tous les domaines mais en étant FIERS de notre passé et de nos encêtres.

Un proverbe africain :’’ aussi longtemps que les lions n’aurons pas leur (s) propre(s) conteurs, les histoires de chasse tourneront à l’aventage du chasseur’’
Je trouve qu’il s’applique bien à la situation que connaît l’Afrique depuis que l’homme blanc s’y est introduit.

Jeunes africains (j’en suis un) lisez les ouvrages d’historiens africains qui n’ont pas peur d’en être (il y en a qui ont honte, qui sont aliénés jusqu’aux os et caressent le blanc dans le sens du poil). Je vous conseille de lire Cheik Anta Diop. Consultez aussi des sites internet comme : africamaat.com

N.H.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés