Accueil > ... > Forum 2074988

Burkina : Vers l’adoption du nouveau référentiel de développement

26 mai 2021, 16:25, par Africa

Je me suis toujours posé la question de savoir pourquoi depuis belle lurette, l’Exécutif du Burkina a suprimé le ministère du plan et du développement dans l’architecture gouvernementale.
Et pourtant, ce ministère avait permis au pays d’élaborer et de mettre en oeuvre avec efficacité différents plans cinquinnaux de développement sous-tendus par des plans stratégiques mis à jour périodiquement par les diffèrents régimes qui se sont succédés, en particulier sous la Révolution d’Août 1983 avec son approche participative sous forme de programme populaire de développement (PPD).
Pourquoi donc avoir supprimé ce ministère et en faire une simple direction rattachée au ministère de l’Economie et des finances depuis le Ministre Lucien Marie-Noel Bembamba sous le magistère du président Blaise Compaoré ?
Je pense que l’actuel Premier Ministre, qui a une expérience avérée dans ce domaine, pour avoir longtemps servi dans cet ex-ministère hautement stratégique, devrait proposer au Président du Faso, lui-même économiste avant tout, de remettre ce minitère dans l’architecture gouvernementale. Il faut que notre opinion nationale n’apprécie pas l’utilité d’un tel département ministériel que sous l’angle budgétivore, mais plutôt sous l’angle de gain en efficacité des investissements publics.
Si ce ministère existait, le Refèrentiel National de Développement (RND) s’inscrirait dans une vision globale à court, moyen et long termes d’aménagement du territoire afin d’optimiser les investissements publics en les mettant en cohèrence. De plus, l’on éviterait de concentrer les investissement dans quelques contrées du pays au détriment des autres. Le cas de l’Est du pays est là pour l’attester ; la route nationale Ouaga-Fada-Kantchari-frontière du Niger est à l’abandon à partir de son tronçon traversant le territoire du Gulmu. Je ne suis pas du Gulmu, il faut le souligner, mais je soutiens l’indignation de ses ressortissants qui constatent que cette route stratégique du pays est à l’abandon sans que cela ne soit un choix délibéré, mais résultant d’un manque de planification maìtrisée de l’aménagement du territoire selon des priorités bien définies.
On l’a vu lors du discours du PM sur l’état de la nation ; lorsque les honorables députés de tout bord, reclament leur part en matière de refection ou de construction de routes dans leurs circonscriptions, le PM a tout simplement demandé de se reférer au ministre en charge des infrastructures qui ne lui a soumis qu’un catelogue de projets dont personne ne sait sur quels critères ces projets ont été selectionnés.
En conclusion, je dirai que, même si le RND est déjà adopté, il est utile de recréer ce grand ministère qui en assurera le suivi-évalution et qui reprendra la main sur la planification nationale et le développement harmonieux à travers le pays. Cela concourt aussi à affermir le vivre ensemble dans l’équité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés