Accueil > ... > Forum 2073970

Crise politique au Mali : La CEDEAO et l’UA demandent « une libération immédiate et sans conditions » des autorités

25 mai, 17:20, par Sidpawalemde Sebgo

Que d’agitation pour si peu... La jurisprudence Tchadienne de l’Union Africaine donne pourtant la feuille de route :

1) La crise sécuritaire justifie une "reprise en main musclée" du pays, donc la militarisation n’est pas un mal (dixit Félix Tchisekedi de la RDC concernant le Tchad). Il convient donc de "prendre acte" selon l’expression d’Emmanuel Macron.

2) Ni la junte, ni le pays ne doivent être sanctionnés. Ils doivent être "accompagnés" jusqu’à la fin de la transition. (Conseil de paix et de sécurité de l’UA concernant le Tchad). Il faudrait aussi garantir "la stabilité et la sécurité" du Mali comme Macron a garanti celle du Tchad.

3) Eux au moins, contrairement à Idriss Déby junior, n’ont pas prévu que la transition soit "renouvelable", ni que les putschistes puissent être candidats. Ils n’ont pas non plus fait de morts civils au nom du "maintien de l’ordre". Il n’est donc pas nécessaire de leur demander de la "retenue", ni de limiter la durée de la transition, ni de s’abstenir d’être candidats.

Conclusion : Aucune agitation diplomatique, aucune menace de sanction n’est crédible ni de la part ni de l’Union Africaine, ni de l’Union Européenne, encore moins de la France.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés