Actualités :: Élections de 2020 au Burkina : Une coordination d’OSC insiste sur l’audit du (...)

Ceci est un communiqué de la Coordination nationale des OSC pour la patrie (COP) sur le fichier électoral. Pour ce groupe d’organisations de la société civile, « il n’existe pas un fichier d’Etat civil fiable pour comparer le fichier [électoral] », d’où la nécessité de faire l’audit. Lisez plutôt !

Elections de 2020 : Déclaration de la Coordination Nationale des OSC pour la Patrie (COP) sur le fichier électoral.
Quel audit pour le fichier électoral ?

La question de l’audit du fichier électoral doit dès à présent être au centre de nos réflexions. Que nous soyons des OSC, des partis politiques ou de simples citoyens, nous devons tous êtres alertes sur toutes les questions importantes qui peuvent entachées à la régularité et à la transparence des scrutins à venir. A notre sens, l’audit tant souhaité par la CENI et les acteurs consciencieux et probes de la scène politique doit revêtir un caractère consensuel au niveau national, avec l’appui d’organismes internationaux .

Le fichier électoral est actuellement "en phase de Laboratoire " et la CENI s’affairerait à le rendre le plus potable possible en attendant un audit plus poussé. Au stade actuel des choses, on parle d’un audit qui sera confiée à la CEDEAO et à l’organisation internationale de la Francophonie. Subsidiairement, les partis politiques pourront designer des ingénieurs-informaticiens pour y prendre part.

Nous disons que c’est bien d’essayer mais c’est pas arrivé. Ce fichier est sans aucun doute entaché d’irrégularités flagrantes et cachées, si bien qu’un audit qui se veut crédible doit aussi concerner les acteurs politiques et les acteurs de la société civile.

Nous estimons que la Francophonie et la CEDEAO ne sont pas plus qualifiées en impartialité que les nations unies et de l’Union Européenne . L’implication de la communauté internationale dans son ensemble est requis, d’autant plus que la situation nationale nous démontre clairement qu’une crise post-électorale se couve sous les feux incandescents de la crise sécuritaire et des grognes sociales.

Alors, il est plus que jamais urgent que les donneurs d’ordres au niveau international ; que les organisations qui sont alertes à s’ériger en pompiers quand les pays sont à feu et à sang(Cas de la Cote d’Ivoire en 2011, du Mali en 2020 et bien d’autres),s’autosaisissent de ce dossier. Il faudrait qu’aucune contestation ne naisse simplement parce que tel ou tel autre camp politique refuse d’admettre des résultats obtenus sur la base d’un fichier électoral non consensuel. On connaît les suites, et nous ne souhaitons pas que le pays en arrive là.

Les morts du fichier.

Selon la CENI elle-même, les morts dont les noms figurent toujours dans le fichier électoral constituent un sérieux problème. Il s’agit d’une préoccupation que l’institution a fréquemment énoncée. Malheureusement, personne ne semble s’en préoccuper.Trois cent mille 300 milles morts (au bas mot) dans le fichier, c’est assez grave pour qu’on s’y intéresse avec énergie et parcimonie. L’opposition et la société civile doivent s’y investir.

Il faut s’en préoccuper et militer en faveur de l’approche communautaire (pourquoi pas ?) comme proposée par la Commission électorale, d’autant plus qu’il n’existe pas un fichier d’état civil fiable pour comparer le fichier.C’est à dire :

- en ce qui conserne les villages,en affichant les listes électorales sous la responsabilité des personnes ressources, on peut indiquer les personnes décédés.Ensuite, on rentre en contact avec les familles pour valider.Un proces verbal est donc dressé et, la radiation des personnes décédées est realisée.
- quant aux secteurs, il suffit de consulter le fichier de l’etat des déces de la commune ou de l’arrondissement et les personnes décédées sont détectées et le problème est aussi reglé.

‘’Mieux vaut prévenir que guérir’’, tel est donc notre message pour ce qui concerne le fichier électoral . Nous tenons aussi à avertir le pouvoir et ses alliés , qui s’échinent à valider un ficher torturé à souhait, que nous ne resterons pas les bras croisés si des débâcles venaient à entacher la qualité des scrutins.Tous les acteurs y compris la communauté internationale sont donc prevenus.

Ouagadougou le,16 août 2020
Pour la COP :
Pascal ZAIDA du CED
Marcel TANKOANO du M21

Dori : Le Premier ministre échange avec les forces vives (...)
Liberté provisoire de Jean Claude Bouda : "Cela nous (...)
Burkina : Pascal Zaida et Marcel Tankoano alertent sur (...)
Justice : Jean Claude Bouda en liberté provisoire, 5 (...)
Réconciliation nationale : « Pourquoi avoir une haine au (...)
Roch Kaboré et la Réconciliation nationale : Le Mouvement (...)
UPC : Le Poé Naaba a démissionné
Assemblée nationale : La 7e Législature rend hommage à (...)
Burkina Faso : « Il faut une réconciliation au niveau de (...)
« Roch Kaboré a réhabilité Thomas Sankara sur tous les (...)
Législatives 2020 : Le tribunal administratif invalide (...)
Politique : L’Alliance pour la défense de la patrie veut (...)
Promesse de réconciliation nationale de Roch Kaboré : « (...)
Affaire Sankara : Ça avance au Burkina, ça traine en (...)
Volonté du président Roch Kabore à aller à la réconciliation :
Législatives de 2020 au Burkina : Le tribunal (...)
Elections législatives 2020 au Burkina : Le NDI coache (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina : L’UPC forme ses (...)
Recours contre des articles modificatifs du code (...)
Elections de 2020 au Burkina : Des journalistes à (...)
Réconciliation nationale : « Nous allons régler la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10668

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés