Actualités :: Burkina : la Coalition centriste pour la paix recommande des assises (...)

La Coalition centriste pour la paix des partis et formations politiques (CCP) constate, dans cette déclaration, qu’après plus d’un an de gestion du pouvoir d’Etat par le MPSR II, des interrogations apparaissent quant à l’efficacité du modèle de gouvernance emprunté. La CCP recommande donc un diagnostic sans complaisance de la situation et souhaite une réorientation de la gouvernance vers l’inclusion de toutes les couches sensibles du pays. Pour cela, elle suggère des assises nationales inclusives sur la situation et l’avenir de la nation burkinabè.

DECLARATION N°05/2024 DE LA COALITION CENTRISTE POUR LA PAIX DES PARTIS ET FORMATIONS POLITIQUES (CCP) SUR LA SITUATION NATIONALE

Peuple et amis du Burkina Faso
Citoyennes et citoyens burkinabè, femmes et jeunes, salariés du public et du privé ;

Depuis les indépendances et après l’insurrection du 03 janvier 1966, notre pays, le Burkina Faso, se retrouve dans une situation politique et sociale instable jalonnée de crises socio politiques, sécuritaires, humanitaires, économiques et sociales assez difficile pour les populations dont les conséquences ont fini par transformer négativement les communautés, les femmes, la jeunesse et surtout la nation entière en terme de comportement et pressentiments.

C’est ainsi qu’avec l’avènement du MPSR2, en octobre 2022, beaucoup de Burkinabè, en quête de solutions de sortie de crises sécuritaire et humanitaire, avaient fondé beaucoup d’espoir. Mais, après plus de douze mois (12) mois de gestion du pouvoir d’Etat, plusieurs interrogations légitimes sont soulevées à tous les niveaux quant à l’efficacité du modèle de gouvernance emprunté et des perspectives pour une nation burkinabè apaisée, réconciliée et résiliente.

Face à cette situation, la Coalition Centriste pour la Paix des partis et formations politiques (CCP) en appelle à la responsabilité des dirigeants pour la recherche de solutions optimales devant permettre de ramener la paix, la cohésion sociale, le vivre ensemble et la sécurité au Burkina Faso.

En effet, sur le plan politique, il serait souhaitable que toutes franges de la population y compris les organisations de la société civile et les partis politiques puissent participer davantage à l’effort de paix et à la recherche de solutions durables pour un Burkina Faso apaisé.

Sur le plan sécuritaire, malgré les efforts réels, en termes d’équipement, de mobilisation de combattants en nombre et de réformes stratégiques et tactiques, force est de reconnaitre que les groupes armés terroristes (GAT) continuent d’inquiéter nos populations.

Sur le plan humanitaire, des millions de personnes déplacées internes (PDI) ont abandonné leurs localités d’origines et plusieurs localités restent inaccessibles du fait de blocus orchestré par des groupes armés terroristes avec pour répercussions les problèmes humanitaires préoccupants de ravitaillement en produits et biens de premières nécessités.

Sur le plan économique, les effets et impacts de la situation sécuritaire sont désastreux sur les personnes physiques et morales, malgré les efforts du gouvernement de maintenir à flot notre économie.

Sur le plan social, les autorités coutumières et religieuses ainsi que les leaders d’opinion dans leur ensemble ont du mal à promouvoir la cohésion sociale et le vivre ensemble du fait du climat délétère fait de suspicion, de méfiance et d’hypocrisie qui règne dans les diverses localités d’une part et de la catégorisation des citoyens en sobriquets de patriotes, d’apatrides, d’ennemis, de vendus, de complices, etc. d’autre part.

Pour la CCP, l’espoir que la situation globale s’améliore favorablement au grand bonheur des populations urbains et rurales est conditionné par un diagnostic sans complaisance de la situation sociopolitique actuelle et une réorientation de la gouvernance vers l’inclusion de toutes les couches sensibles de la cité sans distinction.

C’est pour cette raison que la Coalition Centriste pour la Paix recommande des assises nationales inclusives sur la situation et l’avenir de la nation burkinabè pour espérer recadrer les choses et permettre aux burkinabè de se parler et de trouver ensemble les solutions endogènes à leurs problèmes.

Citoyennes et citoyens burkinabè

La Coalition Centriste pour la Paix tient à rappeler aux autorités actuelles de tenir compte de certains aspects du tissu social fragilisé de notre pays dans la conduite des affaires de l’Etat, dans les prises de décisions afin de préserver la cohésion sociale, le vivre ensemble et la paix.

Nonobstant, les efforts fournis et constatés sur le terrain, la CCP souhaiterait qu’il ait plus de libertés d’expressions pour tous, dans le respect des principes et valeurs de la communauté nationale. En tout état de cause, la Coalition invite le Président de la Transition à revisiter le fonctionnement des institutions de notre Etat, à servir de garant aux libertés individuelles et collectives et à user de toutes ses prérogatives pour faire libérer les personnes civiles et militaires privées de libertés toutes choses qui constituent des facteurs de cohésion sociale et de paix.

Pour la Coalition Centriste pour la Paix (CCP), la lutte pour l’éradication complète de l’hydre terroriste peut se conjuguer avec la recherche de la réconciliation et de la cohésion sociale. Pour ce faire, la Coalition Centriste pour la Paix (CCP), encourage le renforcement des initiatives y afférentes en plus de celles relatives aux soutiens apportés aux forces combattantes sur le terrain.

La CCP reste solidaire et félicite les efforts et prouesses de nos Forces de défense et de sécurité (FDS) et nos Volontaires pour la Défense de la Patries (VDP) sur le théâtre des opérations ; dans la recherche de la paix et de la tranquillité ; gage de tout développement économique et social et d’un retour à l’ordre constitutionnel normal.

En dépit des difficultés auxquelles fait face le pays, la Coalition invite le peuple burkinabè à ne pas désespérer de la situation actuelle de la nation et invite toutes les filles et tous les fils à une rétrospection profonde et à porter les actions de réconciliation, de cohésion sociale, de vivre ensemble et de paix, pour le grand bonheur de toute la communauté nationale.

En outre, la Coalition Centriste pour la Paix salue le rapprochement entre les autorités militaires et sécuritaires du Burkina Faso et celles de la Côte d’Ivoire, dans un contexte de montée des tensions aux frontières. Elle espère que les bonnes relations de coopération qui existaient seront renouées au grand bonheur des peuples burkinabè et ivoiriens.

La Coalition Centriste pour la Paix invite les autorités de la transition, notamment le Président du Faso, le Gouvernement et l’Assemblée Législative de Transition (ALT) à faire une évaluation objective de la charte de la transition et à en tirer tous les enseignements, dans l’objectif d’éviter les écueils susceptibles de compromettre certains fondamentaux de notre Etat.

Vive le Burkina Faso
Vive la cohésion sociale, le vivre ensemble et la Paix
Vive la Coalition Centriste pour la Paix
Fait à Ouagadougou, le 26 avril 2024

Le Coordonnateur National

El Hadj Lamine Mahamadi KOUANDA
Commandeur de l’Ordre national

Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"
Burkina : Un ancien leader politique saisit le Conseil (...)
Burkina : De plain-pied dans les pratiques politiques, (...)
Burkina : Le ministre Émile Zerbo de la Sécurité affiche (...)
Burkina : Il faut désormais dire "Président du Faso, chef (...)
Burkina : Le Socle citoyen pour la libération (SOCL) (...)
Relations AES-CEDEAO : « Je t’aime, moi non plus, doit (...)
Burkina : Affaires « lieutenant-colonel Somda Evrard, (...)
Burkina : Les conditions de « libération » et de « (...)
"Reprise" de Me Guy Hervé Kam : « Il a même demandé à (...)
Burkina : « De ce que nous savons aussi du lieutenant-colonel
Affaire "Me Guy Hervé Kam" : « Nous craignons pour la (...)
Conclusions Assises nationales : "Nul doute qu’avec la (...)
Me Guy Hervé Kam : Globalement, son état de santé va (...)
Burkina/Assises nationales du 25 mai 2024 : IB et la (...)
Affaire Guy Hervé Kam : Le mouvement SENS dénonce un (...)
Burkina : Des citoyens expriment leurs attentes pour (...)
Burkina/Assises nationales : « Une fenêtre d’opportunités à
Burkina/Assises nationales : Vers le pire scénario pour (...)
Organisation d’élections : Le Mali à l’école du Burkina (...)
Burkina/Assises nationales : L’ex APMP conditionne sa (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12537


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés