Actualités :: Assemblée nationale : Le groupe parlementaire UPC fait le bilan de la (...)

Le groupe parlementaire de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), première force de l’opposition, a fait le point de la première session de l’année 2020 de l’Assemblée nationale. C’était à travers une conférence de presse animée le vendredi 17 juillet 2020 à Ouagadougou. Au cours de cette sortie, les députés sont revenus sur l’actualité relative à la recommandation de report des législatives qui ressort du rapport de l’institution.

L’année 2020 a été abordée par une session extraordinaire du 9 au 23 janvier au cours de laquelle, les députés ont planché sur la loi portant prorogation de l’état d’urgence, la loi portant institution de volontaires pour la défense de la Patrie ; celle portant fixation de quota et modalités de positionnement des candidatures ou des candidats aux élections législatives et municipales et la loi portant modification du code électoral.

« Sur l’ensemble de ces lois, le groupe parlementaire UPC a voté Oui, à l’exception de la loi d’habilitation où il estime entre autres arguments, que l’exécutif abuse des droits exceptionnels, mais aussi que cette situation participe de la mauvaise gouvernance », a rappelé le président du groupe parlementaire, Justin Compaoré.

A l’issue des travaux de la première session extraordinaire, le groupe parlementaire Union Pour le Changement (UPC) s’est montré favorable sur ces différents projets cités ci-dessus. Aussi, vue les difficultés rencontrées par l’Assemblée nationale au niveau des opérateurs de téléphonie-mobile en terme de qualité et surtout sur la promotion de l’immobilier au Burkina, deux solutions ont été préconisées pour pallier ces problèmes. Il s’agit de la création d’une commission d’enquête sur le système de téléphonie-mobile et la création d’une commission d’enquête de la promotion immobilière au Burkina.

Selon le député Justin Compaoré (au micro), il n’y a aucun problème entre la direction politique du parti et les députés du parti par rapport au rapport parlementaire dans lequel figure la proposition de report des législatives

La première session a été marquée par la crise sanitaire du COVID-19 et la déclaration sur la situation de la nation livrée le 19 mai par le Premier ministre. Elle a aussi enregistré l’examen de 24 projets de loi, dont 23 ratifications et un projet de loi portant création du Tribunal de grande instance de Ouaga II. Le groupe parlementaire a donné son accord pour toutes ces lois, affirme le député Justin Compaoré.

Sitôt la première session refermée le 29 mai qu’une deuxième session extraordinaire s’est ouverte le 29 juin (elle est toujours en cours). Selon les conférenciers, elle a permis d’examiner d’importants projets de loi, mais aussi de faire des restitutions de plusieurs rapports de missions initiées par l’Assemblée nationale, dont celui portant sur les sorties de la délégation parlementaire dans les cinq régions du pays (Est, Nord, Sahel, Centre-nord et Boucle du Mouhoun).

Justin Compaoré entouré d’Henriette Zoumbaré (à droite) et de Moussa Zerbo

Sur ce rapport qui a fait 19 recommandations, dont celle relative au découplage (report) des législatives de la présidentielle, Justin Compaoré a tenu à clarifier que le groupe parlementaire de l’UPC « n’a jamais demandé un ‘’lenga’’ (un bonus, ndlr) en ce qui concerne le mandat des députés ».

« L’Assemblée nationale a entamé un processus qui a abouti à l’adoption d’un rapport, faisant la synthèse de 19 recommandations et propositions issues des cinq régions fortement impactées par l’insécurité, notamment le terrorisme. L’adoption de ce rapport par l’Assemblée nationale a donné lieu à l’expression libre des opinions, parfois violente, sur la base de folles rumeurs pour certaines et sur la base d’informations vérifiées pour d’autres », explique M. Compaoré. Pour lui, l’adoption du rapport qui permet ainsi d’avoir un document de base de travail, est différent d’un acte de prolongation.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

O.L
Augustin Kahn (stagiaire)
Lefaso.net

Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville : Me (...)
Réconciliation nationale : « C’est le genre de mission où (...)
Ministère de l’Administration territoriale et de la (...)
Ministère de la Justice : Victoria Ouédraogo Kibora a (...)
Ministère de la Santé : Pr Charlemagne Ouédraogo prend les (...)
Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat : (...)
Ministère de l’Eau et l’Assainissement : Ousmane Nacro aux (...)
Ministère en charge des Burkinabè de l’extérieur : Maxime (...)
Gouvernement Dabiré II : Zéphirin Diabré a officiellement (...)
Reconfiguration politique burkinabè : Pourvu que ce ne (...)
« Le poste de Zéphirin Diabré est la synthèse parfaite des (...)
Ministère du Commerce : Louise Anne Go, la ministre (...)
Zéphirin Diabré dans le gouvernement : La NAFA marque son (...)
Burkina : Zéphirin Diabré tourne la page de l’opposition
Ministère de la Justice : Qui est Victoria Ouédraogo/Kibora,
Gouvernement Dabiré II : La difficile atteinte des 30% (...)
Primature : Christophe Dabiré parle de réconciliation et (...)
"Par leur vote, les Burkinabè ont décidé de ne plus voir (...)
Zéphirin Diabré entre au gouvernement pour réconcilier la (...)
Gouvernement Dabiré II : "Il s’agit du nouveau (...)
Les grandes priorités du gouvernement Dabiré II : La (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10794


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés