Actualités :: Burkina Faso : Le gouvernement fait le point de ses actions pour une (...)

La première session ordinaire de l’année, du Conseil des frontières s’est ouverte ce jeudi 21 mars 2024 à Ouagadougou. La cérémonie a été placée sous la présidence du Premier ministre Apollinaire Kyélèm de Tambèla. L’évènement s’est tenu en présence du ministre en charge de l’administration territoriale, Émile Zerbo et du ministre chargé de l’économie, Aboubakar Nacanabo. La présente session après celle de mars 2023, s’annonce être le cadre approprié pour dresser le bilan de la mise en œuvre des actions de gestion des frontières du Burkina Faso.

Cela fait dix ans que le gouvernement du Burkina Faso a mis en place un dispositif institutionnel pour une meilleure prise en charge des questions de gestion des frontières. Et ce, à travers la création de la Commission nationale des frontières en 2013 et l’adoption de la stratégie nationale de gestion des frontières en 2015 pour la période 2016-2025. L’objectif de ce référentiel était de corriger les disparités constatées dans les actions de développement en faveur des différentes localités du pays, a déclaré le ministre de l’administration territoriale, Émile Zerbo, prononçant le discours du Premier ministre.

Cependant, force est de constater que malgré les actions entreprises, les localités frontalières sont restées pendant longtemps des zones délaissées, favorisant une dégradation accrue de la situation sécuritaire dans le pays. Alors, examiner les différents axes de la stratégie nationale de gestion des frontières qu’a rappelés le ministre de l’administration territoriale, s’avère crucial pour en sortir les recommandations idoines, aux fins d’atteindre les résultats escomptés.

Le Premier ministre Apollinaire Kyélèm de Tambèla est le président du Conseil des frontières

Les axes de la stratégie nationale de gestion des frontières

En effet, Émile Zerbo a affirmé que l’objectif global poursuivi par la stratégie est de « contribuer à l’impulsion du développement socio-économique et culturel durable des espaces frontaliers dans un environnement de paix et de sécurité ». Il a aussi partagé avec l’assistance, les principaux axes que sont la maîtrise des limites territoriales du pays ; la sécurisation des frontières et des zones frontalières ; l’amélioration de la présence et de l’image de l’État dans les zones frontalières.

À cela s’ajoutent l’accompagnement et le renforcement de la coopération transfrontalière ; l’appui à la gestion intégrée des ressources naturelles partagées et des terres ; la réalisation d’infrastructures socio-économiques et culturelles et le renforcement des capacités des acteurs frontaliers.

La première session ordinaire de l’année, du Conseil des frontières est donc l’occasion pour les acteurs, en tant qu’organe de suivi et d’orientation, de se pencher sur l’état d’avancement des différents dossiers pendants en matière de matérialisation des frontières et de coopération transfrontalière. Cela, en vue de relever les insuffisances et les difficultés éventuelles pour prendre les mesures qui s’imposent.

« Le bilan est pour nous positif. Car nous suivons aujourd’hui tout ce qui se passe au niveau de nos frontières », Émile Zerbo, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité

L’objectif premier de l’AES

Selon le ministre en charge de l’administration territoriale, la présente rencontre se déroule dans un contexte particulier pour le Burkina Faso en quête de sa souveraineté à tout point de vue.

Pour lui, cette quête de souveraineté est matérialisée par des prises de décisions “fortes’’ dont le retrait de la CEDEAO et la création de l’Alliance des États du Sahel (AES) avec les pays frères du Mali et du Niger. « L’AES a été créée avec pour objectif premier : la restauration de la sécurité dans ces trois États, afin de booster le développement pour le bonheur de nos populations », a-t-il indiqué.

Les participants à la première session ordinaire 2024, du Conseil des frontières ont rendu hommage à la mémoire des forces combattantes tombées sur les champs de bataille

Saluant l’ensemble des acteurs et des partenaires techniques et financiers, qui durant ces huit années de mise en œuvre, ont contribué d’une manière ou d’une autre à l’atteinte de l’objectif visé, le porte-parole du chef du gouvernement, a invité à des échanges francs et constructifs. Il a souhaité qu’au sortir de cette session, de nouvelles orientations et des recommandations pertinentes soient formulées pour donner un souffle nouveau à la gestion des frontières.

En réunissant les acteurs clés impliqués dans la gestion des frontières et la promotion de la sécurité régionale, la première session ordinaire de l’année 2024 du Conseil des frontières à Ouagadougou, témoigne de l’engagement du gouvernement à travailler de concert avec ses pairs pour faire des espaces frontaliers des cadres aménagés et dynamiques où règnent paix et sécurité.

Hamed Nanéma
Lefaso.net

Burkina/Assises nationales : Le Mouvement patriotique (...)
Burkina/Assises nationales : La Marche pour la patrie (...)
Assises nationales : Le Réseau des Patriotes favorable à (...)
Burkina : La Présidence du Faso met en garde les (...)
Burkina/Assises nationales : Les dates des 25 et 26 mai (...)
15-Mai : Le capitaine Ibrahim Traoré invite les (...)
Burkina : Le Rassemblement pour le salut national (...)
Suspension des activités des partis politiques : "Il est (...)
Burkina : "L’histoire nous a fait chance en nous (...)
Bobo-Dioulasso : « La prolongation de la transition est (...)
Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara (...)
Meeting de soutien à la Transition : « Nous ne voulons (...)
Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa (...)
Burkina : « Chaque fois que les autorités de la (...)
Hommage à Pierre-Claver Damiba, l’homme qui savait ce (...)
Burkina : la Coalition centriste pour la paix (...)
Transition au Burkina : « Nous, les ‘’wayignans’’, (...)
Burkina/Conduite de la transition : Les députés de l’ALT (...)
Burkina : Les magistrats du parquet désormais nommés par (...)
Burkina : L’ALT examinera une proposition de loi pour (...)
Conseil des ministres : La SONABHY, le BUMIGEB et le (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12516


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés