Actualités :: Vie des institutions : Blondet rend visite au Conseil constitutionnel

L’ambassadeur de France, M. Francis Blondet termine sa visite aux institutions judiciaires burkinabè pour le Conseil constitutionnel. Lundi dernier, il s’est longuement entretenu avec M. Drissa Traoré, président du Conseil. Occasion de passer en revue la vie de l’institution, ses missions et réalisations et ses difficultés quotidiennes.

Fondamental ! C’est le mot lancé par Francis Blondet pour qualifier le rôle du Conseil constitutionnel dans le processus démocratique. "Fondamental dans l’Etat de droit, fondamental dans l’habitude que chacun doit prendre de s’en tenir au respect des libertés et des obligations", c’est pourquoi, outre l’aspect courtoisie de ces visites aux institutions républicaines du Burkina Faso, le premier représentant de la France au Burkina Faso promet : "En fonction des échéances ou des besoins, la France est là pour apporter sa contribution dans le cadre de notre coopération".

Le Conseil constitutionnel est l’institution chargée de veiller au respect de la constitution. En outre, il contrôle la régularité, la transparence et la sincérité du référendum, des élections présidentielles, législatives et locales, en étant juge du contentieux électoral.

Au égard de cette mission, M. Blondet s’est dit "bluffé" par "la capacité d’avancer, alors qu’on est en travaux, que tous les périmètres des prérogatives du Conseil ne sont pas encore fixés". L’ambassadeur estime que cette passion de travailler dans des conditions qui ne sont pas des plus parfaites, mérite d’être saluée.

Il faut donc à l’institution les moyens élémentaires pour travailler, et "ce n’est pas un luxe".

Les études architecturales pour le siège de l’institution devraient être effectives en 2007 - 2008, si tout va bien. En attendant, les bâtiments de l’ex-deuxième Chambre (Chambre des représentants) sont en pleine réfection. C’est là en effet que M. Traoré et les neuf (9) autres membres du Conseil constitutionnel tentant de remplir discrètement la tâche à eux confiée.

Sibiri SANOU
Sidwaya

Burkina Faso : Les chefs militaires apportent leur (...)
Burkina : « Il n’y a pas de raison que des gens meurent (...)
Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui (...)
Burkina : Damiba a posé sept conditions avant de rendre (...)
Burkina Faso : « La situation est sous contrôle », (...)
Situation trouble au Burkina : La CEDEAO soutient le (...)
Burkina : « Le pouvoir est banalisé et est devenu un jeu (...)
Dédougou : La population brise le silence et apporte son (...)
Dépolitisation de l’armée burkinabè : Le vœu cher d’un (...)
Soutien au coup d’État du 30 septembre au Burkina : La (...)
Situation trouble au Burkina : L’UNIR/MPS appelle le (...)
Situation trouble au Burkina : Alpha Barry dément sa (...)
Coup d’Etat du 30 septembre 2022 au Burkina : Des (...)
Situation trouble au Burkina : "Le pouvoir de gestion (...)
Situation trouble au Burkina : « Notre pays est déjà en (...)
Burkina : Les secrétaires généraux de ministères (...)
Crise militaire au Burkina Faso : Le CNAPE souhaite (...)
Situation trouble au Burkina : « Bilgo n’est à la (...)
Situation trouble au Burkina : Des dégâts au domicile de (...)
LCL Paul-Henri Damiba : « Je déments formellement m’être (...)
Situation trouble au Burkina : Le Centre de formation (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11886



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés