Actualités :: Nomination des gouverneurs : Après le suspens, de nombreuses (...)
BOUGOUMA Boureima,
gouverneur du Centre

Après avoir été consulté, à dessein, dans le plus grand "secret", les 13 gouverneurs du Burkina viennent d’être nommés... Quelle lecture peut-on faire de leur couronnement ? Et, au juste, qu’est-on en droit d’attendre d’eux...?

Promesse tenue. Sans fuite organisée ou pas. "Les ombres et lumières", "Humeurs et rumeurs", "Lettre pour Laye", "Pots pourris", "Murmures", etc., de la presse burkinabè n’ont pas pu s’en nourrir, s’en délecter. Idem pour les cancans des villes et villages du Burkina. Pour une fois au moins...

Promesse tenue : les 13 gouverneurs des 13 régions du Burkina ont été nommés avant les vacances gouvernementales.

Ce sont : Boureima Bougouma, Bêbrigda Mathieu Ouédraogo, Henri Dieudonné Marie Yaméogo, Banworo Seydou Sanou, Rasmané Ouangraoua, Témaï Pascal Benon, Fatimata Legma, Victor Emmanuel Kam, Jacob Ouédraogo, Bila Dipama, Ruth Yaméogo, Pauline Marie Antoinette Hien Winkoun et Youssouf Rouamba.

Certains étaient jusque-là, hauts-commissaires de provinces : 4. D’autres à des postes stratégiques, voire sensibles de l’administration publique ou de la défense et de la sécurité nationale. De même, il y en a qui, après avoir occupé des postes de premier plan, étaient depuis quelques années dans l’anonymat, avec des infortunes diverses.

Alors que certains semblaient avoir des "problèmes politiques" dans leurs provinces où ils apparaissaient comme des rebelles auprès de leurs camarades politiques, il y en a qui présentaient, crescendo, une mine de "raleur" voire de laissé-pour-compte. Mais, "Alléluia"... Pour eux évidemment ! Le conseil des ministres de vendredi dernier vient de les consacrer gouverneurs. De région : pas de "colonie"...

Tractations très secrètes

A la grande surprise de certains, des heureux élus, eux-mêmes. Car ce n’est que la veille de leur nomination, le jeudi 29 juillet 2005, que le dossier des gouverneurs a été bouclé. Dans le secret, sans leur préciser dans quelles régions ils seront responsabilisés. Dans un pays où il est des responsables, ô pas des moindres, qui parlent trop peu ou a contrario trop énormément, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, fort de son expérience de "l’école allemande", où il a été formé, s’est occupé de "son affaire" dans un modèle de discrétion responsable. Même sa secrétaire particulière, n’en a particulièrement rien su. En effet, selon nos sources, dignes de foi (!), c’est dans un bâtiment situé entre le Premier ministère et la présidence du Faso, loin de son bureau donc, que M. Moumouni Fabré a reçu, pour consultation, chacun des 13.

Pour leur donner l’information, les "jauger", tout en les invitant à la forte discrétion, en attendant les délibérations du conseil des ministres. Et ce n’est que vendredi, après le conseil, que chaque gouverneur confirmé a été appelé au téléphone, pour se l’entendre dire et pour s’entendre donner le nom du gouvernorat dont il aura la charge. D’autant plus que l’opinion publique était aux aguets de toute "fuite" sur la question de la nomination des gouverneurs et que bien d’autres "opportunistes" de la vie socio-politique burkinabè et les soi-disant bien introduits dans les hautes sphères de l’Etat, guettaient ces postes. Pour devenir gouverneur ! C’est peine perdue. C’est peut-être tant mieux ainsi.

En tout cas, pour les heureux élus, le processus d’installation va aller très vite.

Déjà, pendant les présentes vacances gouvernementales, ils seront formés à la bonne gestion de leur gouvernorat. Pour dès la fin des vacances gouvernementales, en septembre prochain, rejoindre "leurs postes", pour "les heures de vérité". Dans la même foulée que leur installation, ils se verront dotés de nouveaux collaborateurs. Il s’agit notamment du grand mouvement des préfets et hauts-commissaires qui va bientôt avoir lieu. Un mouvement rendu très nécessaire par le fait que quatre hauts-commissaires viennent d’être propulsés gouverneurs. De même, la plupart des hauts-commissaires actuels qui ont fait montre de maîtrise des dossiers, dans l’exercice de leur fonction, vont être faits secrétaires généraux de gouvernorats à la rentrée gouvernementale, selon nos sources.

13 choix, une lecture, une "infidélité" à la femme

Des sources qui, confrontées aux premières réactions des analystes de la vie politique nationale, permettent de dire qu’au-delà, ô de leur appartenance politique (!), l’expérience confirmée des 13 gouverneurs de la chose publique, a plaidé en leur faveur : administrateurs civils, ministres, "directeurs généraux", officiers de police ou de l’armée, etc. Il est surtout attendu d’eux, selon plusieurs sources gouvernementales, des capacités de manager, en toutes circonstances. "Savoir manager" son administration, mais aussi les partenaires, les forces vives de son administration. Etre un coordonnateur des dynamiques culturelles, administratives, économiques, politiques, sociales, etc., pour le développement des régions. Fédérer les énergies des conseils régionaux et des communes, avoir de la compassion, mais aussi assumer et s’assumer quand il le faut.

La nomination d’un commissaire de police à Gaoua et d’un commandant de l’armée à Fada N’Gourma, participe de trois signaux forts.

Primo, reconnaître "le rôle judicieux", et de la police nationale pour la sécurité publique, et de l’armée dans la défense de la patrie et des institutions républicaines...

Par ailleurs, assurer secundo à ces régions, des capacités de "renseignements" policières et militaires, sans doute, pour confirmer le renforcement de la volonté de sécurité publique pour tous les Burkinabè...

Et sans doute, faire en sorte que la politique de "police de proximité" connaisse ses fruits...

Une ombre dans la nomination des gouverneurs ? "Oui", pourrait-on dire. Car seules 3 femmes ont été retenues. Et pourtant certains spécialistes des "compétences humaines" nationales notent que le gouvernement aurait pu mieux faire à ce niveau. En essayant pour une fois, la parité homme-femme...

Vraissemblablement, c’était possible ! Peut-être le gouvernement va-t-il se rattraper, à travers la nomination des secrétaires généraux des gouvernorats, des hauts-commissaires, etc.?

Ce serait révolutionnaire et courageux, pour le gouvernement d’essence... social-démocrate !

Missions et pouvoirs des gouverneurs

Le gouverneur ! C’est une fonction emblématique chargée d’histoires et de pouvoirs. Peu de Burkinabè connaissent ce poste, hormis cette génération de "voltaïques" dont quelques-uns ont servi l’administration coloniale. Ce titre de haut fonctionnaire disparu avec l’ère coloniale revient à l’honneur. A la faveur du dernier découpage administratif du territoire, dans un contexte marqué par la décentralisation des structures de l’Administration de l’Etat. Désormais au Burkina, les treize (13) régions englobant les 45 provinces auront chacune à leur tête un gouverneur.

Dans cette logique, ce dernier va être dépositaire de l’autorité de l’Etat dans la région. Le haut-commissaire de province devient dépositaire de l’autorité de l’Etat dans la province. Mais comme représentant du gouverneur dans la province. Le préfet est dépositaire de l’autorité de l’Etat dans le département. Il est le représentant du haut-commissaire dans le département. Le délégué de village est un auxiliaire de l’administration. Il est nommé par arrêté du préfet après consensus dûment constaté par l’autorité administrative.

La mise en œuvre de la décentralisation dont découlent les régions vise à rapprocher l’administration des administrés avec le corollaire de développement économique et social de la Nation toute entière.

Dépositaire de l’autorité de l’Etat dans la région. Il reçoit du gouvernement les directives et les instructions concernant la politique nationale et régionale de développement solidaire. Il est le délégué du gouvernement et le représentant de chaque ministre dans la région. Il veille à l’application des lois, des règlements et des décisions du gouvernement.

Il est assisté dans ses fonctions par un secrétaire général et un chef de cabinet. Le gouverneur a sous son autorité les hauts-commissaires ainsi que les directeurs régionaux des services déconcentrés de l’Etat dans la région. Il coordonne l’activité des services déconcentrés des administrations de l’Etat et des établissements publics implantés dans la région conformément aux textes en vigueur. Il peut, sous sa responsabilité, donner délégation de signature à ses collaborateurs directs et aux hauts-commissaires des provinces de la région. Le gouverneur représente l’Etat en justice et dans les actes de la vie civile. Et tuti quanti...

Aux termes des dispositions légales, le gouvernorat de région comprend le cabinet du gouverneur et le secrétariat général auxquels sont rattachés plusieurs services et directions :

• Le secrétariat particulier ;

• Le service du protocole ;

• Le service de la communication et de la presse ;

• Le conseiller militaire de défense ;

• Le service central du courrier ;

• La direction de l’aménagement du territoire, de la planification et du développement économique ;

• La direction des affaires économiques et administratives ;

• La direction des finances et du budget ;

• La direction de l’éducation, de la jeunesse, des sports et de la culture ;

• La direction de la santé et des affaires sociales.

Ibrahiman SAKANDE
Email : ibra.sak@caramail.com


13 Gouverneurs du Burkina

M. BOUGOUMA Boureima, Gouverneur de la Région Centre (Ouagadougou)

Nom : BOUGOUMA

Prénom : Boureima

Date de Naissance : 18 décembre 1957

Lieu de Naissance : Téra (République du Niger)

Profession : Inspecteur des Postes et Services Financiers

Situation de famille : Marié père de 4 garçons

II - Carrière professionnelle
1978- 1982 : Service du Contentieux (Comptabilité Téléphonique)1983- 1984 : Service du Contentieux (Agence comptable) Direction du Personnel et des Affaires Sociales (Office des Postes et Télécommunications)
- 1984-1985 : Direction Régionale du Nord Ouahigouya
- 1985- 1987 : Receveur Bureau Poste de Zogona
1987- 1992 : Inspecteur Technique
1994- 1995 : Direction du Personnel et des Affaires Sociales
1995 -1996 : Inspecteur Technique
1996- 1997 : Chef Division des Approvisionnements
1997 -1998 : Inspecteur Technique
1998- 2001 : Direction des Services Postaux
2001 -2002 : Directeur des Affaires Administratives et financières (DAAF) Centre National des (Œuvres Universitaires (CENOU).
Depuis le 31 juillet 2002 : Haut-commissaire de la province du Kadiogo

YAMEOGO Henri Dieudonné Marie, Gouverneur de la Région du Nord (Ouahigouya)

Nom : YAMEOGO

Prénoms : Henri Dieudonné Marie

Date et lieu de naissance : 5 mars 1953 à Ouagadougou

Situation matrimoniale : Marié

Profession : Conseiller des Affaires Economiques

II- Expérience professionnelle
1984-1985 : Direction du Commerce Extérieur-Service de la Réglementation Ministère du Commerce et de l’Approvisionnement du Peuple
1985-1988 : Chef de Service de la Promotion Commerciale à l’Office National de l’Exploitation des Ressources Animales (ONERA)
1985-1986 : Enseignant vacataire à l’Ecole National d’Administration et de la Magistrature (ENAM)
Cours enseigné : Gestion Financière des Collectivités Locales
1988-1989 : Direction du Commerce Intérieur
1989-1991 : Haut-commissaire de la province du Soum
1991-1992 : Direction générale du Développement Industriel
1992-2001 : Directeur général de l’Office National de la Promotion de l’Emploi (ONPE)
1993-1997 : Membre du Conseil Economique et Social
1995-2000 : Elu Conseiller Municipal de la Commune de Koudougou président de la « Commission Affaires générales et Institutionnelles »
2001-à nos jours : Direction générale de l’Artisanat .

Youssouf Roamba, Gouverneur de la Région des Cacades (Bafora)

C.V non parvenu

YAMEOGO/SAWADOGO Ruth, Gouverneur de la Région du Plateu central (Ziniaré)

Nom : YAMEOGO/SAWADOGO

Prénoms : Ruth

Situation matrimoniale : Mariée : 05 enfants

Date et lieu de naissance : 1960 à Tébéré/Pissila province
de Sanmatenga

Profession : Administrateur Civil

Formation et diplômes obtenus
1967-1974 : Ecole primaire privée protestante de Kaya, Diplôme CEPE
1974-1978 : Collège des Jeunes Filles de Loumbila, BEPC
1978-1981 : Lycée Newton
1981-1982 : Lycée Saint Joseph, BAC
1982-1984 : Université de Ouagadougou, Lettres modernes
1984-1986 : ENAM cycle B, Brevet de l’ENAM
1991-1994 : ENAM cycle A, diplôme cycle A

Carrière et expériences professionnelles
1989-1990 : Agent chargé du Secrétariat général de la mairie de Boulmiougou
1991 : Agent au secrétariat général MATS
1995-1996 : Préfet du département de Saaba
1996-1997 : Secrétaire général de la province du Bam et préfet de Kongoussi
1997-2002 : Haut-commissaire de la province du Kadiogo
2002-2004 : Haut-commissaire de la province du Bazèga

Bila Diapama, Gouverneur du Sahel (Dori)

C.V non parvenu

M. OUEDRAOGO Jacob, Gouverneur du Centre-Est (Tenkodogo) Nom : OUEDRAOGO
Prénom : Jacob
Date de naissance : 12 avril 1960
Lieu de naissance : Tibou (Sollé-Loroum)
Situation matrimoniale : Marié, père de quatre (4) enfants

Expérience professionnelle
Juillet 1987 : DEP/MAT : Administrateur civil
Décembre 1987 - Juillet 1991 : Assistant Secrétaire général de la présidence du Faso
2 août 1991 au 28 février 1994 : Haut-commissaire de la province du Sanmatenga (Kaya)
1er mars 1994 au 10 octobre 2000 : Haut-commissaire de la province du Yatenga (Ouahigouya)
12 octobre 2000 à ce jour : Haut-commissaire de la province d’Oubritenga (Ziniaré)
- Membre de plusieurs commissions interministérielles

LEGMA née ZETYENGA Fatimata, Gouverneur de la Région du Centre-Nord (Kaya)

Nom : LEGMA née ZETYENGA

Prénom : Fatimata

Née le 27 avril 1956 à Diabo/Gourma

Situation matrimoniale : Mariée, mère de deux enfants

Profession : assistante de santé (Mle 10536 U).

Carrières professionnelles
Chef de service Centre médical de Boromo (ministère de la Santé) ; 1978-1979
- Chef de service scolaire et universitaire (ministère de la Santé 1984-1985
- Directrice de la Mère et de l’enfant (ministère de la Santé) 1986-1987
- Directrice de la santé de la famille 1987-1988
- Directrice nationale de plusieurs projets dans le domaine de SMI/PF
- Conseiller technique du ministère chargé des Relations avec le Parlement : 1999-2000
- Directrice régionale de la Promotion de la femme du Centre 2001-2002
- Haut-commissaire de la province des Balé le 16 août 2002 à ce jour.

Carrières politiques
- Secrétaire générale de l’Union des femmes du Burkina (UFB)
- Secrétaire chargé de la Question de la femme au sein du Comité exécutif du Front populaire (instance dirigeante du pays)
- Député de la province du Gourma : 1992-1997
- Conseillère municipale de la commune de Fada N’Gourma
- Adjointe au maire de Fada.

Expérience dans le domaine associatif
- Présidente du Comité de coordinateur des activités des femmes africaines parlementaires
- Présidente du Réseau national des femmes ministres et parlementaires du Burkina
- Présidente de l’Association des femmes élues du Burkina. Présidente de l’Association femmes et développement
- Membre du Comité africain pour la population
- Personnes ressources (femmes et développement)
- Membre fondateur du Groupe africain du panel « Pour une meilleure santé en Afrique »
- Participation à plusieurs conférences et rencontres sous-régionales, en Afrique et à travers le monde.

Distinctions honorifiques
- Mérite du travail de la RDP (Révolution démocratique et populaire)
- Officier de l’ordre du mérite burkinabè.


M. KAM Victor Emmanuel, Gouverneur de la Région de l’Est (Fada)

Nom : KAM

Prénom : Victor Emmanuel

Situation matrimoniale : Marié, père de 2 enfants

Expérience professionnelle
- Chef du bureau Budget et Finances (3e bureau à la direction centrale de l’intendance militaire/Ouaga (de 1989 à 1993)
- Directeur régional de l’intendance militaire (2e RM/Bobo) de 1993 à 1997
- Directeur des services financiers de l’Armée de terre de 1997 à 1999
- Chef de l’établissement central de l’intendance militaire/Ouaga de 1999 à 2003
- Chef du bureau approvisionnement/1er bureau de la direction centrale de l’Intendance militaire/Ouaga de 2003 à nos jours.

M.OUANGRAOUA Rasmané, Gouverneur de la Région du Sud-Ouest (Gaoua)

Nom : OUANGRAOUA

Prénom : Rasmané

Grade : Commissaire de Police

Matricule 10 933 V

Date de Naissance : 1957

Lieu de naissance : Nabitinga (I) Département de Tanghin-
Dassouri

Situation matrimoniale : marié père de cinq(05) enfants

I - Carrière professionnelle

- Octobre 1976 : Elève agent CRS (ENP-Ouagadougou )
- Octobre 1977 à octobre 1982 : Secrétaire du bureau des Ordres de la compagnie républicaine de sécurité Ouagadougou
- Octobre 1982 à Octobre 1984 : Inspecteur de Police Stagiaire (ENP- Ouaga)
- Octobre 1984 à mars 1985 : Chef de la Police Judiciaire Commissariat Central de Police de Zorgho
- De Mars 1985 à Mai 1985 : Chef de la police Judiciaire Commissariat Central de Police de Ziniaré.
- De mai 1985 à septembre 1986 : Formateur permanent en armement et tir au Groupement de la compagnie républicaine de sécurité et à l’Ecole nationale de police Ouagadougou.
- Octobre 1986 à octobre 1987 : Commissaire de police au secteur 21 Ouagadougou
- Octobre 1987 à octobre 1988 : Officier stagiaire (cours théorique à l’Ecole nationale de Police)
- Novembre 1988 à décembre 1992 : Officier de police, Commissaire adjoint de l’arrondissement de Baskuy Ouagadougou
- Décembre 1992 à octobre 1995 : Commissaire stagiaire (ENP Ouagadougou)
- 15 décembre 1995 au 1er octobre 1996 : Commandant du corps urbain du Commissariat central de Police de Ouagadougou.
- 02 octobre 1996 au 1er avril 2004 : Commissaire central de Police de la ville de uagadougou
- 02 avril 2004 au 29 juillet 2004 : Directeur régional de Police nationale du Centre (Ouagadougou)
V - Distinctions honorifiques - 02 août 1986 : Médaille de Bronze du Mérite du Travail de la RDP
- 06 janvier 2000 : Médaille d’honneur de la Police
- 23 septembre 2003 : Chevalier de l’ordre national

Pauline Marie Antionnette HIEN Winkoun Somé, Gouverneur de la Région du Centre-Sud (Manga)

Nom : HIEN Winkoun

Prénom : Pauline

Profession : Socio -économiste

Fonction actuelle : Consultante

Carrière professionnelle

Au Burkina
- 1999 : Rapporteur général du Collège de Sages.
1982 à 1983 : Ministre des Affaires Sociales
1984 à 1986 : Conseiller Technique du Ministre de l’Essor Familial et de la Solidarité Nationale
1988 : Bureau d’appui au Secrétariat Général du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale.
1986 : Directrice de la formation professionnelle et des stages du Ministère de l’Essor Familial et de la Solidarité Nationale
1983 à 1984 : Chef de service social du Centre National des Œuvres Universitaires de l’Université de Ouagadougou
1982 : direction des Affaires Sociales :
1996 à 1997 : Chargée de relations avec les ONG à la Banque Mondiale Mission Résidente du Burkina à temps partiel.
Dans les agences internationales de développement
- 1989 à 1995 : Responsable de programmes à Aide à l’Enfance Canada (AEC/BF)
Chargée du programme Enfants (1989/1993) : droits des enfants et jeunes en difficultés
Chargée du programme Femmes (1989 à 1995)
Responsable du programme Communauté (1993 à 1995)
Expérience de coalition et réseautage.
En France
Assistance publique des hôpitaux de Paris
1976 à 1982 : Chef du service social des services de radiothérapie et d’urologie de l’hôpital Henri Mondor, 94 Créteil.
Monitrice de stage agréé par la Direction Régionale de l’Action Sanitaire et Sociale de l’Ile de France des élèves assistants sociaux
1981 : Membre du jury du Diplôme d’Etat d’Assistant de Service social (D.D.R.A.S.S. de l’Ile de FRANCE, Paris). Direction départementale de l’Action sanitaire et Sociale du Calvados à CAEN.
1975 à 1976 : Assistante Sociale Polyvalente de secteur
Vie Associative
Membre du bureau exécutif de l’Action nationale Marche Mondiale des femmes de l’an 2000
Membre fondateur de l’Association Nationale des Assistants Sociaux (A.N.A.S) au Burkina Faso,
Présidente de 1984/1995 ; Membre fondateur de RECIF/ONG (Réseau de Communication et d’Information des Femmes dans les O.N.G.),
Responsable de la formation de 1991 à 1994 ;
Secrétaire Générale Adjointe en 1995 ;
Membre de l’équipe recherche action évaluation de 1998 à 2002 ;
Personne ressource depuis 1996.
Membre Fondateur de l’Association Burkinabé pour les Nations Unies (A.B.N.U.).
Membre de l’Association Burkinabé de Recherche Action et d’Auto-formation pour le Développement(A.B.R.A.A.D.), vice-présidente de 1991/1993.
Membre de la Fédération des Associations de Développement des Femmes du Sud-Ouest (F.A.DE.F.S.O), Chargée des Relations Extérieures de 1993 à 1996.
Membre d’un réseau de Consultants IDE/Banque Mondiale pour la Formation en Planification Stratégique.

Baworo Seydou Sanou, Gouverneur du Centre-Ouest (Koudougou)

C.V non parvenu

Témaï Pascal Bénon, Gouverneur de la Région de la Boucle du Mouhoun (Dédougou)

C.V non parvenu

M.OUEDRAOGO Bêbrigda Mathieu, Gouverneur de la Région des Hauts Bassins (Bobo-Dioulasso)

Nom : OUEDRAOGO

Prénom : Bêbrigda Mathieu

Date et lieu de naissance : 17/01/1956 à Yako/Passoré

Situation matrimoniale : Marié, trois (3) enfants

Profession : Juriste

Carrière professionnelle
- Depuis janvier 2004 : Attaché au cabinet du ministère délégué, chargé des Transports.
- 2002-2003 : Ministère de l’Economie et des Finances (Direction générale de la Coopération).
- 1994-2002 : Secrétaire général du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC).
- 1992-1994 : Secrétaire général du ministère chargé des Relations avec le Parlement (MRP).
- 1991-1992 : Chargé d’études au ministère du Plan et de la Coopération (Direction générale de la Coopération).
- 1990-1991 : Membre du Secrétariat permanent du Front populaire (organe législatif).
- 1989-1990 : Chef de division des Comités révolutionnaires de services à la Coordination nationale des structures populaires.
- 1986-1987 : Chargé d’études au ministère du Plan et de la Coopération (Secrétariat général du ministère).
- 1985 : Ministère de l’Enseignement de base (SNP).

Autres fonctions actuelles :
- Président du Conseil d’administration du CCVA
- Président de l’Union sportive du Passoré (Division II)
- Membre du Conseil municipal de Yako.

Sidwaya

Discours du 4 septembre 2022 à Dori du chef de l’Etat : (...)
Visite du président Damiba à Abidjan : Un tête-à-tête avec (...)
Burkina : « Nous pensons que le chantier le plus (...)
Bilan de cinq mois de reconquête du Burkina : Des (...)
Burkina : « Tous les agents de l’administration publique (...)
Bilan de la gouvernance du président du Faso : Partis (...)
Burkina Faso : Le LCL Damiba dresse un bilan (...)
Le MPSR au bilan de la reconquête du Burkina : Les (...)
Burkina/Politique : Le CCP de Mahamadi Kouanda a (...)
Burkina Faso : Le président du Faso installe les membres (...)
Burkina : Dire que le MPSR soit venu pour l’urgence (...)
Burkina : « La trajectoire du MPSR qui nous dirige nous (...)
Bilan des sept mois de la Transition : Que va dire (...)
Burkina : « Les autorités de la transition doivent avoir (...)
Polémique sur la rencontre des chefs d’État burkinabè : Le (...)
Burkina : La dénonciation contre Bala Sakandé et Émile (...)
Conseil d’orientation et de suivi de la transition : (...)
Venue de Blaise Compaoré au Burkina : Le CSM nie avoir (...)
Burkina Faso : Le Premier ministre Albert Ouédraogo (...)
Burkina : « Notre génération va s’assumer ! », se lance (...)
Burkina : Gouvernement et classe politique ficèlent (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11844



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés